Publié le 06 janvier 2016

ÉNERGIE

Énergies renouvelables : les grandes centrales de biomasse, un bio-mythe?

Produire de l’électricité à partir de la biomasse forestière participe au développement des énergies renouvelables et réduit les émissions de CO2. Un projet apparemment vertueux. Pourtant de nombreuses organisations environnementales en Europe et aux Etats-Unis critiquent les grandes centrales à biomasse européennes et leurs filières internationales d’approvisionnement en bois. Et de nombreux experts leur donnent raison. La Commission européenne va d’ailleurs plancher cette année sur des critères de durabilité pour la bioénergie.

Drax power station biomass Chris Allen
De nombreuses centrales thermiques passent à la biomasse, sans qu'on sache d'où provient le bois utilisé, comme ici à Drax, au Royaume-Uni.
Chris Allen

Pour atteindre les objectifs européens de 20 % d’énergies renouvelables et de 20 % de baisse d’émissions d’ici 2020, plusieurs pays comme la Pologne, l’Angleterre mais aussi la France ont tablé sur les grandes centrales électriques à biomasse.

Elles misent en particulier sur la conversion de centrales à charbon en centrales alimentées avec des résidus forestiers, chutes de bois, copaux, granulés, palettes... Une substitution des énergies fossiles largement financée par les deniers publics qui se fait au nom de la neutralité carbone de la ressource.  

 

"Une arnaque au carbone"  

 

Pourtant, celle-ci est en fait toute relative, clament depuis des années de nombreuses organisations environnementales. Car la neutralité carbone repose sur l’idée que le carbone libéré par la combustion sera restocké plus tard lors de la repousse. Mais, brûler du bois augmente les émissions à court terme, c’est à dire à l’échelle des objectifs de réduction des émissions. La séquestration du carbone prendra, elle, des dizaines d’années. Et encore si, et seulement si, les forêts sont maintenues à l’identique.  

A l’occasion de la COP21, la Coalition mondiale des forêts a donc publié un rapport explicitement intitulé "Biomythes, une coûteuse arnaque au carbone". Elle s’y inquiète que "cette lacune dans la comptabilité du carbone" n’affaiblisse la lutte contre le changement climatique. "Cela permet aux centrales électriques de continuer à relâcher des émissions de carbone dans l’environnement alors que les États peuvent faussement déclarer qu’ils réduisent les émissions", souligne cette coalition de plus de 70 organisations environnementales.  

L’ "arnaque" qu’elle entend dénoncer est d’autant plus grave que le rendement énergétique de l’électricité produite à partir de la combustion de biomasse est bas : seulement 30%, le reste de l’énergie étant libéré sous forme de chaleur. "Une aberration", selon Marc Jedliczka, porte-parole de l’association négaWatt, qui souligne que leur scénario de transition énergétique n’utilise pas d’électricité produite à partir de biomasse forestière.  

 

Le non-sens de la centrale de Gardanne  

 

L’approvisionnement en bois des grandes centrales est quant à lui problématique. En France, l'échec des grandes centrales avait conduit, en 2013, le Conseil Général de l'Alimentation, de l'Agriculture et des Espaces Ruraux (CGAAER) à demander à ce que cette politique nationale soit "impérativement revue".

L’exemple de la centrale de Gardanne (Bouches-du-Rhône) qui a démarré son activité en 2015 le confirme. Cette centrale à charbon française a été reconvertie en centrale à biomasse par l’industriel allemand E.On. L’État français, financeur du projet, avait initialement exhorté E.On à limiter les importations de bois pour faire marcher la filière bois française. Mais face à l’opposition locale, l’industriel va devoir s’approvisionner ailleurs.

En effet, la demande démesurée de bois (450 000 tonnes à plein régime, alors que la récolte de la région est de 370 000 tonnes !) déstabilise les filières locales de bois énergie et plusieurs collectivités locales ont déposé un recours contre l’autorisation d’exploitation de la centrale. Résultat : la centrale de Gardanne va largement tourner à partir de bois importé du Canada et d’Ukraine, s’indigne SOS forêt du Sud, une association qui lutte contre le projet.  

 

"Nos forêts ne sont pas du carburant"  

 

Au Royaume-Uni, plusieurs ONG dénoncent également le greenwashing de la production d’électricité à partir de biomasse importée, suite à la reconversion de plusieurs grandes centrales à charbon. 

Outre-Atlantique, des organisations environnementales se mobilisent ainsi pour dénoncer les impacts de cette pression supplémentaire sur les forêts du sud des Etats-Unis, à l’instar de la campagne de la Dogwood Alliance : "nos forêts ne sont pas du carburant". Car il faut savoir que les effets de cette demande européenne se font sentir dans les pays producteurs de bois, comme les États-Unis. La demande en granulés de bois des centrales anglaises a ainsi participé à l’augmentation de 150 % de la production de granulés aux États-Unis ces trois dernières années, selon le rapport de la Coalition mondiale des forêts.

