Publié le 11 février 2021

ÉNERGIE

Shell annonce que son pic de production de pétrole est dépassé

Le temps est au changement pour nombre de pétroliers. Après que Total ait décidé de changer de nom pour traduire la diversification de son mix, Shell annonce une réduction de sa production de pétrole et de son intensité carbone. Il y a bien un avant et un après Covid pour Shell. La principale nouveauté est que l’entreprise acte que son pic de production de pétrole est désormais derrière elle.

Shell neutralite carbone 2050
Shell a acté la diminution de sa production pétrolière, quelques jours après l'annonce de lourdes pertes annuelles.
@Shell

Le pétrolier anglo-néerlandais Shell a été fortement touché par la crise du Covid-19, dévoilant plus de 20 milliards de dollars de pertes lors de la présentation de ses résultats le 4 février. Quelques jours plus tard, le pétrolier a révélé sa nouvelle stratégie climatique. L’objectif est d’atteindre une baisse de 100 % de son intensité carbone (CO2 émis par unité de chiffre d’affaires) en 2050, avec des étapes intermédiaires de l'ordre de 6 à 8 % d'ici 2023, 20 % d'ici 2030, 45 % d'ici 2035.

Parmi les mesures annoncées les plus frappantes, on note l’annonce de la réduction de la dépendance aux énergies fossiles. Le pétrolier prévoit une baisse de 1 à 2 % de sa production de pétrole chaque année. Shell précise que le pic de sa production de pétrole a été atteint en 2019, soit avant que la pandémie ne vienne porter un coup très dur au marché pétrolier. Cette décision est un changement complet du paradigme du secteur pétrolier qui a toujours basé sa stratégie sur une hausse de la production.

Compensation carbone

Par ailleurs, la multinationale va renforcer sa présence dans la technologie consistant à capturer le carbone, et va avoir recours à des mécanismes de compensation par le financement de projets verts pour équilibrer les émissions. Côté dépenses, il dit vouloir investir à court terme de 5 à 6 milliards de dollars dans les énergies renouvelables, la fabrication de biocarburants ou encore les points de charge pour véhicules électriques.

Ce montant est toutefois à mettre en regard des 8 à 9 milliards de dollars par an qu'il investira dans le gaz et les produits chimiques. Sans compter les 8 milliards de dollars par an dans l'exploration et la production d'hydrocarbures. Le groupe assure toutefois que ses émissions carbone ont, elles, atteint leur plus haut en 2018 et vont désormais diminuer sensiblement.

Les annonces du jour n'ont pas convaincu analystes et ONG. "Sans engagement sur une réduction des émissions en valeur absolue grâce à des vraies coupes dans la production de pétrole, cette nouvelle stratégie ne peut pas marcher ni être prise au sérieux", tranche Mel Evans, de l'ONG Greenpeace. Elle fustige notamment le recours à la compensation carbone qui consiste à "planter des arbres", et le fait que Shell fasse reposer une partie de ses efforts sur le comportement de ses clients.

Basculement vers les renouvelables

De son côté, Russ Mould, analyste chez AJ Bell, note que "certains vont être surpris qu'il (le groupe, ndlr) ne soit pas plus incisif dans son basculement vers l'énergie renouvelable". Il note en particulier que les investissements en gaz et pétrole restent bien supérieurs à ceux dans les énergies "propres".

Mardi 9 février, c’est Total qui avait annoncé un changement de nom à l’occasion de la présentation de ses résultats (7 milliards d’euros de perte). Le groupe veut se rebaptiser TotalEnergies pour "affirmer sa volonté de se transformer en une compagnie multi-énergies pour répondre au double défi de la transition énergétique : plus d'énergie, moins d'émissions". Pour cela, l’entreprise envisage d’investir 60 milliards de dollars dans les renouvelables d’ici 2030.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Conseil extraordinaire UE reduction consommation de gaz russie penurie hiver MTE

L’Union européenne trouve un accord sur la réduction de la demande en gaz, face au risque d’approvisionnement russe

C’est la solidarité qui l’a emportée à Bruxelles. Un nouveau plan a été adopté mardi 26 juillet par les 27 États membres pour réduire la consommation de gaz de 15 % en cas de pénurie cet hiver. Si des dérogations et des exemptions sont prévues, notamment pour la France, l’objectif est bel et bien de...

Station essence istock JBorruel

Pouvoir d'achat : toujours pas de mesures ciblées pour les travailleurs les plus modestes

La remise de 18 centimes par litre de carburant va passer à 30 centimes à la rentrée. C'est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe les Républicains. Le gouvernement, qui souhaitait la mise en place d’une indemnité carburant plus spécifique ciblant les...

Simon cossus maison durable Mathieu BAY

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre énergie, en...

Conseil europeen embargo petrole russe commission europeenne

Embargo sur le pétrole russe : les importations européennes réduites de 90 % d’ici la fin de l’année

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, réunis en sommet, ont entériné un sixième train de sanctions contre la Russie. Ils ont enfin trouvé un accord pour réduire de 90 % leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou...