Publié le 22 mars 2019

ÉNERGIE

Les géants pétroliers ont dépensé un milliard de dollars en lobbying anti-climatique depuis la signature de l'Accord de Paris

Les cinq principaux groupes pétroliers et gaziers cotés en Bourse ont, depuis la COP21 fin 2015, dépensé un milliard de dollars en lobbying et relations publiques "contraires" aux conclusions de l'accord de Paris sur le climat, indique vendredi le rapport de l'ONG britannique InfluenceMap.

Transport de Shell pour la gaz naturel liquéfié.
@Shell

ExxonMobil, Shell, Chevron, BP et Total, malgré leur soutien affiché à la maîtrise du réchauffement climatique, ont notamment dépensé quelque 200 millions par an en lobbying pur pour "étendre leurs opérations en matière d'énergies fossiles", selon InfluenceMap, chargée de suivre l'action d'influence des entreprises.

"Le secteur des énergies fossiles a renforcé un programme assez stratégique visant à influencer l'agenda climatique", selon le directeur d'InfluenceMap, Dylan Tanner, qui évoque "un continuum d'actions", qu'il s'agisse d'attaquer voire contrôler les réglementations ou d'orienter les médias.

InfluenceMap a étudié les comptes, registres de lobbying et éléments de communications produits par ces groupes depuis 2015, relevant un vaste écart entre leurs engagements climat et leurs actes. Sont évoqués les contacts directs avec les législateurs et les élus, les millions dépensés dans "le marketing climat" et le rôle des associations professionnelles dans les négociations.

3,6 milliards pour les technologies bas carbone

Sur plus de 110 milliards de dollars d'investissement de capitaux prévu pour 2019, seuls 3,6 milliards concernent d'ailleurs des projets bas-carbone, souligne le rapport. Cette publication intervient au lendemain d'une audition au Parlement européen du géant américain Exxonmobil, accusé d'avoir trompé le public pendant des décennies quant au danger du réchauffement climatique.

Selon InfluenceMap, ce groupe a à lui seul dépensé chaque année 56 millions en "marketing climat" et 41 millions en lobbying. À l'exception du français Total, les quatre compagnies étudiées ont passé l'essentiel de ce budget aux États-Unis. Interrogés par l'AFP, Chevron et Shell ont rejeté ces conclusions.

"Nous ne sommes pas d'accord avec cette affirmation selon laquelle Chevron serait engagé dans du marketing et du lobbying climat largement contraires à l'Accord de Paris", a réagi un porte-parole. "Nous agissons face aux risques potentiels que représente le changement climatique pour notre activité et investissons dans des technologies et opportunités bas-carbone pouvant réduire les émissions de gaz à effet de serre)", a-t-il ajouté.

Alerte de l’ONU

Même tonalité chez Shell qui selon le rapport dépenserait 49 millions de dollars par an en lobbying climatique. "Nous sommes très clairs quant à notre soutien à l'accord de Paris et nos démarches pour répondre aux besoins sociétaux en faveur d'une énergie plus propre", a assuré une porte-parole. BP, ExxonMobil et Total n'ont pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Les cinq groupes ont engrangé 55 milliards de dollars de bénéfices en 2018, année record d'émissions de CO2. Cette même année, les experts climats de l'ONU ont appelé à une réduction drastique du recours aux énergies fossiles, si le monde veut garder une petite chance de rester sous le seuil critique de +1,5°C de réchauffement.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

Le parapétrolier Schlumberger acte la fin de l’âge d’or du pétrole de schiste en Amérique du Nord

Le pétrole de schiste américain n’est pas mort, loin s’en faut. Mais il n’est plus la machine à cash qu’il fût. Les faillites à répétition, accentuées par la crise du Covid-19, le prouvent. On voit aussi désormais les parapétroliers tourner le dos à la fracturation hydraulique en Amérique du Nord....

Natural gas pixabay anita starzycka

L'empoisonnement de Alexeï Navalny pourrait être fatal au gazoduc russe Nord Stream 2

Déjà fragilisé par des sanctions américaines, le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Europe se retrouve face à un avenir incertain après l'empoisonnement d'Alexeï Navalny. Son principal promoteur, l'Allemagne, n'exclut plus de lui retirer son soutien en raison du refus de Moscou de...

Ours Blanc CC0

Feu vert pour des forages pétroliers dans une zone naturelle protégée en Alaska

Le gouvernement de Donald Trump a approuvé lundi 18 août un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, en Alaska, où vivent des ours polaires.