Publié le 21 avril 2015

ÉNERGIE

Matthieu Auzanneau, du Shift Project : "les pétroliers se méfient comme de la peste d’un prix global du CO2"

Matthieu Auzanneau est chargé de la prospective au Shift Project, blogueur invité du monde.fr et auteur du livre "Or noir, la grande histoire du pétrole", paru aux éditions de La découverte. Ce spécialiste juge désormais critique le modèle économique des compagnies pétrolières.

Novethic : Le secteur pétrolier connait actuellement une intense activité : mouvement de concentration, illustré par la proposition de rachat du groupe BG par Shell, baisse des investissements, plan de licenciements et dividendes records versés aux actionnaires. Peut-on dégager un plan d'ensemble de ces grandes manœuvres ?

Matthieu Auzanneau : Il faut d'abord noter que nous sommes dans une phase assez classique. Les périodes où le baril de brut est bon marché [il a perdu plus de 50 % de sa valeur depuis janvier 2014, NDLR] sont propices aux concentrations. C'est en général quand les prix sont bas que l'on assiste à des opérations de rachat, hostiles ou pas.

On voit aussi des entreprises qui veulent prendre soin de leurs actionnaires en leur versant un maximum de dividendes. Mais on peut aussi faire un autre constat, qui passe un peu trop inaperçu à mon goût parce qu’il est massif : c'est celui de la réduction des capitaux investis dans la production du secteur pétrolier en général.

 

Comment ce phénomène se matérialise-t-il ?

La quantité d’argent déversée pour développer de nouvelles ressources ou pour maintenir la production de champs pétroliers parvenus à maturité, c’est-à-dire qui ont atteint leur maximum en termes de capacité de production, est en constante diminution depuis un an et demi.

 

Malgré les investissements massifs, la production a décliné

 

Est-ce à vos yeux une tendance conjoncturelle, notamment due à la baisse du prix du baril, ou une tendance structurelle ?

Elle est totalement structurelle. Ce qu’il faut particulièrement relever, c’est que la réduction des capex [les dépenses d’investissement de capital, NDLR] sont antérieures d’au moins six mois à la chute des cours. J’en veux pour preuve le fait que la production de pétrole brut des majors occidentales décline depuis 2004. Or, entre 2004 et le premier semestre 2014, nous avons assisté à un maintien sans précédent des cours du baril.

Pendant cette période, les pétroliers ont tous très fortement augmenté leur capex dans l’espoir de compenser la baisse de leur production, en particulier dans les zones en déclin géologique qu’elles exploitent. De ce point de vue, ce qui se passe en mer du Nord est un cas d’école. Le pic pétrolier y est bel et bien franchi depuis l’an 2000 : malgré les investissements massifs, la production a décliné. C’est un phénomène remarquable ! Plus vous mettez d’engrais et plus votre récolte est mauvaise. La production de pétrole brut de Total a baissé d’un tiers en 10 ans. Il ne s’agit pas d’un cas isolé : sur ce plan là, BP n’est  plus que l’ombre d’elle-même.

 

Les investisseurs en ont-ils tiré des conclusions ?

Oui. Les dépenses de capex ont commencé à baisser début 2014, alors que le baril valait plus de 100 dollars, faute de retours sur investissements suffisants. Les actionnaires ont décidé que la fête était finie. Leur constat a été simple : ils ont investi plus qu’ils ne l’ont jamais fait et ne voient pas de résultats sur les niveaux de production. Ils ont donc décidé de se concentrer sur les zones les plus rentables.

On peut citer le cas de Total qui, avant la chute des cours, a remis sur l’étagère un projet de développement de sables bitumineux de 10 milliards de dollars. Même à 110 dollars le baril, la compagnie a considéré que ce n’était pas rentable. Ce qui s’est passé depuis n’a fait qu’amplifier ce mouvement.

 

Le pétrole de schiste : un peu de bazar supplémentaire

 

Comment peut-on analyser l’apparition sur le marché du pétrole de schiste ?

Elle est venue ajouter un peu de bazar supplémentaire à une situation qui n’en manquait déjà pas. Le boom du pétrole de schiste a effectivement été l’un des facteurs de la chute des cours du baril. Mais par un effet retour, il est aussi en train de saper de manière très brutale le montant des capitaux investis dans la production, mais pour l’ensemble du secteur.

Ironiquement, les producteurs de pétrole de schiste ne sont pas épargnés. Les deniers chiffres qui viennent de tomber en provenance des États-Unis montrent une première baisse de la production de ce type de pétrole. On assiste globalement à un contre-choc pétrolier.

 

Dans la situation actuelle, le modèle économique des majors pétrolières est-il menacé ?

Oui. Pour elles, le problème est structurel. Mais il n’est pas seulement économique. Il est aussi géologique. Le montant des réserves qu’elles revendiquent est en fort déclin depuis 2011. C’est une conséquence directe du fait qu’elles ont de moins en moins accès à des sources fraiches.

Le pétrole de schiste ne constitue pas non plus la planche de salut qu’espéraient les pétroliers, qui n’avaient d’ailleurs pas anticipé sa montée en puissance. Un baril à 50 dollars rend non rentable l’exploitation de ce type de réserves. Et les Saoudiens, qui veulent conserver leur part de marché, ont ouvert les vannes, ce qui devrait maintenir les cours à un niveau relativement bas.

Nous assistons à une guerre des prix entre les pays de l’OPEP et les pays qui sont en mesure d’utiliser des ressources non conventionnelles, ressources qui sont plus difficiles d'accès d’un point de vue technique et donc plus chères à exploiter. La voracité en capitaux de ces réserves non conventionnelles est énorme.

