Publié le 21 décembre 2018

ÉNERGIE

L'Allemagne dit adieu à la houille… mais est loin, très loin, de tourner le dos au charbon

Pour la dernière fois, des mineurs vont descendre dans une mine de houilles en Allemagne. C’est un chapitre de l’industrie du pays qui se ferme et est célébrée en grande pompe par les autorités. Toutefois, Berlin ne tourne pas le dos à son autre source de charbon, le lignite, dont le pays exploite d’immenses mines à ciel ouvert.

Mine de charbon houille Allemagne ThomasLohnes GettyImagesEurope AFP
Vendredi 21 décembre, la fin de l'exploitation de houille en Allemagne a été célébrée dans les cathédrales de la Ruhr.
@ThomasLohnes/GettyImagesEurope/AFP

Ce vendredi 21 décembre est un jour important dans l’histoire énergétique de l’Allemagne. Les "gueules noires" de la Ruhr plongent une dernière fois vendredi dans leur houillère de Bottrop. Une page majeure de l'histoire allemande se tourne, faite de solidarité ouvrière et de cathédrales industrielles désormais obsolètes.

Après des semaines de documentaires et d'éditions spéciales, tout le pays pourra suivre à la télévision à partir de 16h00cet adieu solennel à la houille, en présence du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et du président allemand Frank-Walter Steinmeier.

"Glückauf Kumpel !" : vêtus de leurs casque et uniforme blanc, les mineurs se lanceront un ultime "Bonne chance camarade !", leur phrase rituelle lorsqu'il fallait percer une "veine" et conjurer le danger toujours présent. Puis ils remonteront un dernier bloc de charbon, "l'or noir" allemand envoyé aux oubliettes par la houille étrangère à bas coût, pendant que la chorale charbonnière de la Ruhr entonnera le Steigerlied, l'hymne traditionnel des mineurs.

600 000 mineurs

Les galeries creusées pendant 150 ans, soit six générations de mineurs, à la pioche puis à la foreuse, seront ensuite scellées et progressivement noyées par les eaux de ruissellement. Depuis onze ans déjà, les 1 500 salariés de la fosse de Prosper-Haniel se préparaient à cette fermeture annoncée, dans une Ruhr qui a compté jusqu'à 600 000 mineurs après la Seconde guerre mondiale.

"Merci !", a également écrit vendredi sur Twitter le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier. "Nous devons énormément de choses aux mineurs : chaleur, prospérité et sécurité", a-t-il déclaré.

Dans la Ruhr, déjà frappée par le déclin de son autre fierté industrielle, la sidérurgie, une difficile reconversion s'annonce, doublée d'une mise en valeur touristique des anciens sites.

Le lignite toujours reine

Depuis que Berlin a programmé en 2007 la fermeture des houillères, les autorités rhénanes tentent de faire du bassin minier un pôle de compétitivité, dense en universités, centres de recherche et startups. Et pour éviter un choc trop brutal, l'Allemagne a subventionné les mines, avec au total 40,15 milliards d'euros depuis 1989. 2,7 milliards supplémentaires sont prévus d'ici 2022 pour accompagner la transition.

Mais l'adieu à la houille est toutefois loin de signifier l'abandon du charbon. Près de 40 % du mix électrique allemand repose encore sur ce minerai, sous ses deux formes : la houille importée et plus encore son cousin très polluant et bon marché, le lignite.

Le pays compte ainsi plusieurs immenses mines de lignite à ciel ouvert. Et les centrales au charbon venues d'Australie ou de Chine turbinent à plein régime, y compris dans la Ruhr. Le gouvernement dévoilera début février les grandes lignes de son plan d'abandon progressif du charbon, pour l'heure attendu à l'horizon 2050. À titre de comparaison, la France tournera la page du charbon en 2022.

La rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Donald Trump Energie Charbon Coal SaulLoeb AFP

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Les projets d’investissement des compagnies pétrolières et gazières mettent en péril les objectifs climatiques

L’industrie pétrolière et gazière prévoit d’investir près de 5000 milliards de dollars dans les dix ans pour explorer de nouvelles ressources potentielles. Des projets qui sont "aux antipodes" des objectifs climatiques définis par l’Accord de Paris, selon un rapport de l’ONG Global Witness. Selon le...

Extraction gaz Saudi Aramco Arabie Saoudite champs de Shaybah SaudiAramco

Et l’entreprise la plus rentable au monde en 2018 est… le pétrolier Saudi Aramco

111,1 milliards de dollars, tels sont les bénéfices enregistrés par le plus grand pétrolier de la planète en 2018, Saudi Aramco. Soit un tiers de plus que les autres grands pétroliers cumulés ! La plus grande entreprise d’Arabie Saoudite a pour la première fois ouvert ses comptes aux agences de...

Castle Gate Power Plant Utah CC0 David Jolley

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump...