Publié le 22 mars 2019

ÉNERGIE

Les géants pétroliers ont dépensé un milliard de dollars en lobbying anti-climatique depuis la signature de l'Accord de Paris

Les cinq principaux groupes pétroliers et gaziers cotés en Bourse ont, depuis la COP21 fin 2015, dépensé un milliard de dollars en lobbying et relations publiques "contraires" aux conclusions de l'accord de Paris sur le climat, indique vendredi le rapport de l'ONG britannique InfluenceMap.

Transport GNL Shell
Transport de Shell pour la gaz naturel liquéfié.
@Shell

ExxonMobil, Shell, Chevron, BP et Total, malgré leur soutien affiché à la maîtrise du réchauffement climatique, ont notamment dépensé quelque 200 millions par an en lobbying pur pour "étendre leurs opérations en matière d'énergies fossiles", selon InfluenceMap, chargée de suivre l'action d'influence des entreprises.

"Le secteur des énergies fossiles a renforcé un programme assez stratégique visant à influencer l'agenda climatique", selon le directeur d'InfluenceMap, Dylan Tanner, qui évoque "un continuum d'actions", qu'il s'agisse d'attaquer voire contrôler les réglementations ou d'orienter les médias.

InfluenceMap a étudié les comptes, registres de lobbying et éléments de communications produits par ces groupes depuis 2015, relevant un vaste écart entre leurs engagements climat et leurs actes. Sont évoqués les contacts directs avec les législateurs et les élus, les millions dépensés dans "le marketing climat" et le rôle des associations professionnelles dans les négociations.

3,6 milliards pour les technologies bas carbone

Sur plus de 110 milliards de dollars d'investissement de capitaux prévu pour 2019, seuls 3,6 milliards concernent d'ailleurs des projets bas-carbone, souligne le rapport. Cette publication intervient au lendemain d'une audition au Parlement européen du géant américain Exxonmobil, accusé d'avoir trompé le public pendant des décennies quant au danger du réchauffement climatique.

Selon InfluenceMap, ce groupe a à lui seul dépensé chaque année 56 millions en "marketing climat" et 41 millions en lobbying. À l'exception du français Total, les quatre compagnies étudiées ont passé l'essentiel de ce budget aux États-Unis. Interrogés par l'AFP, Chevron et Shell ont rejeté ces conclusions.

"Nous ne sommes pas d'accord avec cette affirmation selon laquelle Chevron serait engagé dans du marketing et du lobbying climat largement contraires à l'Accord de Paris", a réagi un porte-parole. "Nous agissons face aux risques potentiels que représente le changement climatique pour notre activité et investissons dans des technologies et opportunités bas-carbone pouvant réduire les émissions de gaz à effet de serre)", a-t-il ajouté.

Alerte de l’ONU

Même tonalité chez Shell qui selon le rapport dépenserait 49 millions de dollars par an en lobbying climatique. "Nous sommes très clairs quant à notre soutien à l'accord de Paris et nos démarches pour répondre aux besoins sociétaux en faveur d'une énergie plus propre", a assuré une porte-parole. BP, ExxonMobil et Total n'ont pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Les cinq groupes ont engrangé 55 milliards de dollars de bénéfices en 2018, année record d'émissions de CO2. Cette même année, les experts climats de l'ONU ont appelé à une réduction drastique du recours aux énergies fossiles, si le monde veut garder une petite chance de rester sous le seuil critique de +1,5°C de réchauffement.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Extraction gaz Saudi Aramco Arabie Saoudite champs de Shaybah SaudiAramco

Et l’entreprise la plus rentable au monde en 2018 est… le pétrolier Saudi Aramco

111,1 milliards de dollars, tels sont les bénéfices enregistrés par le plus grand pétrolier de la planète en 2018, Saudi Aramco. Soit un tiers de plus que les autres grands pétroliers cumulés ! La plus grande entreprise d’Arabie Saoudite a pour la première fois ouvert ses comptes aux agences de...

Castle Gate Power Plant Utah CC0 David Jolley

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump...

Carburants taxes gilets jaunes ArnaudFinistre AFP

Carburants et Gilets jaunes : pour l’industrie pétrolière, une augmentation de la taxe carbone n'est plus possible

Les représentants de l’industrie pétrolière française estiment que le gouvernement ne pourra pas remettre en place les hausses de taxe carbone prévues jusqu’en 2023. En tout cas, pas tant que les Français dépendant de leur voiture n’auront pas d’alternatives crédibles. De son côté, le gouvernement...

EDF Cordemais2

La centrale à charbon d'EDF à Cordemais fait de la résistance

Dans l’estuaire de la Loire, à une trentaine de kilomètres de Nantes, la centrale à charbon de Cordemais, détenue par EDF, mène une course contre la montre pour repousser la date butoir de 2022, à laquelle elle doit théoriquement fermer ses portes. Pour cela, l’énergéticien tricolore est en train de...