Publié le 21 novembre 2019

ÉNERGIE

À la veille de la COP25, la Chine pointée du doigt pour son addiction au charbon

Après la sortie officielle des Etats-Unis de l'Accord de Paris, c'est un bien mauvais signal envoyé à la communauté internationale à quelques jours de la COP25. Dans un nouveau rapport du Global Energy Monitor, la Chine est de nouveau pointée du doigt pour sa production électrique au charbon. Après avoir suspendu la construction de nouvelles centrales pour lutter contre la pollution de l'air, le pays a accru ses capacités de 43 gigawatts en seulement un an et demi, annihilant les efforts du reste du monde.

Centrale charbon chine Kleineolive
La Chine prévoit encore 150 gigawatts de nouvelles capacités charbon d'ici 2030, soit l'équivalent des capacités charbon en Europe.
@CC0

C’est un nouveau rapport dont ce serait bien passé la Chine à quelques jours de la COP25. Entre janvier 2018 et juin 2019, le pays a augmenté ses capacités de production électrique au charbon de 43 gigawatts (GW). Dans le même temps, le reste du monde les réduisait de 8 gigawatts. Résultat : une explosion de la part du charbon dans les capacités électriques mondiales alors que l’Accord de Paris et le maintien sous les 2°C nous imposent de fermer les centrales existantes mais aussi de ne pas en ouvrir de nouvelles.

Un temps, la Chine avait levé le pied pour montrer sa volonté de lutter contre la pollution de l'air. Mais celle-ci a finalement été sacrifiée sur l’autel de la croissance. Et désormais le gouvernement prévoit 148 gigawatts (GW) de nouvelles capacités d’ici 2030, soit l’équivalent de la production électrique à partir de charbon en Europe, et au-dessus même des nouvelles capacités en construction dans le reste du monde (105 GW).

Incompatible avec l'Accord de Paris

"L'extension du charbon proposée par la Chine est tellement loin de l'Accord de Paris qu’elle rendrait impossible les réductions nécessaires de la production d'énergie au charbon y compris si tous les autres pays éliminaient complètement leur capacité charbon", réagit Christine Shearer du Global Energy Monitor, à l’origine de ces révélations. "Au lieu de poursuivre son expansion, la Chine doit réduire considérablement son parc de charbon au cours de la prochaine décennie."

Les investisseurs eux aussi sonnent l’alerte. "Nous avons désinvesti les sociétés charbonnières depuis plus de six ans et maintenant nos 80 milliards de dollars d’actifs sont entièrement exempts de charbon. Cela s'est traduit par environ 6,5 millions de dollars de cessions sur 20 sociétés charbonnières chinoises. Mais nous avons encore 500 millions de dollars investis en Chine, et notre message est clair comme de l'eau de roche : il faut remplacer le charbon par des énergies propres", lance Jeanett Bergan, directrice de l’investissement responsable de KLP, le plus gros fonds de pension norvégien.

Investissements chinois dans le charbon à l'étranger

Si la Chine, qui détient déjà la moitié des capacités charbon mondiales avec 1 000 GW, atteint une puissance de 1 200 à 1 400 GW d'ici 2035, celle-ci sera à elle seule plus de trois fois supérieure à la limite mondiale fixée par le GIEC dans un scénario 2°C. Pour s’aligner avec l’Accord de Paris, le pays devrait au contraire réduire ses capacités de 40 % à 600 GW maximum.

De plus, les banques et entreprises chinoises investissent également dans un quart des nouvelles capacités charbon à l’étranger, en Afrique du Sud, au Bangladesh ou encore au Pakistan pour un total de 102 GW. Certains de ces pays comme l’Égypte, le Nigeria, le Kenya, ne disposent pas de charbon pour alimenter les futures centrales et devront construire des infrastructures d'importation ou des mines de charbon avec risque de les enfermer dans une logique incompatible avec les objectifs de l'Accord de Paris.

Selon un autre rapport publié ce mercredi 19 novembre par l'Onu Environnement, le Production Gap Report, le monde s’apprête à produire 50 % d’énergies fossiles en trop d’ici 2030, dans un scénario 2°C, et 120 % de trop dans un scénario 1,5°C. Le charbon est justement le point noir avec des objectifs de production qui excèdent de 150 % le niveau compatible avec l'objectif 2°C et de 280 % l'objectif 1,5°C. La Chine représente à elle seule 43 % de la production mondiale de charbon...

Concepcion Alvarez @conce1 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Garanties à l’export : le gouvernement annonce l’arrêt du soutien public pour les projets de pétrole et de gaz

À partir de 2025, la France n’apportera plus aucune garantie publique pour les projets pétroliers portés à l’étranger par des entreprises tricolores. Ce sera 2035 pour le gaz. Pour Bruno Le Maire, c’est une avancée majeure pour faire du pays la première grande économie décarbonée. En revanche, les...

Mine machine vide pixabay

[Bonne nouvelle] La Pologne fermera ses dernières mines de charbon en 2049

La Pologne fait un pas de plus vers la neutralité carbone. Seul état membre de l'Union européenne à ne pas avoir endossé cet objectif, Varsovie multiplie les signaux positifs. Face aux pertes colossales subies par l'industrie du charbon, le gouvernement a annoncé la fin des mines de charbon pour...

Installation solaire de Total au Chili Total

Pour la première fois, Total ne mise plus tout son avenir sur le pétrole

La croissance de Total ne se fera plus dans la production pétrolière, mais dans l’exploitation du gaz et celle des énergies renouvelables. Ce n’est pas l’opinion d’un analyste ou d’un expert, mais la stratégie affichée par le PDG de l’entreprise, Patrick Pouyanné. Une vraie remise en cause du...

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.