Publié le 15 juillet 2019

ÉNERGIE

La région des grands lacs africains et ses gisements pétroliers, terrain de jeu glissant pour Total

Total est doublement sous le coup de la loi sur le devoir de vigilance. Le groupe français vient d'être mis en demeure une seconde fois - et à une semaine d'intervalle - pour ne pas avoir pris de mesure de vigilance suffisante pour le climat et pour un méga-projet pétrolier en Ouganda. Des atteintes graves aux droits humains y ont été constatés par plusieurs ONG locales, soutenues par Les Amis de la Terre France et Survie. La major a trois mois pour se mettre en conformité avant une action en justice.

Ouganda pxhere
Le projet porté par Total en Ouganda se situe aux abords du lac Albert, dans la plus importante aire protégée du pays, située de part et d'autre du Nil blanc.
@Pxhere

En une semaine, Total a été mis en demeure deux fois par des collectivités et ONG pour ne pas avoir respecté la loi sur le devoir de vigilance. Votée en 2017, quelques années après le drame du Rana Plaza, celle-ci impose aux multinationales d’établir un plan pour évaluer, prévenir et réduire leurs impacts sociaux et environnementaux sur l’ensemble de leur chaîne de valeur, y compris leurs sous-traitants ou filiales à l'étranger.

La première mise en demeure a été déposée le 19 juin par 14 collectivités françaises, soutenues par plusieurs ONG, pour obliger Total à s’aligner avec l’Accord de Paris et revoir son plan de vigilance en ce sens. La seconde est intervenue le 24 juin à l’initiative des Amis de la Terre France, Survie et quatre associations ougandaises. Elle vise à contraindre l’entreprise à prendre des mesures de vigilance concernant un méga-projet pétrolier en Ouganda et à mettre en œuvre les engagements déjà pris quant au respect des droits humains.

220 000 barils par jour

Après le Brésil ou l’Iran, c’est vers l’Afrique que Total se tourne désormais, et c’est plus précisément la région des Grands Lacs qui intéresse le pétrolier. Le projet du lac Albert, baptisé "projet Tilenga", situé dans le Murchison Falls National Park, la plus importante aire naturelle protégée d’Ouganda, est l’un des grands projets sur lequel le groupe compte pour assurer sa croissance. Les réserves de pétrole y sont estimées à 1,7 milliard de barils, et la production pourrait atteindre à terme 220 000 barils par jour. La décision finale d'investissement, qui donnera le feu vert définitif au projet, est attendue d’ici la fin de l'année.

Le projet vise à exploiter six champs pétroliers et à forer 419 puits sur 34 plateformes. La région étant vierge de toute exploitation, il faut aussi installer une usine de retraitement du pétrole et construire un oléoduc géant qui permettra de relier l’Ouganda à l’océan Indien via la Tanzanie, l’East African Crude Oil Pipeline (EACOP), de 1 445 kilomètres. "Ce sera le plus long pipeline de pétrole brut chauffé au monde" estiment les spécialistes.

"Total est une entreprise emblématique de la Françafrique, la loi sur le devoir de vigilance nous donne l’occasion qu’elle réponde enfin de ses actes", estime Pauline Tétillon, coprésidente de l’association Survie. Après de longs et difficiles mois d’enquête – les partenaires locaux subissant d’importantes pressions – les ONG assurent que ces projets engendreront des atteintes graves aux droits humains et à l’environnement, et participeront au réchauffement climatique.

Conflits d'intérêts, intimidations, menaces

Des dizaines de milliers de personnes vont être expulsées et relogées. Les témoignages collectés sur place montrent que certaines ont interdiction de cultiver leurs terres avant même d’avoir perçu leur indemnité de dépossession des terres. D’autres sont contraintes - sous le coup d'intimidations et de menaces, racontent les ONG - d’accepter des indemnisations qui ne compensent pas la perte subie, en raison de conflits d’intérêts entre les experts mandatés et la multinationale et son sous-traitant. Enfin, la zone est primordiale pour la préservation des oiseaux et elle abrite plus de 500 espèces d’animaux (antilopes, lions, éléphants…).

