Publié le 29 mars 2019

ÉNERGIE

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump suivent cette tendance en concentrant la moitié des centrales arrêtées dans le monde l'année dernière. La Chine, en revanche, s'éloigne des objectifs de l'Accord de Paris en pariant encore sur cette énergie sale.

Les États-Unis concentrent la moitié des centrales à charbon arrêtées en 2018 dans le monde.
@CC0/David Jolley

Pour la troisième année consécutive, le nombre de centrales à charbon en développement dans le monde a reculé de 39 % sur un an et de 84 % sur trois ans, selon une étude publiée le 28 mars par Sierra Club, Greenpeace et Global Energy Monitor (1). Celui des projets en phase de pré-construction a quant à lui diminué de 24 % sur un an et de 69 % sur trois ans. Enfin, le nombre de centrales terminées a baissé de 20 % sur un an et de 53 % comparé à 2015.

Seule ombre au tableau, la Chine qui fait figure d'exception. Le nombre de centrales à charbon en activité dans le pays reste incompatible avec les objectifs de l'accord de Paris. Le Conseil de l'électricité chinois, qui représente les installations électriques du pays, a ainsi appelé récemment à augmenter la capacité des centrales à charbon nationales à 1 300 gigawatts d'ici 2030, soit 30 % de plus que les niveaux actuels, selon le même rapport.   

Incompatible avec l'Accord de Paris

Avec près de 1 000 GW, la Chine pèse aujourd'hui pour près de la moitié des capacités des centrales à charbon dans le monde, suivie par les États-Unis (259 GW) et l'Inde (221 GW). En dépit du soutien affiché par le président Donald Trump à cette source d'énergie, les États-Unis concentrent la moitié des centrales à charbon arrêtées dans le monde. Au total, en 2018, ce sont 45 unités correspondant à 17,6 GW de capacité qui ont ainsi été fermées. 

"Depuis 2015, le nombre de centrales à charbon en cours de développement a diminué de 60 %" dans le monde, souligne Christine Shearer, chercheuse au Global Energy monitor citée dans le rapport. "Mais le nombre de centrales à charbon en activité est incompatible avec le maintien du réchauffement climatique nettement en dessous de 2°C. Nous devons donc réduire radicalement l'utilisation des centrales à charbon en activité au cours de la prochaine décennie pour respecter l'accord de Paris".  

La Rédaction avec AFP 

(1) Voir le rapport ici


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

2021 : difficile clap de fin pour le charbon en France

Conformément à la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, les quatre dernières centrales à charbon françaises doivent fermer leurs portes d’ici la fin de l’année, sur fond d’exception à Cordemais et de projets de transition contestés ailleurs. En outre, le gestionnaire du réseau électrique RTE a...

080 HL FVANNIER AFP

Raffinage : la transformation verte de Grandpuits ne plaît ni aux salariés, ni aux écologistes

Raffineurs, syndicats et ONG se sont mobilisés contre le projet de Total de reconvertir la raffinerie de Grandpuits, en Ile-de-France, en plateforme "zéro pétrole". Du greenwashing pour les écologistes. Le manque de compétitivité et les impératifs de réduction de gaz à effet de serre dressent...

Shell neutralite carbone 2050

Shell annonce que son pic de production de pétrole est dépassé

Le temps est au changement pour nombre de pétroliers. Après que Total ait décidé de changer de nom pour traduire la diversification de son mix, Shell annonce une réduction de sa production de pétrole et de son intensité carbone. Il y a bien un avant et un après Covid pour Shell. La principale...

"TotalEnergies" : un nouveau nom, pour promouvoir un nouveau mix énergétique

Le PDG de Total ne voit plus son entreprise comme un pétrolier mais comme un énergéticien. La société va investir massivement d’ici 2030 dans les renouvelables, bien plus que n’importe quelles autres majors et que bon nombre d’électriciens. Aussi, à l’occasion de l’annonce des résultats 2020 en...