Publié le 24 avril 2021

ÉNERGIE

Les émissions de CO2 liées à l'énergie en passe de rejoindre le niveau d'avant Covid-19

Le "monde d'après" est peut-être déjà derrière nous. Un rapport de l'Agence International de l'Energie (AIE), publié mi-avril alerte sur un boom des émissions des CO2 liées à l'énergie qui pourraient rejoindre leur niveau d'avant la pandémie. En cause : la reprise de la demande mondiale pour les combustibles fossiles, et en particulier le charbon, qui atteint des records. 

Centrale charbon chine Kleineolive
Central à charbon, à Shuozhou, en Chine. Le pays est la seule grande économie où la demande de charbon a augmenté en 2020.
Istock / Kleineolibe

Chassez le naturel, il revient au galop. Les émissions de gaz à effet de serre liées à la production et à la consommation d'énergie devraient rebondir au point de frôler en 2021 leur sommet d'avant Covid-19, estime l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans un rapport publié le 20 avril. En cause : la reprise de la demande mondiale pour tous les combustibles fossiles. "Voilà un sombre avertissement, qui montre que la reprise économique après la crise du Covid est à ce jour tout sauf soutenable pour notre climat", a souligné le directeur de l'AIE Fatih Birol, dans un communiqué.

Après un repli historique de 5,8% en 2020, conséquence de la pandémie et des mesures de confinement, les émissions liées à l'énergie, environ les trois quarts du total mondial, devraient connaître cette année un rebond de 4,8 %. Soit 1,2 % seulement sous le niveau des émissions de 2019. "L'accélération du déploiement des vaccinations contre le Covid-19 dans de nombreuses grandes économies et les réponses fiscales généralisées à la crise économique stimulent les perspectives de croissance économique et conduisent à un rebond de la demande d'énergie en 2021", explique le rapport dans son introduction. Ce serait la deuxième plus forte hausse annuelle jamais enregistrée pour les émissions de CO2, après le rebond post-crise financière en 2010.

La demande en charbon approche le pic historique de 2014

Selon le rapport, toutes les énergies fossiles devraient voir leur demande augmenter "significativement" en 2021, et notamment le charbon, le plus émetteur de tous, dans les pays émergents. Celle-ci devrait croître de 4,5 %, dépassant son niveau de 2019 pour approcher ses sommets de 2014. La demande de gaz devrait également aller au-delà de son niveau pré-Covid-19. La situation est cependant différente pour le pétrole : si la demande repart fortement, elle devrait rester 3 % en dessous de son niveau le plus haut de 2019 du fait des incertitudes pesant sur le secteur aérien.

Du côté des renouvelables, la demande serait également au rendez-vous. La production électrique devrait croître de 8 %, pour fournir quelque 30 % de l'électricité mondiale, contre moins de 27 % en 2019. Celle issue du solaire et de l'éolien pourrait en particulier connaître un niveau annuel record avec une hausse respective de 18 % et 17 % par rapport à 2020. La Chine représente environ la moitié de ces progrès. La croissance de la demande en charbon reste cependant 60 % supérieur à celle des énergies vertes dans le monde. "À moins que les gouvernements n'agissent rapidement pour commencer à réduire les émissions, alerte le directeur de l'AIE, il est probable que nous affrontions une situation pire encore en 2022".

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Gazprom NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Coupures de gaz à la Pologne et la Bulgarie : l'étau se resserre sur l'Union européenne pour accélérer son indépendance énergétique

La pression s'accroît sur l'Union européenne. Alors qu'un sixième train de sanctions est en préparation à Bruxelles, la Russie a mis ses menaces à exécution en suspendant ses livraisons de gaz à la Bulgarie et à la Pologne. Les deux pays avaient refusé de payer en roubles, comme l'exige Moscou...

La centrale à charbon de Saint-Avold pourrait finalement ne pas fermer au 31 mars

À Saint-Avold, en Moselle, c'est l'incompréhension la plus totale. La centrale à charbon, l'une des deux dernières encore en fonctionnement en France, doit officiellement s'arrêter au 31 mars, soit dans deux jours. Mais la pénurie d'électricité nucléaire, et la guerre en Ukraine qui menace...

Methanier Christophe de Margerie a quai a Yamal pour bapteme Total maria chernenkova

Guerre en Ukraine : TotalEnergies renonce au pétrole russe, mais reste présent dans le gaz

Un mois après le début de la guerre en Ukraine, TotalEnergies annonce qu'elle va cesser d'acheter du pétrole et des produits pétroliers à la Russie. La major maintient cependant ses positions dans le gaz et assure que partir serait contre-productif et reviendrait à soutenir davantage les intérêts...

Torchage thailande Love Krittaya CC0

Alors que les prix flambent, les industriels continuent de laisser échapper du gaz qui pourrait être valorisé

Cette semaine, une vidéo montrant le rejet volontaire de centaines de milliers de mètres cube de gaz sur un site français a provoqué l'indignation alors que les prix flambent. Depuis des années, les industriels pétroliers et gaziers sont incités à lutter contre les rejets et les fuites de méthane en...