Publié le 29 mars 2019

ÉNERGIE

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump suivent cette tendance en concentrant la moitié des centrales arrêtées dans le monde l'année dernière. La Chine, en revanche, s'éloigne des objectifs de l'Accord de Paris en pariant encore sur cette énergie sale.

Les États-Unis concentrent la moitié des centrales à charbon arrêtées en 2018 dans le monde.
@CC0/David Jolley

Pour la troisième année consécutive, le nombre de centrales à charbon en développement dans le monde a reculé de 39 % sur un an et de 84 % sur trois ans, selon une étude publiée le 28 mars par Sierra Club, Greenpeace et Global Energy Monitor (1). Celui des projets en phase de pré-construction a quant à lui diminué de 24 % sur un an et de 69 % sur trois ans. Enfin, le nombre de centrales terminées a baissé de 20 % sur un an et de 53 % comparé à 2015.

Seule ombre au tableau, la Chine qui fait figure d'exception. Le nombre de centrales à charbon en activité dans le pays reste incompatible avec les objectifs de l'accord de Paris. Le Conseil de l'électricité chinois, qui représente les installations électriques du pays, a ainsi appelé récemment à augmenter la capacité des centrales à charbon nationales à 1 300 gigawatts d'ici 2030, soit 30 % de plus que les niveaux actuels, selon le même rapport.   

Incompatible avec l'Accord de Paris

Avec près de 1 000 GW, la Chine pèse aujourd'hui pour près de la moitié des capacités des centrales à charbon dans le monde, suivie par les États-Unis (259 GW) et l'Inde (221 GW). En dépit du soutien affiché par le président Donald Trump à cette source d'énergie, les États-Unis concentrent la moitié des centrales à charbon arrêtées dans le monde. Au total, en 2018, ce sont 45 unités correspondant à 17,6 GW de capacité qui ont ainsi été fermées. 

"Depuis 2015, le nombre de centrales à charbon en cours de développement a diminué de 60 %" dans le monde, souligne Christine Shearer, chercheuse au Global Energy monitor citée dans le rapport. "Mais le nombre de centrales à charbon en activité est incompatible avec le maintien du réchauffement climatique nettement en dessous de 2°C. Nous devons donc réduire radicalement l'utilisation des centrales à charbon en activité au cours de la prochaine décennie pour respecter l'accord de Paris".  

La Rédaction avec AFP 

(1) Voir le rapport ici


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...

Marchison Falls Ouganda EACOP Tilenga CCO

Nouvelle condamnation pour Eacop et Tilenga, les mégaprojets controversés de TotalEnergies en Afrique

Les mégaprojets d’extraction de pétrole (Tilenga) et d'oléoduc immense (Eacop) portés par TotalEnergies en Ouganda et Tanzanie, suscitaient déjà l’ire de la société civile et de certains investisseurs. C’est maintenant au tour du Parlement européen de les condamner pour leurs conséquences sur les...

Station essence istock JBorruel

Avec la crise énergétique, les subventions aux combustibles fossiles ont presque doublé en 2021

Les subventions aux combustibles fossiles, néfastes pour la planète, ont presque doublé en 2021 et devraient encore progresser fortement en 2022. Cela s'explique par la hausse des prix de l'énergie, exacerbée depuis février dernier par la guerre en Ukraine. En réponse, de nombreux gouvernements ont...