Publié le 06 décembre 2016

ÉNERGIE

Oléoduc Dakota Access : victoire provisoire des Sioux

Le gouvernement américain a décidé de modifier le tracé du pipeline Dakota Access. Un soulagement pour les Sioux, qui craignaient une pollution de leur principale source d’eau, le lac Oahe. Mais rien n’est définitif : Donald Trump est favorable au chantier. Le futur président des USA détient des actions dans la société de construction du pipeline. 

Malgré le blizzard, Sioux de la réserve de Standing Rock et militants écologistes continuent de manifester, le 5 décembre, contre la construction du pipeline Dakota Access.
Scott Olson / Getty Images North America / AFP

"Mni Wiconi !" ("L’eau est la vie !") ont crié, en signe de ralliement, les Sioux de la réserve de Standing Rock. Depuis avril, les Amérindiens, rejoints par des militants écologistes, manifestent contre la construction du pipeline Dakota Access.

Long de 1885 km, traversant quatre États américains, le projet d’oléoduc est déjà abouti à près de 80%. Reste à construire un tronçon passant sous le lac Oahe, principale source d’eau de la réserve indienne. Mais dimanche 4 décembre, le Corps des ingénieurs de l’armée américaine, compétent pour la construction d’infrastructures en zones sensibles, a annoncé qu’il préférait trouver une route alternative"La meilleure façon d’achever ce travail de façon responsable et rapide est d’explorer d’autres itinéraires pour le franchissement du pipeline", a déclaré Jo-Ellen Darcy, porte-parole du service des travaux civils de l’armée. 

En septembre, le gouvernement américain avait suspendu le chantier afin d’évaluer son impact environnemental. "Selon moi, il y a un moyen d’accommoder la construction du pipeline aux terres sacrées des Amérindiens", estimait Barack Obama. 

 

Conflit d’intérêt pour Donald Trump

 

L’oléoduc, dont le chantier est estimé à 3,4 milliards d’euros, traverse plusieurs territoires amérindiens. Au-delà de la pollution, les tribus dénoncent la destruction "des lieux où reposent [leurs] ancêtres".

"Les démolitions sont catastrophiques", témoignait David Archambault, chef de la tribu de Standing Rock. L’annonce du gouvernement est donc une victoire pour les tribus. Mais l’ombre de Donald Trump, qui plane sur ce dossier, gâche quelque peu la fête.

Le futur président des États-Unis détient des actions dans la société de construction du pipeline, Energy Transfer Partners (ETP). Le futur locataire de la Maison Blanche s’est toujours montré favorable au projet. Un soutien pour des "motifs politiques" et non pour ses "investissements personnels", a justifié son cabinet dans un communiqué à l’agence Reuters.

 

La mobilisation continue 

 

L’entreprise de construction dénonce une "action purement politique" du gouvernement Obama. Rappelant que les tribunaux fédéraux ont reconnu la légitimité du projet de construction"ETP s’engage à mener à terme ce projet essentiel et entend achever la construction du pipeline sans routage supplémentaire dans et autour du lac Oahe." 

Plusieurs manifestants, qui campaient depuis des semaines sur les terrains du chantier, ont décidé de rester mobilisés.

Marina Fabre
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Dakota du Nord : la réserve indienne de Fort Berthold frappée par la malédiction du pétrole de schiste

Un Etat rural de l’Ouest américain où 40% de la population n’a pas de travail et où les Indiens vivotent grâce aux aides du gouvernement en échange de leurs terres… ça, c’était avant. Avant que la réserve de Berthold soit le décor d’un boom provoqué par l’extraction de pétrole de schiste....

Fort Berthold : l’environnement miné par une exploitation sans retenue

La réserve indienne de Fort Berthold paye le prix fort. L’extraction du pétrole de schiste à marche forcée empoisonne le sous-sol, fait fuir les animaux et met la flore en danger. La surveillance des 12 000 puits, qui peuvent fuir à tout moment, est assurée par… 2 agents.

Donald Trump, une victoire pour le charbon et les climato-sceptiques

Au terme d'une campagne très rude, c'est bien le républicain Donald Trump qui va accéder à la Maison Blanche. Quelles seront les conséquences de cette surprise électorale ? Les défenseurs de l'environnement voient le scénario catastrophe se préciser. Analyse de ce vote et de ses...

Climat : Trump président, le scénario catastrophe

Alors que se tient mercredi le dernier débat avant la présidentielle américaine, Donald Trump, le candidat républicain, n'en finit pas d'inquiéter les défenseurs de l'environnement. S'il est élu le 8 novembre prochain, il promet de relancer l'industrie du charbon, de détricoter toutes les...

Campagne américaine : 1 dollar sur 5 provient du secteur des énergies fossiles

A l'exception du démocrate Bernie Sanders et de l’écologiste Jill Stein, tous les candidats reçoivent depuis le début de la campagne des fonds très importants du lobby du pétrole et du gaz. Y compris Hillary Clinton, la favorite côté démocrate. Une source de financement que des...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...