Publié le 18 mai 2018

ÉNERGIE

Climat, pétrole et actionnaires : le test Shell

L'Assemblée Générale de Shell du 22 mai va être le théâtre d'un bras de fer entre les actionnaires qui veulent pousser la compagnie vers une stratégie climatique compatible avec l’Accord de Paris et ceux qui ne veulent pas s’opposer aux dirigeants du groupe pétrolier. Le score de la résolution déposée par l'ONG environnementale néerlandaise Follow This va les départager. Pour la troisième année, cette dernière essaie d’obliger la compagnie pétrolière à mettre en place des scenarios 2 degrés crédibles.

L'ONG Follow This pousse les actionnaires de Shell à voter en faveur de la mise en place d'une vraie stratégie 2°C.
@FollowThis

"Actionnaires mettez en cohérence vos votes et vos déclarations publiques, soutenez la résolution climat 19", lance Catherine Howarth, directrice de Share Action qui participe à la campagne de soutien au texte soumis aux actionnaires de Shell par l’ONG environnementale Follow this le 22 mai. Elle jette toutes ses forces dans la bataille pour les convaincre d’envoyer un message fort : "Les investisseurs membres de l’initiative Carbon Action 100+ ont toutes les raisons de soutenir cette résolution pour dire aux conseils d’administration du monde entier que le changement climatique est bien un sujet économique et financier."

L’Assemblée générale 2018 est en quelque sorte le 3eme round d'un combat entamé dès 2015. Cette année-là la coalition Aiming for A dépose une résolution pour demander à Shell de faire un reporting climat. Elle obtient 98,9 % des voix. Ce succès inattendu s'explique à la fois par le contexte de mobilisation qui a précédé l’Accord de Paris mais aussi et surtout par le choix fait par les dirigeants de Shell de soutenir le texte.

Les actionnaires face à leurs contradictions

Les deux années suivantes Follow this, ONG environnementale néerlandaise, prend le relai mais se heurte à l’opposition de la compagnie qui conteste son souhait de la voir se transformer en producteur d’énergies renouvelables.  En 2017 la mobilisation des investisseurs les plus engagés dont la Caisse des dépôts ne rallie pas suffisamment de suffrages et la résolution n'est soutenue que par 7 % des actionnaires.

En 2018, le résultat du vote pourrait mettre face à leurs contradictions certains grands investisseurs sommés de choisir entre Shell, opposé à une résolution qui les contraindrait à faire une transition énergétique trop rapide, et leurs engagements publics sur le climat. Il donnera une nouvelle ampleur au débat sur le mode d’action le plus efficace pour réduire in fine les émissions de gaz à effet de serre des entreprises. Doivent-ils garder leurs actions des entreprises les plus carbo-intensives pour les faire évoluer de l’intérieur ou les vendre et exclure de leurs portefeuilles une industrie qui renoue avec les profits grâce à la remontée des cours du pétrole ?

Quel que soit le moyen d’action choisi, le plus important reste l’objectif de l’Accord de Paris. Or maintenir le réchauffement climatique en deçà de 2 degrés suppose une remise en cause planétaire du modèle tout pétrolier. C’est en cela que le vote de l’AG de Shell permettra de tester la volonté des uns et des autres d’accélérer le mouvement.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le pétrolier Shell investit dans la voiture électrique

La Transition énergétique est en marche. La décision de Shell de s’associer à Ionity, spécialiste des bornes de recharge rapide pour voitures électriques, en est un symbole fort.

La Caisse des dépôts veut pousser Shell vers une trajectoire 2°C

Faire pression sur les entreprises pour diminuer l’empreinte carbone de leurs portefeuilles, telle est la stratégie des investisseurs qui ont pris des engagements sur le climat. Les Assemblées générales sont l’occasion d’accentuer cette pression en soutenant des résolutions qui poussent...

ExxonMobil va évaluer l’impact des réglementations climatiques sur son business… et c’est une véritable révolution

ExxonMobil va commencer à évaluer l'impact financier des politiques environnementales sur son activité, une victoire pour les défenseurs de l'environnement engagés dans un bras de fer depuis plusieurs mois avec le géant pétrolier.

Les actionnaires prêts à bousculer Exxon sur le climat

L'Assemblée générale des actionnaires d'ExxonMobil, qui se tient mercredi 31 mai aux États-Unis, sera l'occasion d'examiner une résolution qui exige une évaluation transparente de l'impact à long terme du changement climatique. Un vote d’autant plus crucial que le pétrolier est accusé...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Arctic LNG2 Total projet gazier arctique Novatek RU

La France ne soutient pas le projet gazier TotalEnergies en Arctique

C'est une victoire en demi-teinte. La France a finalement décidé de ne pas soutenir le projet gazier de TotalEnergies en Arctique, de même qu'aucune banque française. Mais l'énergéticien vient d'annoncer avoir quand même bouclé son tour de table. Le projet est situé dans une région déjà largement...

IStock kruwt centrale charbon RWE allemagne

L'Allemagne va sortir du charbon d'ici 2030

L'Allemagne accélère sa transition. Le pays, premier émetteur de CO2 en Europe, très dépendant du charbon, va sortir, "dans l'idéal" de ce combustible fossile d'ici 2030. C'est ce qu'a annoncé la nouvelle coalition gouvernementale mercredi 24 novembre. Une mesure arrachée par les Verts, ce qui...

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...