Une plainte a par ailleurs été déposée en Ouganda pour dénoncer les conditions dans lesquelles le certificat d’évaluation d’impact social et environnemental a été approuvé. "Nous l’avons conduite dans le respect des standards nationaux et internationaux, en particulier de la SFI [Société financière internationale, filiale de la Banque mondiale], qui sont les plus stricts en la matière. Plus de 10 000 personnes ont été consultées", détaille un des porte-paroles de Total, dans le journal Le Monde."Les opérations couvriront moins de 0,1 % de la superficie du parc", fait encore valoir.

Le groupe a désormais trois mois pour revoir ou mettre en œuvre son plan de vigilance. Au-delà de ce délai, les six associations pourront saisir la justice pour ordonner à l'entreprise de s'exécuter. Total signale de son côté avoir proposé une rencontre aux Amis de la Terre à deux reprises ces dernières semaines suite aux préoccupations qu’ils exprimaient dans les médias, sans aucune réponse pour l'heure. 

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Total mis en demeure de s’aligner avec l’Accord de Paris, avant une attaque en justice

Soutenues par plusieurs ONG, 14 collectivités françaises ont mis en demeure Total de s’aligner avec l’Accord de Paris et de revoir son plan de vigilance. Le pétrolier français avait déjà été interpellé en octobre dernier sur son manque d’ambition climatique. Il a publié un nouveau document...

Devoir de vigilance : le cas de Total, attaqué sur le changement climatique, fera-t-il jurisprudence ?

En octobre 2018, un collectif d’associations et d’élus interpellait Total sur l’absence de mention du changement climatique dans son plan de vigilance. Pour le pétrolier cependant, ce risque ne fait pas partie de ses obligations. Sous la pression, il accepte pourtant de l’intégrer dans son...

Climat : Total, premier pétrolier à être interpellé sur son devoir de vigilance

Les maires de plusieurs villes françaises et des ONG ont demandé mardi 23 octobre au groupe pétrolier Total d'agir pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°. Faute de quoi ils pourraient l'attaquer en justice.

Devoir de vigilance : les entreprises jouent la montre

Deux ans après l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance, les ONG dressent un "constat inquiétant" de son application par les entreprises. Certaines comme Lactalis, Zara ou Crédit Agricole n’ont pas publié de plan. D’autres comme Danone, Total, Carrefour ou BNP Paribas sont en deçà...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Centrale a charbon rwe

Quatre centrales au charbon sur cinq dans l’Union européenne ne sont pas rentables

Les centrales à charbon n'ont plus d'avenir en Europe. C'est en somme ce qu'affirme l'ONG Carbon Tracker dans un nouveau rapport. En cause, la compétitivité des énergies renouvelables et les normes sur la qualité de l'air. Les pertes sont considérables. 1,9 milliard d'euros pour l'Allemagne, dont le...

[Édito Vidéo] "Il n’y a pas d’autres choix que d’investir dans le pétrole"

Après une longue séquence internationale sur le climat en septembre, octobre sonne l'heure de la contre-attaque pour les pétroliers. Lors de leur grande réunion "Oil and Money", bientôt rebaptisée en Energy Intelligence Forum, les pétroliers assurent que la transition énergétique est leur première...

La Chine appuie largement le charbon hors de ses frontières

Les banques et entreprises chinoises continuent de miser sur le charbon... hors de leurs frontières. Alors que Pékin a pris des mesures restrictives sur l'utilisation du charbon, sur son territoire, le pays finance plus de 100 gigawatts de nouvelles capacités au Banglasdeh, en Afrique du Sud ou...

Saudi Aramco petrole attaque AFP

[Édito Vidéo] Attaque en Arabie Saoudite : deux drones qui déstabilisent le monde

En une seule frappe, les commanditaires de l’attaque sur les installations pétrolières en Arabie saoudite ont effacé la moitié de la production du Royaume wahhabite. Et cela a enflammé le monde entier que ce soit sur les plans boursier et diplomatique. Entre la fragilité de l’or noir et notre...