Publié le 14 octobre 2019

ÉNERGIE

La Chine appuie largement le charbon hors de ses frontières

Les banques et entreprises chinoises continuent de miser sur le charbon... hors de leurs frontières. Alors que Pékin a pris des mesures restrictives sur l'utilisation du charbon, sur son territoire, le pays finance plus de 100 gigawatts de nouvelles capacités au Banglasdeh, en Afrique du Sud ou encore en Indonésie.

Pékin a investi en Egypte, au Nigeria, au Kenya, au Sénégal, et au Zimbabwe, des pays qui ne disposent pas de charbon pour alimenter les futures centrales et qui seront donc dépendants du charbon chinois.
@CC0 / Herry Lawford

C’est le champion des énergies renouvelables, mais c’est aussi le plus gros pollueur de la planète. Si la Chine, premier producteur mondial de charbon, a pris des mesures restrictives sur l’utilisation de cette énergie pour améliorer la qualité de l’air dans ses villes, elle n’hésite pas à la soutenir hors de ses frontières. Selon un rapport de l’Institute for Energy Economic and Financial Analysis (IEEFA), les banques et entreprises chinoises financent ou vont financer plus d'un quart des projets de nouvelles capacités de production d'électricité au charbon hors de Chine.

Carte investissements vhinois charbon @IEEFA 0119


Carte des pays dans lesquels la Chine a investi, en fonction de la capacité des installations en mégawatts (MW). (Source : IIEFA)

"La Chine est le leader mondial pour prendre des mesures et faire les investissements nécessaires pour progressivement décarboner son économie", explique Tim Buckley, de l’IEEFA. "Mais au niveau international, la Chine continue d'investir dans une série de projets charbon, en contradiction directe avec sa stratégie énergétique nationale".

Le premier électricien du continent africain

Fin juillet 2018, les institutions et entreprises chinoises s’étaient engagées à investir 35,9 milliards de dollars dans des projets d'énergie au charbon dans 27 pays, pour un total de 102 gigawatts. Les projets concernent majoritairement le Bangladesh, le Vietnam, l'Afrique du Sud, le Pakistan ou encore l'Indonésie. En Afrique, la Chine finance l’essentiel des nouvelles capacités de production électrique, devenant le premier électricien du continent.

Pékin a investi en Egypte, au Nigeria, au Kenya, au Sénégal, et au Zimbabwe, des pays qui ne disposent pas de charbon pour alimenter les futures centrales. "Cela veut dire qu'ils devront construire des infrastructures d'importation ou des mines de charbon", note Christine Shearer, l’auteur de l’étude. "Le risque est d'enfermer ces pays dans quelque chose qui n'est pas bon pour eux à long terme, et incompatible avec les objectifs de l'accord de Paris".

Concepcion Alvarez@conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Garanties à l’export : le gouvernement annonce l’arrêt du soutien public pour les projets de pétrole et de gaz

À partir de 2025, la France n’apportera plus aucune garantie publique pour les projets pétroliers portés à l’étranger par des entreprises tricolores. Ce sera 2035 pour le gaz. Pour Bruno Le Maire, c’est une avancée majeure pour faire du pays la première grande économie décarbonée. En revanche, les...

Mine machine vide pixabay

[Bonne nouvelle] La Pologne fermera ses dernières mines de charbon en 2049

La Pologne fait un pas de plus vers la neutralité carbone. Seul état membre de l'Union européenne à ne pas avoir endossé cet objectif, Varsovie multiplie les signaux positifs. Face aux pertes colossales subies par l'industrie du charbon, le gouvernement a annoncé la fin des mines de charbon pour...

Installation solaire de Total au Chili Total

Pour la première fois, Total ne mise plus tout son avenir sur le pétrole

La croissance de Total ne se fera plus dans la production pétrolière, mais dans l’exploitation du gaz et celle des énergies renouvelables. Ce n’est pas l’opinion d’un analyste ou d’un expert, mais la stratégie affichée par le PDG de l’entreprise, Patrick Pouyanné. Une vraie remise en cause du...

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.