Publié le 12 mai 2020

ÉNERGIE

BNP Paribas renforce ses engagements de sortie du financement du charbon

La banque a décidé de revoir ses ambitions à la hausse. BNP Paribas accélère son plan d’exclusion de ses portefeuilles des producteurs d’électricité à partir de charbon pour les pays de l’OCDE. Elle prévoit par ailleurs de ne plus financer les nouveaux clients dont plus de 25 % du chiffre d’affaires est tiré de ce secteur.

Charbon vs eolien solaire istock
Les entreprises dont plus de 25 % du chiffre d'affaires est lié au charbon ne pourront plus être clientes de BNP Paribas.
iStock

Six mois après ses premiers engagements de sortie progressive du financement du secteur du charbon, BNP Paribas a décidé de revoir sa copie. Le groupe bancaire prévoit notamment d’accélérer son plan d’exclusion pour les pays de l’OCDE. En novembre 2019, il avait en effet annoncé l’arrêt de ses financements au secteur du charbon en 2030 dans l’Union européenne et en 2040 dans le reste du monde.

Une mesure qui avait suscité la critique des ONG, selon lesquelles l’année 2030 doit également concerner les pays de l’OCDE. C’est chose faite. Désormais, "BNP Paribas élargit à la totalité des pays de l'OCDE son objectif de fin en 2030 de l'utilisation du charbon par ses clients producteurs d'électricité", fait savoir dans un communiqué la banque, qui précise que la grande majorité de ses clients producteurs d'électricité se situe en Europe et dans les autres pays de l'OCDE.

En outre, "dès aujourd'hui, aucun nouveau client dont la part de chiffre d'affaires liée au charbon est supérieure à 25 % ne sera accepté par BNP Paribas", est-il ajouté. Le groupe explique par ailleurs qu'il poursuivra "son engagement de mettre fin, à brève échéance, aux relations avec tout client développant de nouvelles capacités de production à base de charbon".

Réduction du nombre de clients liés au charbon

Selon la banque, cette nouvelle politique va se traduire par une réduction de moitié environ du nombre d'entreprises clientes recourant au charbon pour une part de leur production d'électricité. Les clients restants dans son portefeuille sont des entreprises "indispensables à la production d'électricité pour les populations" et qui sont inscrites elles-mêmes dans une "trajectoire de sortie du charbon" compatible avec l’Accord de Paris.

Les nouvelles annonces de BNP Paribas interviennent juste après la parution d’un outil comparatif des politiques de sortie de charbon des établissements financiers, mis au point par l’ONG Reclaim Finance. Les nouvelles mesures permettent à la banque de gagner des points, Reclaim Finance et Les Amis de la Terre France les qualifiant "d'amélioration".

Ces ONG déplorent toutefois une "sortie balbutiante" de la part de la banque. Pour elles, il s’agit "d’une nouvelle occasion ratée d'acter un engagement de sortie sur tout le secteur du charbon et d'adopter les mesures permettant de pousser l'ensemble des entreprises de ses portefeuilles à fermer leurs infrastructures dans le charbon".

Notamment, "BNP Paribas ne s'engage pas à exclure les entreprises très actives dans le secteur de tous services financiers. BNP Paribas affirme que l'application de la politique conduira la banque à exclure la moitié des entreprises en portefeuille mais rien ne permet de garantir lesquelles seront visées", déplorent ces deux organisations.

La rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

Le parapétrolier Schlumberger acte la fin de l’âge d’or du pétrole de schiste en Amérique du Nord

Le pétrole de schiste américain n’est pas mort, loin s’en faut. Mais il n’est plus la machine à cash qu’il fût. Les faillites à répétition, accentuées par la crise du Covid-19, le prouvent. On voit aussi désormais les parapétroliers tourner le dos à la fracturation hydraulique en Amérique du Nord....

Natural gas pixabay anita starzycka

L'empoisonnement de Alexeï Navalny pourrait être fatal au gazoduc russe Nord Stream 2

Déjà fragilisé par des sanctions américaines, le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Europe se retrouve face à un avenir incertain après l'empoisonnement d'Alexeï Navalny. Son principal promoteur, l'Allemagne, n'exclut plus de lui retirer son soutien en raison du refus de Moscou de...

Ours Blanc CC0

Feu vert pour des forages pétroliers dans une zone naturelle protégée en Alaska

Le gouvernement de Donald Trump a approuvé lundi 18 août un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, en Alaska, où vivent des ours polaires.