Publié le 19 janvier 2017

ÉNERGIE

Sûreté nucléaire : le parc français dans un état "préoccupant"

Manque de moyens financiers, réacteurs approchant les 40 ans d’exploitation… Le président de l’Autorité de sûreté nucléaire pointe le "contexte préoccupant" du parc nucléaire français. Il appelle à une réforme globale du système de contrôle.

Des membres de Greenpeace inscrivent "EPR = DANGER" sur une cheminée de la centrale de Belleville-sur-Loire.
ALAIN JOCARD / AFP

L’an passé, le "contexte" de sûreté nucléaire était "préoccupant à moyen terme". Cette année, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet le juge "préoccupant". Exit la notion de moyen-terme.

La situation générale présente selon lui de réelles inquiétudes. D’abord parce que la majorité des 58 réacteurs nucléaires approchent les 40 ans d’exploitation. Un parc dont le vieillissement soulève des questions quant à son bon fonctionnement, en particulier sur la sûreté, c'est à dire les conditions d'exploitation, la prévention et la gestion des incidents.

À ce sujet l’ASN rendra un avis sur la prolongation de chaque réacteur en 2019.

 

Manque de moyens

 

Est également pointé un manque de moyens. Pierre-Franck Chevet réclame 20 millions d’euros supplémentaires pour son organisme et son bras droit, l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire). Cette augmentation de budget lui permettrait d’embaucher davantage de personnel.

En toile de fond, les falsifications de dossiers découvertes dans l’usine d’Areva du Creusot et des anomalies des cuves d’EPR (réacteur nucléaire à eau pressurisée) en construction. "Nous ne les avions pas vues", avoue Pierre-Franck Chevet. "Il faut amender notre système pour détecter des falsifications, notamment sur des objets plus courants tels que les robinets ou les cartes informations".

 

EDF et Areva en cause 

 

Le plus grave, estime-t-il, reste le manque de moyens financiers d’EDF et d’Areva. "Un exploitant qui n’aurait pas assez d’argent aura de la peine à avoir une sûreté à niveau", a-t-il expliqué au Parisien.

C’est pour cette raison que, le mois dernier, des militants de Greenpeace avaient bloqué l’entrée du siège d’EDF à Paris. Ils dénonçaient le "scandale de la faillite financière et technique d’EDF", accusant le groupe de n’avoir plus les moyens d’investir dans la sûreté du parc. 

Marina Fabre
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Emmanuel Macron allocution ADRIEN FILLON HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le cap nucléaire d’Emmanuel Macron pourrait déstabiliser le Green Deal européen

En pleine COP26, le président français a annoncé lors de son allocution du 9 novembre sa volonté de relancer "la création de réacteurs nucléaires pour garantir la souveraineté électrique de la France" et "atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050". Cette stratégie nationale n’est pas celle...

Small modular eactor rolls royce

La France continue de miser sur le nucléaire malgré les déboires de la filière

Dans son plan France2030, Emmanuel Macron a annoncé vouloir investir un milliard d'euros dans le nucléaire et notamment dans les petits réacteurs nucléaires (SMR, small modular reactor), plus agiles que les réacteurs classiques. Mais beaucoup critiquent ce choix alors que la filière multiplie les...

Premier aimant Iter fusion nucleaire ITER

Fusion nucléaire : l'aimant le plus puissant du monde en route pour le réacteur Iter

La fusion nucléaire progresse en France. Le réacteur Iter, en construction dans le sud du pays, vient d'accueillir une pièce essentielle à son fonctionnement. Il s'agit de la première partie d'un gigantesque aimant, annoncé comme le plus puissant au monde. Iter devrait atteindre sa pleine puissance...

Centrale nucleaire de Chooz EDF

Climat : La France, prête à monter à l’assaut de Bruxelles pour imposer le nucléaire

La Commission européenne a amoché la filière nucléaire française en décidant d’exclure le financement de l’électricité électronucléaire de son obligation verte (Green Bond) de 750 milliards d’euros. Un scandale pour le gouvernement français, d’autant plus que le gaz, lui, y a droit. La diplomatie...