Publié le 19 janvier 2017

ÉNERGIE

Sûreté nucléaire : le parc français dans un état "préoccupant"

Manque de moyens financiers, réacteurs approchant les 40 ans d’exploitation… Le président de l’Autorité de sûreté nucléaire pointe le "contexte préoccupant" du parc nucléaire français. Il appelle à une réforme globale du système de contrôle.

Des membres de Greenpeace inscrivent "EPR = DANGER" sur une cheminée de la centrale de Belleville-sur-Loire.
ALAIN JOCARD / AFP

L’an passé, le "contexte" de sûreté nucléaire était "préoccupant à moyen terme". Cette année, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet le juge "préoccupant". Exit la notion de moyen-terme.

La situation générale présente selon lui de réelles inquiétudes. D’abord parce que la majorité des 58 réacteurs nucléaires approchent les 40 ans d’exploitation. Un parc dont le vieillissement soulève des questions quant à son bon fonctionnement, en particulier sur la sûreté, c'est à dire les conditions d'exploitation, la prévention et la gestion des incidents.

À ce sujet l’ASN rendra un avis sur la prolongation de chaque réacteur en 2019.

 

Manque de moyens

 

Est également pointé un manque de moyens. Pierre-Franck Chevet réclame 20 millions d’euros supplémentaires pour son organisme et son bras droit, l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire). Cette augmentation de budget lui permettrait d’embaucher davantage de personnel.

En toile de fond, les falsifications de dossiers découvertes dans l’usine d’Areva du Creusot et des anomalies des cuves d’EPR (réacteur nucléaire à eau pressurisée) en construction. "Nous ne les avions pas vues", avoue Pierre-Franck Chevet. "Il faut amender notre système pour détecter des falsifications, notamment sur des objets plus courants tels que les robinets ou les cartes informations".

 

EDF et Areva en cause 

 

Le plus grave, estime-t-il, reste le manque de moyens financiers d’EDF et d’Areva. "Un exploitant qui n’aurait pas assez d’argent aura de la peine à avoir une sûreté à niveau", a-t-il expliqué au Parisien.

C’est pour cette raison que, le mois dernier, des militants de Greenpeace avaient bloqué l’entrée du siège d’EDF à Paris. Ils dénonçaient le "scandale de la faillite financière et technique d’EDF", accusant le groupe de n’avoir plus les moyens d’investir dans la sûreté du parc. 

Marina Fabre
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Le premier réacteur de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, mis à l’arrêt définitif

Promesse de campagne de François Hollande, la fermeture de la centrale de Fessenheim a débuté samedi 22 février avec la mise à l’arrêt du premier des deux réacteurs. Si les antinucléaires se sont félicités de la fin de vie d’un équipement situé en zone sensible, les tenants du nucléaire dénoncent le...

Accident de Fukushima sky

[2010-2020] Le jour où l’accident nucléaire de Fukushima a forcé à repenser l’énergie mondiale

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait la côte est de l’archipel japonais. Quatre des six réacteurs de Fukushima allaient être très gravement endommagés. Et le monde assistera, stupéfait, à trois explosions qui allaient changer la place de l’atome civil sur toute la planète. À l'occasion...

Jean Bernard Levy PDG d EDF EDF

EDF lance un plan d’urgence sur la filière nucléaire à l’heure où se joue l’avenir de l’atome

EDF a présenté, vendredi 13 décembre, un plan destiné à améliorer la filière industrielle nucléaire et va nommer un responsable chargé de son application, en réponse à un rapport accablant sur le chantier de l'EPR de Flamanville remis au gouvernement en octobre dernier. Au-delà de la situation...

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.