Publié le 10 novembre 2021

ÉNERGIE

Le cap nucléaire d’Emmanuel Macron pourrait déstabiliser le Green Deal européen

En pleine COP26, le président français a annoncé lors de son allocution du 9 novembre sa volonté de relancer "la création de réacteurs nucléaires pour garantir la souveraineté électrique de la France" et "atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050". Cette stratégie nationale n’est pas celle du Pacte Vert européen mais la France semble prête à utiliser sa présidence de l’Union qui débute le 1er janvier 2022, pour intégrer sa priorité nucléaire aux dispositifs européens. 

Emmanuel Macron allocution ADRIEN FILLON HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP
Le président Emmanuel Macron s'est adressé aux Français le 9 novembre 2021.
ADRIEN FILLON / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Attendu sur le COVID  et la vaccination, Emmanuel Macron a décidé d’inclure un autre thème à sa demi-heure télévisée : le nucléaire. "Pour garantir l’indépendance énergétique de la France, l’approvisionnement électrique de notre pays et atteindre nos objectifs de neutralité carbone en 2050, nous allons, pour la première fois depuis des décennies, relancer la création de réacteurs nucléaires dans notre pays".

Cette annonce floue du lancement de nouveaux EPR français dont le nom n’a pas été prononcé, vient compléter celle de futures petites centrales présentées dans le cadre de son plan France 2030. Elle n’a été ni détaillée ni chiffrée et a précédé une allusion aux énergies renouvelables mais elle a clairement été inscrite par Emmanuel Macron dans le cadre de la COP26 et de la Présidence Française de l’Union Européenne qui commence, pour six mois, le 1er janvier prochain.

Or la bataille française pour faire du nucléaire une activité verte rencontre de fortes réticences auprès de ses partenaires européens. En septembre, l’électricité nucléaire a été exclue de l’emprunt de 750 milliards d’euros lancée par la Commission pour financer son Pacte Vert qui alimente le plan de relance français lancé en septembre 2020. Ce refus a intensifié le bras de fer engagé autour de la taxonomie, ce référentiel qui définit les activités compatibles avec les objectifs environnementaux de l’Union. La France veut y inclure le nucléaire, les pays d’Europe de l’Est le gaz. Du coup la première a fait alliance avec les seconds pour que ces deux énergies figurent dans le prochain texte que la Commission doit publier en décembre sur la taxonomie.

Inquiétudes et déceptions

Cela fait bondir le député européen Bas Eickhout, rapporteur de la taxonomie. Dans une interview à l’EU Observer, le Néerlandais résumait ainsi la situation "la pression exercée lors du dernier sommet européen par Emmanuel Macron qui a menacé de bloquer la taxonomie si le nucléaire n’y était pas inclus, crée de l’incertitude sur tout le processus de définition des activités vertes. Cela peut faire dérailler le Green Deal et compromettre le leadership européen sur le climat puisque si le gaz fait partie de la taxonomie, cela fera bénéficier de subventions européennes une énergie fossile." 

Que les Etats membres soient loin de tous partager la stratégie environnementale de l’Union très clairement présentée lors du sommet organisé par la Commission le 7 octobre dernier, n’est pas nouveau. En revanche qu’elle soit mise à mal par la France et le Président qui avait activement soutenu le plan d’action sur la finance durable lors de sa publication en 2018,  soulève inquiétudes et déceptions chez les partisans de Pacte vert européen.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic

 

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Centrale nucleaire de penly dieppe seine maritime LOU BENOISTAFP

Après les renouvelables, le gouvernement accélère sur le nucléaire : un agenda à marche forcée dénoncé par les ONG

Le gouvernement entend présenter courant octobre un projet de loi pour accélérer sur le nucléaire, deuxième pilier de la stratégie énergétique portée par Emmanuel Macron, avec les énergies renouvelables. L'objectif est de poser la première pierre du futur EPR avant 2027. Mais pour les ONG, ce...

Centrale nucleaire Zaporijia Ukraine Ralf1969

Guerre en Ukraine : Les craintes autour de la centrale de Zaporijia peuvent-elles freiner le développement du nucléaire ?

Occupée par la Russie depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, la centrale de Zaporijia, au sud du pays, est au cœur des préoccupations. Elle est utilisée comme une arme de guerre et fait régulièrement l’objet d’attaques. De quoi interroger la sûreté des installations nucléaires dans un tel...

Exercice incident nuclaire centrale de zaporijia ukraine DIMITAR DILKOFF AFP

Guerre en Ukraine : Des experts attendus dans la plus puissante centrale européenne pour éviter une catastrophe nucléaire

Plusieurs experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sont en route vers la centrale de Zaporijia, située dans le sud de l’Ukraine, la plus puissante d’Europe. Au cœur du conflit, cette installation occupée par les Russes depuis le début de l'invasion, est régulièrement visée par...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Corrosion, changement climatique, retraitement… Voici les cinq risques auxquels est confronté le nucléaire

Le nucléaire est l'un des axes privilégié par Emmanuel Macron sur le plan énergétique. Le président réélu a opéré une volte-face sur le sujet. Alors qu'il souhaitait fermer une douzaine de réacteurs d'ici 2035, au début de son premier quinquennat, il vise désormais la construction de six nouveaux...