Face à ces critiques, la Commission européenne travaillera cette année sur des critères de durabilité pour les bioénergies. Mais aucune reglementation ne prendra effet avant 2030, dans le cadre du paquet énergie-climat.

Magali Reinert
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Biomasse: la transformation de la plus grande centrale à charbon du Royaume-Uni suscite la polémique

Ségolène Royal veut faire de la biomasse l'un des fers de lance de la transition énergétique. Une expérience qui peut être risquée. En Grande Bretagne, l'une des plus grandes centrales à charbon du pays est en cours de transformation: la biomasse remplacera prochainement la houille....

Énergies renouvelables : le potentiel de l'Afrique reste à exploiter

Un Africain sur deux n’a pas accès à l’électricité. Un grave déficit qui est également une opportunité. Car le continent pourrait s’équiper de technologies exploitant les sources d’énergies renouvelables et participer ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique sans renoncer au...

Jean Ballandras : "Le débat sur la compétitivité des énergies renouvelables n'a plus lieu d'être"

Akuo Energy est une entreprise française en pleine croissance. Son modèle économique, basé sur les énergies renouvelables, rencontre un succès probant, notamment à l'étranger et en outremer. Rencontre avec...

Les banques françaises financent 7 fois plus les énergies fossiles que les renouvelables selon 2 ONG

Quel impact a eu le dernier grand sommet climatique de Copenhague en 2009 sur les banques ? Aucun, si l’on en croit la dernière étude publiée...

Energies renouvelables : une progression des investissements qui reste insuffisante pour atteindre les objectifs climatiques

Encore plus de panneaux solaires et d’éoliennes en 2015 : les investissements dans les énergies renouvelables (EnR), qui ont fortement progressé ces dix dernières années, permettent de poursuivre le développement de la production électrique propre. Ils restent toutefois très insuffisants...

Biocarburants de deuxième génération : espoirs industriels, inquiétudes environnementales

Le projet français de biocarburants de deuxième génération Futurol vient d’entrer en phase d’industrialisation. Cinq unités de biocarburants 2G à l’échelle industrielle sont actuellement en service dans le monde. Le développement de ces agrocarburants produits à partir de la...

Agrocarburants : demain, on roulera au papier plutôt qu’au diesel

La promesse de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre grâce à un carburant vert se précise. Les biocarburants de seconde génération, issus de la gazéification de la biomasse, sont déjà opérationnels. Le plus prometteur d’entre eux, produit à partir de la fabrication de...

Énergies renouvelables : une aubaine pour le tourisme allemand

L’expansion en milieu rural des nouvelles énergies permet de valoriser des territoires jusque-là délaissés par les touristes. Le concept est si porteur qu’il fait l’objet en Allemagne d’un guide touristique entièrement dédié aux énergies renouvelables.

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Florence Parly photovolatique 2e regiment etranger de genie Saint Christol MinistereDefense

[Bonne Nouvelle] L’armée française mobilise ses terrains en faveur du photovoltaïque

L’un des plus grands propriétaires fonciers du pays, l’armée française, va mettre à disposition 2 000 hectares de terrains pour favoriser l’essor du photovoltaïque. Cette annonce du ministre des armées, Florence Parly, intervient alors que les forcées armées sont en pleine transition énergétique...

Route solaire Wattway Colas Defense92

Impasse pour la route solaire révolutionnaire… mais l’expérimentation reste positive selon le département

En 2016, l’expérimentation d’une route recouverte de panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité devait ouvrir la voie à un large déploiement. Mais la technologie mise en place par Wattway dans l’Orne n’a pas résisté à l’usage. Pour autant de nombreuses autres routes solaires sont en...

Total met en service la bioraffinerie de La Mède, malgré l'opposition écologiste

La raffinerie de biocarburants de Total à La Mède (Bouches-du-Rhône), l'une des plus grandes d'Europe, a démarré sa production la semaine dernière. Au grand dam des associations de défense de l'environnement qui s’opposent depuis des années à cette installation. En cause notamment son...

[Bonne Nouvelle] Une usine chimique Arkema passe à 100 % d'autoconsommation électrique solaire

Le monde de la chimie a des process coûteux en énergie. Pour réduire leur impact environnemental, beaucoup misent sur les renouvelables. Ainsi, Arkema vient d’équiper l’un de ses sites Seveso dans les Alpes-de-Haute-Provence d’une centrale solaire de 10 MWc.