Publié le 03 mai 2018

ÉNERGIE

La ville de Paris appelle les assureurs avec lesquels elle travaille à exclure le charbon

Nouvel engagement en faveur du climat de la ville de Paris. Le conseil de la capitale a adopté mercredi 2 mai un vœu appelant tous les assureurs et réassureurs avec lesquels elle travaille, mais aussi plus largement à l’international, à désinvestir et ne plus assurer le secteur charbon.

Pour tenir les engagements de l'Accord de Paris, il faudrait fermer toutes les centrales à charbon de l'OCDE d'ici 2030.

La ville de Paris poursuit la chasse aux énergies les plus polluantes. Après avoir annoncé son intention de désinvestir des fossiles et étudier la possibilité d’assigner en justice les principales entreprises de l’industrie pétrolière pour leur responsabilité dans le changement climatique, le conseil de Paris a adopté mercredi 2 mai un vœu (1) qui appelle les assureurs et réassureurs du monde entier à exclure le charbon.

Porté par les élus écologistes, le texte invite les assureurs et réassureurs "à s'engager contre la pollution de l'air et à retirer leurs soutiens aux projets et entreprises du secteur du charbon, notamment dans l'Union européenne et plus particulièrement en Pologne". La capitale s’engage également à inciter les assureurs et réassureurs avec lesquels elle a contracté à ne pas investir dans les entreprises du charbon, et à favoriser les renouvelables. Le vœu prévoyait que la Ville revoit ses contrats en cas de manquement, mais cette mesure a été retirée par un amendement de l’exécutif.

“Le rôle des assureurs est encore sous-estimé alors qu’il est déterminant dans la prévention des risques de demain. Il est contradictoire d’alerter sur le coût du dérèglement climatique d'un côté et de l'autre en financer l’accélération. Sans leurs investissements et assurances, aucun projet fossile ne pourrait voir le jour”, explique Jérôme Gleizes, conseiller de Paris.

Rappel à l’ordre

Ce vœu a été voté alors que se tiendra fin mai la réunion de l’Association de Genève qui rassemblera les assureurs et réassureurs du monde entier. “L’industrie du charbon contribue non seulement à l’accélération du changement climatique mais aussi à une pollution de l’air qui coûte chère à la santé des populations et à nos finances publiques. La soutenir est irresponsable”, ajoute David Belliard, président du groupe écologiste de Paris.

Les Amis de la Terre applaudissent également cette décision et enjoignent Axa et Scor à s'y plier. Car s’ils ont pris des mesures contre le charbon, ils continuent de financer le secteur en Pologne. "Alors que la COP24 se tiendra cette année en Pologne, le voeu adopté par Paris sonne comme un rappel à l'ordre pour les assureurs qui se sont engagés à tout faire pour que les objectifs de l'Accord de Paris soient tenus mais continuent de soutenir le charbon au coeur même de l'Union européenne. Cela vaut pour Axa et Scor qui soulèvent des problèmes réglementaires ou techniques pour justifier le maintien de leurs soutiens au charbon en Pologne" explique l’ONG.

Pour tenir les engagements de l’Accord de Paris, il faudrait fermer toutes les centrales à charbon d’ici 2030 dans les pays de l’OCDE. Or, dans le même temps une croissance de 15 gigawatts en Europe, dont neuf en Pologne, est prévue avec l’ouverture de nouvelles mines et de centrales à charbon et de lignite.

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir le voeu.


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

La foret amazonienne en Guyane grande source de biodiversite française. iStock

Les arbres, le nouvel argument responsable des pétroliers

Eni, Shell, Total… Plusieurs compagnies pétrolières veulent se lancer dans la plantation d’arbres, pour stocker du carbone et compenser leurs émissions. Elles sont de plus en plus poussées par certains investisseurs à communiquer sur leurs actions pour réduire leur impact sur le réchauffement...

Et l’entreprise la plus rentable au monde est toujours le pétrolier Saudi Aramco… mais ses profits baissent

En six mois, le plus grand pétrolier au monde, Saudi Aramco, à enregistrer 46,9 milliards de dollars de bénéfices. C’est le double d’Apple sur toute l’année 2018 ! Mais le groupe souffre quand même d’un recul de 12 % en raison de la faiblesse du brut.

Ouganda pxhere

La région des grands lacs africains et ses gisements pétroliers, terrain de jeu glissant pour Total

Total est doublement sous le coup de la loi sur le devoir de vigilance. Le groupe français vient d'être mis en demeure une seconde fois - et à une semaine d'intervalle - pour ne pas avoir pris de mesure de vigilance suffisante pour le climat et pour un méga-projet pétrolier en Ouganda. Des atteintes...

Un nouvel électricien, EPH, débarque en France et mise sur le charbon

Le groupe d'énergie allemand Uniper (ex-Eon) a annoncé la finalisation de la vente de l'ensemble de ses activités françaises à EPH, une holding dans l'énergie aux mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Cela concerne en particulier deux centrales à charbon, dont la fermeture est prévue pour...