Publié le 20 mai 2017

ÉNERGIE

EDF vend toutes ses centrales à charbon en Pologne

Les quatre centrales à charbon d’EDF en Pologne sont passées dans les mains de PGE Polska Grupa Energetyczna. L’électricien français continue de céder ou fermer ce type d'actifs même s'il reste très présent dans ce domaine en Chine et au Royaume-Uni.

Centrale à charbon de Rybnik de Pologne
EDF

Vendredi 19 mai, EDF a officialisé la vente de ses quatre tranches de la centrale à charbon de Rybnik. Cela représente une puissance totale de 1 800 MW, soit l’équivalent de deux réacteurs nucléaires. L’acquéreur est l’électricien polonais PGE Polska Grupa Energetyczna, qui a dépensé 1,4 milliard d’euros.

Ces dernières années, l’électricien français avait envisagé des lourds travaux sur ces outils afin de les rendre plus rentables et moins émetteurs de CO2. Mais l'opération a été jugée au final peu rentable et éloignée du plan d'entreprise CAP 2030, imaginée par le PDG Jean-Bernard Lévy à son arrivée à la tête du groupe en 2014. Il y met en avant un mix reposant sur le nucléaire et les énergies renouvelables.

 

Des actifs bientôt hors normes

 

C’est sans compter que la nouvelle réglementation européenne sur la pollution atmosphérique aurait imposé d’ici 2021 la modernisation ou l'arrêt de 108 centrales à charbon en Europe dont les quatre tranches qu’EDF vient de céder à son homologue polonais. Selon l’IEEFA (Institute for energy economics and financial analysis), la mise aux normes de ces tranches aurait renchéri le prix de l’électricité de 5 à 30 %.

Depuis 2013, le groupe a fermé 10 tranches à charbon, soit une puissance de 2835 MW. Fin 2016, l’entreprise a aussi cédé son activité de trading dans le charbon au Japonais Jera. L’entreprise conserve cependant toujours trois centrales en France, une au Havre (Seine-Maritime) et deux à Cordemais (Loire-Atlantique) pour une puissance totale de 1740 MW. Hors de l’Hexagone, le groupe est impliqué dans 2000 MW de production en Chine et 4000 MW au Royaume-Uni.

 

Le fioul également en recul

 

Outre le charbon, EDF accélère aussi sa sortie du fioul. Fin avril, l’entreprise a annoncé la fermeture de la centrale de Porcheville (Yvelines) et d’une tranche de la centrale de Cordemais (Loire-Atlantique). La première affichait une puissance de 2 400 MW et la seconde de 1 200 MW. L’électricien français a donc retiré du réseau 3 600 de ses 5 000 MW de capacités fioul. Initialement, leur fermeture était annoncé pour 2023, avant d'être avancée pour 2018.

Fin 2016, les émissions mondiales de CO2 du groupe français s’établissaient à 35 grammes par KWh contre 350 grammes en moyenne en Europe (450 grammes sans compter EDF). Avec cette vente, EDF devrait encore abaisser le niveau de ses émissions.

Ludovic Dupin, @ludovicdupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

La foret amazonienne en Guyane grande source de biodiversite française. iStock

Les arbres, le nouvel argument responsable des pétroliers

Eni, Shell, Total… Plusieurs compagnies pétrolières veulent se lancer dans la plantation d’arbres, pour stocker du carbone et compenser leurs émissions. Elles sont de plus en plus poussées par certains investisseurs à communiquer sur leurs actions pour réduire leur impact sur le réchauffement...

Et l’entreprise la plus rentable au monde est toujours le pétrolier Saudi Aramco… mais ses profits baissent

En six mois, le plus grand pétrolier au monde, Saudi Aramco, à enregistrer 46,9 milliards de dollars de bénéfices. C’est le double d’Apple sur toute l’année 2018 ! Mais le groupe souffre quand même d’un recul de 12 % en raison de la faiblesse du brut.

Ouganda pxhere

La région des grands lacs africains et ses gisements pétroliers, terrain de jeu glissant pour Total

Total est doublement sous le coup de la loi sur le devoir de vigilance. Le groupe français vient d'être mis en demeure une seconde fois - et à une semaine d'intervalle - pour ne pas avoir pris de mesure de vigilance suffisante pour le climat et pour un méga-projet pétrolier en Ouganda. Des atteintes...

Un nouvel électricien, EPH, débarque en France et mise sur le charbon

Le groupe d'énergie allemand Uniper (ex-Eon) a annoncé la finalisation de la vente de l'ensemble de ses activités françaises à EPH, une holding dans l'énergie aux mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Cela concerne en particulier deux centrales à charbon, dont la fermeture est prévue pour...