Publié le 11 février 2021

ÉNERGIE

Shell annonce que son pic de production de pétrole est dépassé

Le temps est au changement pour nombre de pétroliers. Après que Total ait décidé de changer de nom pour traduire la diversification de son mix, Shell annonce une réduction de sa production de pétrole et de son intensité carbone. Il y a bien un avant et un après Covid pour Shell. La principale nouveauté est que l’entreprise acte que son pic de production de pétrole est désormais derrière elle.

Shell neutralite carbone 2050
Shell a acté la diminution de sa production pétrolière, quelques jours après l'annonce de lourdes pertes annuelles.
@Shell

Le pétrolier anglo-néerlandais Shell a été fortement touché par la crise du Covid-19, dévoilant plus de 20 milliards de dollars de pertes lors de la présentation de ses résultats le 4 février. Quelques jours plus tard, le pétrolier a révélé sa nouvelle stratégie climatique. L’objectif est d’atteindre une baisse de 100 % de son intensité carbone (CO2 émis par unité de chiffre d’affaires) en 2050, avec des étapes intermédiaires de l'ordre de 6 à 8 % d'ici 2023, 20 % d'ici 2030, 45 % d'ici 2035.

Parmi les mesures annoncées les plus frappantes, on note l’annonce de la réduction de la dépendance aux énergies fossiles. Le pétrolier prévoit une baisse de 1 à 2 % de sa production de pétrole chaque année. Shell précise que le pic de sa production de pétrole a été atteint en 2019, soit avant que la pandémie ne vienne porter un coup très dur au marché pétrolier. Cette décision est un changement complet du paradigme du secteur pétrolier qui a toujours basé sa stratégie sur une hausse de la production.

Compensation carbone

Par ailleurs, la multinationale va renforcer sa présence dans la technologie consistant à capturer le carbone, et va avoir recours à des mécanismes de compensation par le financement de projets verts pour équilibrer les émissions. Côté dépenses, il dit vouloir investir à court terme de 5 à 6 milliards de dollars dans les énergies renouvelables, la fabrication de biocarburants ou encore les points de charge pour véhicules électriques.

Ce montant est toutefois à mettre en regard des 8 à 9 milliards de dollars par an qu'il investira dans le gaz et les produits chimiques. Sans compter les 8 milliards de dollars par an dans l'exploration et la production d'hydrocarbures. Le groupe assure toutefois que ses émissions carbone ont, elles, atteint leur plus haut en 2018 et vont désormais diminuer sensiblement.

Les annonces du jour n'ont pas convaincu analystes et ONG. "Sans engagement sur une réduction des émissions en valeur absolue grâce à des vraies coupes dans la production de pétrole, cette nouvelle stratégie ne peut pas marcher ni être prise au sérieux", tranche Mel Evans, de l'ONG Greenpeace. Elle fustige notamment le recours à la compensation carbone qui consiste à "planter des arbres", et le fait que Shell fasse reposer une partie de ses efforts sur le comportement de ses clients.

Basculement vers les renouvelables

De son côté, Russ Mould, analyste chez AJ Bell, note que "certains vont être surpris qu'il (le groupe, ndlr) ne soit pas plus incisif dans son basculement vers l'énergie renouvelable". Il note en particulier que les investissements en gaz et pétrole restent bien supérieurs à ceux dans les énergies "propres".

Mardi 9 février, c’est Total qui avait annoncé un changement de nom à l’occasion de la présentation de ses résultats (7 milliards d’euros de perte). Le groupe veut se rebaptiser TotalEnergies pour "affirmer sa volonté de se transformer en une compagnie multi-énergies pour répondre au double défi de la transition énergétique : plus d'énergie, moins d'émissions". Pour cela, l’entreprise envisage d’investir 60 milliards de dollars dans les renouvelables d’ici 2030.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...