Publié le 16 novembre 2015

ÉNERGIE

Jean-Charles Brisard : "L’Etat islamique contrôle 140 succursales bancaires gérant 1,1 milliard de dollars"

C’est l’une de ses principales forces. Le groupe terroriste Daech est à la tête d’une fortune considérable. 2 000 milliards de dollars (1) au total, estiment Damien Martinez et Jean-Charles Brisard dans un rapport publié en octobre 2014 pour Thomson Reuters et dont la version actualisée doit être publiée à la fin de ce mois. Pétrole, gaz, phosphate, blé, orge, coton…l’Etat islamique a mis la main sur d’importantes ressources naturelles en Irak et en Syrie. Il contrôle aussi 140 succursales bancaires dans ces deux pays. Les explications de Jean-Charles Brisard, expert en financement du terrorisme et président du Centre d'Analyse du Terrorisme (CAT).  

Jean Charles Brisard expert en financement du terrorisme à Marrakech en 2006 ABDELHAK SENNA AFP
Jean-Charles Brisard, expert en financement du terrorisme, à Marrakech en 2006.
Abdelhak Senna / AFP

Novethic. Vous estimez à 140 le nombre de succursales bancaires contrôlées par l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Quelle somme cela représente-t-il ?

Jean-Charles Brisard. Nous n’avons pas pu étudier chacune des banques, mais au 31 décembre 2013, soit six mois avant la prise de Mossoul, nous estimions qu’elles géraient au moins 1,1 milliard de dollars. Ce sont des banques de dépôt, qui ne font plus de transactions internationales puisque Daech n’en a pas besoin. En effet, toutes leurs transactions se font sur place. Difficile par conséquent de mettre en place des sanctions au niveau international. Les sanctions onusiennes, comme le gel des fonds, sont donc sans effet. Contrairement à Al-Qaïda qui dépend principalement de donations extérieures, Daech a réussi à construire un modèle économique autofinancé à hauteur de 82 % et extrêmement diversifié, donc beaucoup plus difficile à appréhender.  

 

Novethic. Daech s’appuie notamment sur des ressources pétrolières. Comment parvient-il à écouler ce pétrole ?

Jean-Charles Brisard. L’Etat islamique détient une vingtaine de champs pétroliers qui génèrent chaque année 600 millions de dollars. Mais il a aussi mis la main sur des gisements de gaz, sur la production de phosphates et sur des cultures de blé, d’orge, de coton… Au total, 60 % des revenus de Daech proviennent de ressources naturelles contre 40 % de sources criminelles (rançons, extorsions). Cela lui assure un revenu annuel de l'ordre de 2,9 milliards de dollars. Tous ces produits peuvent atterrir sur le marché international puisque les islamistes font appel à des intermédiaires, à des réseaux de distribution de contrebande. Par ailleurs, ces produits sont bradés par rapport aux prix du marché et trouvent donc facilement preneurs.  

 

Novethic. Quelles mesures la communauté internationale pourrait-elle mettre en place pour couper les revenus de Daech ?

Jean-Charles Brisard. L’une des mesures qui peut être mise en place est l’instauration d’un embargo sur les territoires gouvernés par l’Etat islamique pour que rien ne puisse en sortir. Cela supposerait de le faire respecter par une force internationale. Mais pour l’instant, on reste dans le cadre de sanctions économiques qui, comme je l’ai dit plus haut, sont inefficaces pour contrer Daech.  

 

A voir : le documentaire "Daech, naissance d’un Etat terroriste", réalisé par Jérôme Fritel et diffusé sur Arte le 10 février et l’enquête de Capital sur la fortune de Daech, diffusé sur M6 le 14 juin dernier.

 

(1) L'ensemble de la richesse de Daech est estimée à 2 000 milliards de dollars, principalement grâce aux réserves pétrolières. Selon le rapport, l'EI déteindrait en effet 60 % de la production pétrolière en Syrie et un peu moins de 10 % de la production de l'Irak. Ses revenus annuels sont quant à eux évalués à 2,9 milliards de dollars.

Propos recueillis par Concepcion Alvarez
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les banques françaises financent 7 fois plus les énergies fossiles que les renouvelables selon 2 ONG

Quel impact a eu le dernier grand sommet climatique de Copenhague en 2009 sur les banques ? Aucun, si l’on en croit la dernière étude publiée...

10 millions de dollars par minute : le montant des subventions aux énergies fossiles dans le monde

Le chiffre donne le tournis. Chaque année dans le monde, 5 300 milliards de dollars sont dépensés par les Etats pour soutenir les énergies fossiles, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI). Et pourtant, il s’agit d’une aberration économique. Car supprimer ces...

Désinvestissement des énergies fossiles : une arme contre le réchauffement climatique

Désinvestir. Le mot revient de plus en plus souvent dans le débat autour du réchauffement climatique. La campagne pour le désinvestissement des combustibles fossiles, relayée depuis plusieurs années par l’organisation non gouvernementale (ONG) 350.org, est en train de porter ses fruits. De...

Carbon Risk : une application pour mesurer l'urgence climatique

Comment rendre concrets les impacts économiques et financiers du réchauffement climatique? C'est en essayant de répondre à cette question que notre application "Carbon Risk"est...

Ugo Bardi : "Argent et énergie sont gaspillés pour extraire des ressources fossiles au lieu d’investir dans les renouvelables"

Quarante ans après le rapport retentissant du Club de Rome sur "Les limites à la croissance économique", mettant en évidence les ressources finies de la planète, Ugo Bardi, professeur de chimie, tire à nouveau la sonnette d’alarme. Dans un rapport publié récemment en français, "

Le Grand...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Saudi Aramco petrole attaque AFP

[Édito Vidéo] Attaque en Arabie Saoudite : deux drones qui déstabilisent le monde

En une seule frappe, les commanditaires de l’attaque sur les installations pétrolières en Arabie saoudite ont effacé la moitié de la production du Royaume wahhabite. Et cela a enflammé le monde entier que ce soit sur les plans boursier et diplomatique. Entre la fragilité de l’or noir et notre...

BP se dit prêt à abandonner certains projets pétroliers pour respecter l'Accord de Paris

C'est un premier pas vers la transformation bas-carbone annoncée au printemps dernier. Le géant britannique des hydrocarbures BP s'est dit prêt à se désengager de certains projets pétroliers afin de respecter l'Accord de Paris sur le climat, sans toutefois préciser lesquels. Une gageure pour le...

Plateforme petrole woodside

Les majors pétrolières ont approuvé 50 milliards de dollars de projets incompatibles avec l’Accord de Paris

Pour respecter les objectifs climatiques, la demande de combustibles fossiles devra inexorablement diminuer. Pourtant, les principales majors pétrolières et gazières continuent de parier contre l'Accord de Paris. Selon une nouvelle étude publiée le 6 septembre par Carbon Tracker, celles-ci ont...

Mine de charbon près de la grande barrière de corail : AIG, l’un des derniers assureurs en course, est mis sous pression

Les ONG australiennes mettent la pression sur l’assureur américain AIG afin qu’il refuse de soutenir le complexe minier dans le Queensland porté par l’entreprise indienne Adani. Les activistes ont organisé fin août des manifestations dans les bureaux australiens de l’assureur. Une quinzaine de...