Publié le 27 mars 2015

ÉNERGIE

En Allemagne, les centrales à charbon ne sont plus rentables

Les trois énergéticiens historiques allemands, E.on, RWE et EnBW,ont publié au mois de mars des résultats annuels catastrophiques. En cause, l’expansion constante des énergies renouvelables (EnR). Pour survivre, ils doivent revoir leurs modèles économiques - et y intégrer pleinement les nouvelles énergies.

Mine de lignite et centrale à charbon exploitée par Vattenfall dans l'est de l'Allemagne.
Patrick Pleul / ZB picture alliance / AFP

Printemps meurtrier pour les énergéticiens allemands. E.on publie les pertes les plus lourdes de son histoire, 3,16 milliards d’euros. Son principal concurrent et numéro deux du marché allemand, RWE, affiche un résultat net en chute libre : moins 45% par rapport à l’année précédente pour un résultat de 1,28 milliards. Et EnBW ne fait pas mieux : une perte de 451 millions d’euros en 2014, alors qu’en 2013, le groupe publiait des bénéfices s’élevant à 50 millions.

 

Une rentabilité pour les centrales qui chute de moitié en cinq ans

 

Pourquoi un tel marasme ? Les centrales à charbon gérées par les trois grands ne sont plus rentables. Elles ne parviennent pas à tenir la concurrence avec les énergies renouvelables qui représentent actuellement 27% de la production nationale d’électricité. "Les énergies renouvelables se sont développées ces dernières 10 années plus vite que prévues. Dans le même temps, les énergéticiens ont choisi d’investir dans de nouvelles centrales à charbon et à gaz. Ce qui fait qu’en Allemagne, actuellement, on a trop de centrales, malgré l’arrêt progressif des pôles nucléaires", analyse Arne Jungjohann, expert des questions énergétiques à la fondation Heinrich Böll.

Trop de centrales, et donc trop de production d’électricité. "L’Allemagne exporte de plus en plus son électricité dans les pays voisins. À tel point que le pays est devenu l’exportateur d’électricité numéro un en Europe - une situation qui a pour origine les mauvais choix stratégiques des énergéticiens", poursuit l’expert. 

Énergies fossiles et énergies renouvelables sont en concurrence dans la production d’électricité. Avec cette différence que les EnR disposent d’un accès prioritaire sur le réseau de distribution d’électricité. Résultat : plus elles produisent d’électricité verte, plus la part de l’énergie fossile dans le bouquet énergétique allemand baisse. Et la rentabilité des centrales à charbon avec : il y a cinq ans, le mégawattheure d’électricité rapportait aux énergéticiens jusqu’à 65 euros. Actuellement, il ne rapporte plus… qu’une trentaine d’euros.

 

Les énergéticiens contraints de se tourner vers les nouvelles énergies

 

Le modèle économique du charbon a du plomb dans l’aile outre-Rhin. Le Ministère de l’économie et de l’énergie vient de publier un projet de loi dévastateur pour les tenants d’une électricité dopée à la houille : les centrales à charbon de plus de vingt ans d’âge devront payer une amende comprises entre 18 et 20 euros par tonne de dioxyde de carbone si elles émettent plus de sept millions de tonnes de CO2 par gigawattheure.

Que Berlin publie ce projet de loi n’est pas un hasard. Le gouvernement allemnd doit résoudre le problème suivant : il s’est fixé comme objectif de réduire ses émissions de CO2 de 40% d’ici 2020 par rapport à 1990. Mais en l’état, l’Allemagne n’est pas capable de l’atteindre. Elle doit pour cela combler un écart situé entre 5 et 8%. Avec ce projet de loi, le législateur se donne les moyens de contraindre les opérateurs de centrales à charbon de fermer celles qui sont les plus émettrices - et de pouvoir remplir ses objectifs climatiques. "C’est l’amorce d’une sortie du charbon", se félicite Arne Jungjohann.

Pour survivre, les énergéticiens n’ont d’autres choix que de redéfinir leurs stratégies. Le revirement stratégique de E.on annoncé en décembre dernier est certainement le plus spectaculaire.

Après avoir longuement ignoré tout le potentiel offert par l’essor des énergies renouvelables, c’est paradoxalement vers ce secteur qu’ils se tournent pour espérer de continuer à vivre.

Claire Stam, correspondante à Francfort
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Risque carbone : désinvestissement a minima pour le fonds souverain norvégien

Un mois à peine après avoir annoncé son désengagement de 22 entreprises fortement émettrices de CO2, le fonds souverain norvégien a publié ce vendredi 13 mars son rapport d’activité. Très attendu, il déçoit. Pourquoi ? Parce que si le fonds se désengage bien d’entreprises aux activités...

Climat : l'Union européenne cherche à réformer son marché du carbone

C'est une réforme clé si l'Europe veut atteindre son objectif de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Il s'agit de créer une "réserve" de quotas d'émissions de CO2 pour réguler le prix du carbone. L'enjeu : faire remonter son prix pour qu'il envoie le bon...

Allemagne : le charbon, tache noire de la KFW

La banque publique d’investissement allemande, la Kreditanstalt für Wiederaufbau, plus connue sous le sigle KFW, se présente volontiers comme le plus grand financier du monde des mesures de protection de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique....

En Allemagne, le nouveau plan climat élude la question du charbon

Alors que débute un nouveau round des négociations onusiennes sur le climat à Lima, Berlin dévoile son nouveau "plan national d’action pour le climat". Véritable feuille de route climatique pour les prochaines années, ce plan réitère l’objectif de l’Allemagne de réduire ses émissions de CO...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Arctic LNG2 Total projet gazier arctique Novatek RU

La France ne soutient pas le projet gazier TotalEnergies en Arctique

C'est une victoire en demi-teinte. La France a finalement décidé de ne pas soutenir le projet gazier de TotalEnergies en Arctique, de même qu'aucune banque française. Mais l'énergéticien vient d'annoncer avoir quand même bouclé son tour de table. Le projet est situé dans une région déjà largement...

IStock kruwt centrale charbon RWE allemagne

L'Allemagne va sortir du charbon d'ici 2030

L'Allemagne accélère sa transition. Le pays, premier émetteur de CO2 en Europe, très dépendant du charbon, va sortir, "dans l'idéal" de ce combustible fossile d'ici 2030. C'est ce qu'a annoncé la nouvelle coalition gouvernementale mercredi 24 novembre. Une mesure arrachée par les Verts, ce qui...

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...