Publié le 26 mai 2018

ÉNERGIE

[Décryptage] Shell fait valider sa stratégie climat par ses actionnaires

Lors de l’Assemblée générale de Shell, la résolution de Follow This pour imposer au pétrolier d’adopter une stratégie climat ambitieuse n’a réuni que 5 % des voix des actionnaires. Mais au-delà des chiffres, plusieurs observateurs y voient un signal fort envoyé à l’industrie pétrolière alors que la question du réchauffement s’est retrouvée au cœur des discussions. Les actionnaires n’ont toutefois pas encore osé s’opposer frontalement au pétrolier.

Les actionnaires de Shell ont alerté l'entreprise sur le risque de dépréciation d'actifs faute d'une véritable prise en compte du risque climat.
@Shell

Le résultat de ce vote était très attendu. La résolution de "Follow This", soumise lors de l’AG de Shell du 22 mai, voulait forcer Shell a adopté une stratégie compatible avec l’accord de Paris. Le score n’a pas atteint les résultats espérés par les défenseurs du climat, mais il a nourri le débat sur le rôle des investisseurs dans la transition énergétique des compagnies pétrolières. La première victoire reste donc d’avoir fait du climat l’un des principaux thèmes de l’Assemblée Générale de Shell. La moitié des questions de la réunion qui a duré quatre heures ont porté sur la stratégie climat du groupe.

Ambiguïté des actionnaires 

Une coalition de 27 investisseurs représentant 7 800 milliards de dollars d’actifs (membres de l'IGCC et de Climate 100+, deux groupes d'investisseurs orientés sur le climat) a pris la parole au sein  de l’AG pour appeler la compagnie à "traduire sa stratégie climat en objectifs de court et moyen termes, alignés sur l’Accord de Paris pour la période cruciale de 2020-2030" et ils ont ensuite voté à titre individuel se répartissant entre les pour, les contre et les abstentions sur la résolution déposée par l’ONG Follow This.  

Les tenants de la résolution veulent d’abord retenir le vote positif des investisseurs les plus engagés au rang des quels on compte des sociétés de gestion françaises comme AXA IM, Aviva Investors, BNP Paribas Asset Management, Ecofi Investissements, Mirova, Amundi, l’Ircantec ou PRO BTP Finance. Pour Mark van Baal directeur de "Follow This", ils "ont envoyé un signal clair à Shell et à toutes les compagnies pétrolières et gazières pour qu'elles se fixent des objectifs et ne se contentent pas d’ambitions". Share Action, expert britannique de l’engagement actionnarial, se réjouit de son côté d’avoir obtenu le soutien de 3 600 investisseurs individuels à la résolution ciblant la compagnie anglo-hollandaise.

Baisse d'empreinte carbone vs trajectoire 2 degrés

Comme l’explique l’ONG Carbon Tracker qui a publié un rapport sur les scenarios proposés par les compagnies pétrolières en mai : "L’information financière liée au climat est désormais sous le microscope des investisseurs, mais l’image n’est pas encore nette", pointent les auteurs. "Les entreprises fournissent peu de quantification du risque financier auquel elles font face." 

L’enjeu de la résolution portait sur la stratégie la plus adaptée face à ces risques. Follow this demandait des objectifs alignés sur la trajectoire de 2 degrés fixée par l’Accord de Paris pour éviter à Shell d’affronter de futures dépréciations massives (stranded assets). De son coté, la compagnie avait fait le choix d’une réduction ambitieuse de son empreinte carbone. Dès novembre 2017, elle a affirmé vouloir diminuer l’ensemble de ses émissions directes et indirectes (Scopes 1, 2 et 3) de 20 % d’ici 2035 et de 50 % d’ici 2050.

"Cette ambition est vraiment à la pointe des pratiques du secteur, personne d'autre ne s'en approche", a affirmé Ben Van Beurden, le PDG du groupe devant ses actionnaires. "Votre compagnie veut prendre le lead, alors laissez-nous faire, et suivez-nous", a-t-il ironisé auprès d’eux en référence au nom de l'ONG dont il contestait la démarche, "Follow This".

Prise de conscience

C’est ainsi que le bras de fer entre management et actionnaires a été remporté par les dirigeants du groupe Shell : "Ce vote illustre les limites de l’engagement actionnarial. Les investisseurs ne sont majoritairement pas prêts à s’opposer frontalement aux compagnies dont elles sont actionnaires même s’ils ont pris conscience des risques qui pèsent sur les modèles économiques des compagnies pétrolières",  analyse Anne-Catherine Husson-Traore, directrice générale de Novethic.

"Il faudrait pourtant que les signaux envoyés soient plus forts pour faire basculer le rapport de forces. C’est ce qu’avait fait espérer le vote de l’AG d’Exxon l’année dernière et le lancement de la Coalition 100 + en décembre 2017 mais il faut sans doute plus de temps pour faire évoluer la relation actionnaires entreprises" , ajoute-t-elle.

La Rédaction de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Bernard Loomey PDG BP BP

Le nouveau patron BP promet que le pétrolier géant sera neutre en carbone en 2050

C’est inédit. Alors que toutes les majors de la planète sont menacées de perte de valeurs en raison du risque climatique et que nombre de leurs actionnaires leur demandent de rendre des comptes, la troisième major pétrolière au monde annonce la neutralité carbone pour 2050. Et, pour y parvenir, elle...

Terminal GNL en mer adriatique 01

Le parlement européen valide de nouveaux projets gaziers : premier test raté après l'adoption du Green Deal

Le Parlement européen a voté en faveur de nouveaux projets d'infrastructures gazières au sein de l'Union. Deux récentes études appelaient pourtant à s'y opposer en vertu de l'objectif de neutralité carbone que s'est fixé Bruxelles dans le cadre du Green deal. Les experts mettent aussi en avant...

Vue aerienne de la ville du Havre

Le Havre dit adieu au charbon et tente de dessiner un avenir plus vert

Promesse du président Macron, la centrale à charbon du Havre sera la première à fermer ses portes en 2021, avant celles de Saint-Avold, Gardanne et Cordemais. Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’État à la transition écologique, vient de signer sur place un Pacte territorial pour dessiner un nouvel...

La fin des centrales à charbon en France, c'est pour 2022...ou presque

[Mise à jour le 31 janvier] Promesse hautement symbolique de campagne, la fermeture des quatre dernières centrales à charbon françaises prévues pour 2022 ne sera pas complètement tenue. À Cordemais, en Loire-Atlantique, la production devrait tourner au ralenti jusqu’encore 2024 ou 2026 afin...