Aujourd’hui, Petrobras, qui fore en eaux profondes au large des côtes du Brésil, est en difficulté. Les spécialistes ne sont plus certains que la compagnie soit en mesure d’investir suffisamment pour exploiter ces réserves. Petrobras est aujourd’hui très endetté notamment en raison du fait qu’ils ont construit leur business model avec un baril au-dessus des 100 dollars. Cette compagnie n’est pas la seule dans ce cas-là.

 

La crainte d'un momentum climatique

 

Dans l’optique de la COP 21, qui aura lieu en France à la fin de l’année, la nécessité de fixer - à différentes échelles - un prix du carbone semble faire consensus, du moins dans son principe.

Les pétroliers sont extrêmement attentifs à la situation. Ils savent qu’ils risquent la prise du crabe, à savoir être pris en tenaille entre des prix du pétrole trop bas pour leur permettre d’assurer la pérennité de leur business par le développement de la production, et un prix du carbone qu’on risque de leur imposer.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que, parmi les entreprises qui effectuent aujourd’hui des simulations sur un prix de la tonne de CO2 à 15, 20 ou 30 dollars, les pétroliers sont surreprésentés. C’est le signe qu’elles se méfient comme de la peste de toute initiative qui fixerait un prix global du CO2. Elles se méfient de la même manière des campagnes de désinvestissement, a fortiori avec un prix moyen du baril très bas. Elles craignent un momentum climatique.

Propos recueillis par Antonin Amado
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Marée noire du Golfe du Mexique : l'industrie pétrolière n'a pas tiré toutes les leçons de la catastrophe

Le 20 avril 2010, l'explosion de la plateforme offshore Deepwater Horizon provoquait la plus grave marée noire de l'histoire américaine. BP et l'ensemble du secteur pétrolier avaient alors été accusés par l'administration américaine d'avoir sacrifié la sécurité sur l'autel du profit. Cinq...

Les actionnaires de BP votent en faveur de l’évaluation du risque carbone

Lors de l'Assemblée générale des actionnaires du géant pétrolier BP, qui se déroulait ce jeudi 16 avril à l'Excel Centre de Londres, 98 % des actionnaires ont apporté leur soutien à la résolution proposée par ShareAction en faveur d’une prise en compte du risque carbone dans les prévisions...

Climat : la Chine boude le charbon pour lutter contre la pollution

À Pékin, les autorités ont fermé une troisième centrale à charbon ce 20 mars 2015. Les causes de ce désengagement ? L’application stricte du plan national chinois d’action contre la pollution de l’air. Une décision qui a des conséquences économiques pour la région. Explications.

Desmond Tutu demande à son ancienne université de désinvestir les énergies fossiles

La pétition lancée par les étudiants et les professeurs de l'université de King's College l'an dernier, pour convaincre la direction de retirer les 8 millions de livres qu'elle a investis dans le secteur des énergies fossiles, n'a pas suffi. Mais le Prix Nobel de la Paix Desmond Tutu ne...

En Allemagne, les centrales à charbon ne sont plus rentables

Les trois énergéticiens historiques allemands, E.on, RWE et EnBW,ont publié au mois de mars des résultats annuels catastrophiques. En cause, l’expansion constante des énergies renouvelables (EnR). Pour survivre, ils doivent revoir leurs modèles économiques - et y intégrer pleinement les...

La fondation Gates sous pression pour exclure les énergies fossiles de ses investissements

Le quotidien britannique The Guardian fait campagne pour convaincre la fondation Gates d’exclure les énergies fossiles de ses investissements. En quelques jours seulement, sa pétition a recueilli près de 100 000 signatures. Le message est simple : à quoi bon vacciner des enfants et...

Émissions de CO2 : les entreprises chinoises prennent conscience de leur impact

Les entreprises chinoises se sentent de plus en plus concernées par la lutte contre le changement climatique et le rôle qu’elles y jouent. C’est ce que l’on peut déduire de la dernière étude du CDP, qui vient de publier les réponses à son questionnaire sur les émissions de CO2 pour la...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Pouyanne Total

"Le changement climatique est une opportunité de faire évoluer les marchés de l'énergie", Patrick Pouyanné, PDG de Total

Invité de marque du Positive Investors Forum qui se tient ce mardi 6 novembre à Paris, Patrick Pouyanné a rappelé le cap pris par le groupe pétrolier pour faire face à la transition énergétique. La part du pétrole ne devrait plus augmenter, tandis que celles du gaz et des énergies renouvelables vont...

Nucleaire et charbon Kodda

Selon l’Agence Internationale de l’Énergie, les émissions du secteur de l'énergie devraient encore croître en 2018

Les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l'énergie devraient encore croître en 2018, pour la deuxième année consécutive, une "très mauvaise nouvelle" pour le climat, a indiqué le directeur de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) Fatih Birol.

Operation en mer de Total Total

Total autorisé à explorer le pétrole guyanais… une nouvelle fois

Total et ses partenaires ont reçu l’autorisation de mener une campagne d’exploration pétrolière au large de la Guyane. La collectivité territoriale se réjouit des ressources à venir, tandis que des ONG dénoncent ce projet. Le juge de paix sera la géologie sachant que la première campagne de 2012 et...

Petrolier Total

Climat : Total, premier pétrolier à être interpellé sur son devoir de vigilance

Les maires de plusieurs villes françaises et des ONG ont demandé mardi 23 octobre au groupe pétrolier Total d'agir pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°. Faute de quoi ils pourraient l'attaquer en justice.