Publié le 24 avril 2021

ÉNERGIE

Les émissions de CO2 liées à l'énergie en passe de rejoindre le niveau d'avant Covid-19

Le "monde d'après" est peut-être déjà derrière nous. Un rapport de l'Agence International de l'Energie (AIE), publié mi-avril alerte sur un boom des émissions des CO2 liées à l'énergie qui pourraient rejoindre leur niveau d'avant la pandémie. En cause : la reprise de la demande mondiale pour les combustibles fossiles, et en particulier le charbon, qui atteint des records. 

Centrale charbon chine Kleineolive
Central à charbon, à Shuozhou, en Chine. Le pays est la seule grande économie où la demande de charbon a augmenté en 2020.
Istock / Kleineolibe

Chassez le naturel, il revient au galop. Les émissions de gaz à effet de serre liées à la production et à la consommation d'énergie devraient rebondir au point de frôler en 2021 leur sommet d'avant Covid-19, estime l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans un rapport publié le 20 avril. En cause : la reprise de la demande mondiale pour tous les combustibles fossiles. "Voilà un sombre avertissement, qui montre que la reprise économique après la crise du Covid est à ce jour tout sauf soutenable pour notre climat", a souligné le directeur de l'AIE Fatih Birol, dans un communiqué.

Après un repli historique de 5,8% en 2020, conséquence de la pandémie et des mesures de confinement, les émissions liées à l'énergie, environ les trois quarts du total mondial, devraient connaître cette année un rebond de 4,8 %. Soit 1,2 % seulement sous le niveau des émissions de 2019. "L'accélération du déploiement des vaccinations contre le Covid-19 dans de nombreuses grandes économies et les réponses fiscales généralisées à la crise économique stimulent les perspectives de croissance économique et conduisent à un rebond de la demande d'énergie en 2021", explique le rapport dans son introduction. Ce serait la deuxième plus forte hausse annuelle jamais enregistrée pour les émissions de CO2, après le rebond post-crise financière en 2010.

La demande en charbon approche le pic historique de 2014

Selon le rapport, toutes les énergies fossiles devraient voir leur demande augmenter "significativement" en 2021, et notamment le charbon, le plus émetteur de tous, dans les pays émergents. Celle-ci devrait croître de 4,5 %, dépassant son niveau de 2019 pour approcher ses sommets de 2014. La demande de gaz devrait également aller au-delà de son niveau pré-Covid-19. La situation est cependant différente pour le pétrole : si la demande repart fortement, elle devrait rester 3 % en dessous de son niveau le plus haut de 2019 du fait des incertitudes pesant sur le secteur aérien.

Du côté des renouvelables, la demande serait également au rendez-vous. La production électrique devrait croître de 8 %, pour fournir quelque 30 % de l'électricité mondiale, contre moins de 27 % en 2019. Celle issue du solaire et de l'éolien pourrait en particulier connaître un niveau annuel record avec une hausse respective de 18 % et 17 % par rapport à 2020. La Chine représente environ la moitié de ces progrès. La croissance de la demande en charbon reste cependant 60 % supérieur à celle des énergies vertes dans le monde. "À moins que les gouvernements n'agissent rapidement pour commencer à réduire les émissions, alerte le directeur de l'AIE, il est probable que nous affrontions une situation pire encore en 2022".

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...

Jonas Gahr Stoere Norvege TrondReidarTeigen NTB NTB via AFP

La Norvège, premier pays producteur de pétrole en Europe, fait un pas de plus vers la fin des énergies fossiles

L’économie norvégienne est irriguée par le pétrole. Le premier secteur industriel du pays est pourtant questionné après les résultats des dernières élections législatives. Le futur Premier ministre est soutenu par une coalition bien décidée à mettre fin - plus ou moins rapidement - à toute...

Nord Stream 2 Gazprom NordStream2 Sputnik via AFP

Le gazoduc Nord Stream 2 est achevé : une victoire géopolitique russe, une défaite pour l’indépendance européenne

Un nouveau canal s’ouvre pour déverser le gaz russe vers l’Europe, avec l’achèvement du gazoduc géant Nord Stream 2 qui aboutit en Allemagne. Cette infrastructure à 10 milliards de dollars est vue par beaucoup, en particulier par les Américains et les Ukrainiens, comme une puissante arme...

Plateforme petrole woodside

Joe Biden recule sur le pétrole et approuve de nouvelles exploitations dans le Golfe du Mexique

Les services du Président américain Joe Biden ont annoncé qu'ils prévoyaient d'ouvrir plus de de 320 000 km2 dans le golfe du Mexique à l'exploration pétrolière et gazière. L’administration américaine dit avoir conscience des alertes du Giec, mais les jugent insuffisantes pour renoncer au projet.