Publié le 27 juillet 2022

ÉNERGIE

L’Union européenne trouve un accord sur la réduction de la demande en gaz, face au risque d’approvisionnement russe

C’est la solidarité qui l’a emportée à Bruxelles. Un nouveau plan a été adopté mardi 26 juillet par les 27 États membres pour réduire la consommation de gaz de 15 % en cas de pénurie cet hiver. Si des dérogations et des exemptions sont prévues, notamment pour la France, l’objectif est bel et bien de faire front face à un risque de plus en plus avéré d’approvisionnement en gaz russe.

Conseil extraordinaire UE reduction consommation de gaz russie penurie hiver MTE
Le texte adopté maintient le taux de 15 % de réduction volontaire de la consommation de gaz des États membres "avec des mesures de leur choix" et quelques dérogations.
@Ministère de la Transition énergétique

Les 27 États membres se sont réunis mardi 26 juillet en conseil extraordinaire pour adopter un nouveau règlement visant la réduction de la consommation de gaz sur le continent à court-terme. Le plan de la Commission a sans surprise été remanié. Bruxelles proposait une réduction de 15 % sur huit mois, entre août 2022 et mars 2023, par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période. Si l’esprit de solidarité est sauf avec un taux maintenu à 15 %, malgré des dissensions au sein des pays du Sud notamment, le réalisme est aussi à l’œuvre avec des exemptions et des dérogations accordées. Seule la Hongrie s’est opposée au texte.

"L'Union européenne est unie et solidaire. La décision d'aujourd'hui a clairement montré que les États membres s'opposeront à toute tentative russe de diviser l'UE en utilisant l'approvisionnement énergétique comme une arme. L'adoption de la proposition de réduction de gaz en un temps record a sans aucun doute renforcé notre sécurité énergétique commune", s’est félicité Jozef Síkela, le ministre tchèque de l'industrie et du commerce, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil, succédant à la France.

"C'est un plan pragmatique qui s'adapte à la réalité de chaque État membre"

Le Conseil a donc prévu quelques dérogations pour les États membres qui ne sont pas interconnectés aux réseaux gaziers d'autres États membres par exemple. Ceux qui ont des interconnexions limitées et qui démontrent que leurs capacités d'exportation ou leurs infrastructures nationales de GNL sont utilisées pour rediriger le gaz vers d'autres États membres peuvent aussi déroger à la règle des 15 %. C’est notamment le cas de la France.

Carte des interconnexions gazieres CRE

"Les efforts doivent être proportionnés aux capacités d’interconnexion", avait ainsi rappelé la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, à son arrivée au Conseil. "C'est un plan pragmatique qui s'adapte à la réalité de chaque État membre", a-t-elle souligné à l’issue de la réunion. "Les capacités d’approvisionnement entre la France et l’Allemagne sont physiquement limitées. Il serait donc contre-productif de nous demander des efforts supplémentaires si ça ne sert pas à soutenir davantage nos voisins", expliquait la veille l’entourage de la ministre.

Possibilité de déclencher une "alerte de l'Union"

Les États membres peuvent également demander une dérogation s'ils ont dépassé leurs objectifs de remplissage de stockage de gaz, s'ils dépendent fortement du gaz comme matière première pour les industries critiques ou si leur consommation de gaz a augmenté d'au moins 8 % au cours de l'année écoulée par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Tous les pays qui ne sont pas reliés aux réseaux gaziers de l'UE, les îles notamment, ont été exemptés, de même que les États membres dont les réseaux électriques ne sont pas synchronisés avec le système électrique européen et qui dépendent fortement du gaz pour la production d'électricité

Le règlement du Conseil prévoit enfin la possibilité de déclencher une "alerte de l'Union" sur la sécurité de l'approvisionnement qui rendrait la réduction de la demande de gaz obligatoire en cas de risque important de pénurie de gaz ou de demande de gaz exceptionnellement élevée, ou encore si cinq États membres en font la demande.

L'objectif est de faire des économies avant l'hiver afin de se préparer à d'éventuelles perturbations de l'approvisionnement en gaz de la Russie. Le gazier russe Gazprom a encore annoncé qu’il réduirait cette semaine de moitié ses livraisons de gaz à l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1. Le flux, qui ne fonctionnait déjà qu’à 40 % de ses capacités maximales depuis le 21 juillet, passe à 20 %. La raison invoquée est, comme lors de la dernière interruption, "le besoin de maintenance des turbines". Un argument qui peine à convaincre.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Gaz, nucléaire, renouvelables : la France est-elle assez armée pour passer l’hiver ?

Face aux risques d’approvisionnement énergétique, jugés quasi-inévitables cet hiver, et à la sécheresse qui frappe tout le pays, le gouvernement se veut rassurant. Un plan élaboré avec les entreprises devrait voir le jour à la rentrée. Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a...

Plan de sobriété énergétique : les leviers les plus importants manquent encore à l'appel

Face aux risques de pénurie d'énergie annoncés l'hiver prochain, le gouvernement a lancé fin juin plusieurs groupes de travail réunissant les administrations publiques, les entreprises privées, les partenaires sociaux, les acteurs de la grande distribution et des experts de la transition....

Pour se passer du gaz russe, la Commission européenne relève ses objectifs en matière de renouvelables et d'efficacité énergétique

La Commission européenne a présenté mercredi 18 mai son plan Repower EU pour se passer à terme des hydrocarbures russes et réduire notre dépendance et notre vulnérabilité. Alors que plusieurs directives sont en cours de révision dans le cadre du Green Deal, Bruxelles propose de relever les...

Sommet des chefs d’État européens sur l’énergie : pourquoi une crise du gaz naturel liquéfié (GNL) semble inévitable

Les chefs d’État et de gouvernement européens se réunissent ces lundi 30 et mardi 31 mai pour discuter du plan Repower EU sur l’indépendance énergétique de l'Union européenne, présenté par la Commission le 18 mai. La pression se fait de plus en plus forte pour sortir de notre dépendance...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Conseil extraordinaire UE reduction consommation de gaz russie penurie hiver MTE

L’Union européenne trouve un accord sur la réduction de la demande en gaz, face au risque d’approvisionnement russe

C’est la solidarité qui l’a emportée à Bruxelles. Un nouveau plan a été adopté mardi 26 juillet par les 27 États membres pour réduire la consommation de gaz de 15 % en cas de pénurie cet hiver. Si des dérogations et des exemptions sont prévues, notamment pour la France, l’objectif est bel et bien de...

Station essence istock JBorruel

Pouvoir d'achat : toujours pas de mesures ciblées pour les travailleurs les plus modestes

La remise de 18 centimes par litre de carburant va passer à 30 centimes à la rentrée. C'est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe les Républicains. Le gouvernement, qui souhaitait la mise en place d’une indemnité carburant plus spécifique ciblant les...

Simon cossus maison durable Mathieu BAY

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre énergie, en...

Conseil europeen embargo petrole russe commission europeenne

Embargo sur le pétrole russe : les importations européennes réduites de 90 % d’ici la fin de l’année

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, réunis en sommet, ont entériné un sixième train de sanctions contre la Russie. Ils ont enfin trouvé un accord pour réduire de 90 % leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou...