Publié le 24 décembre 2018

ÉNERGIE

Pour l'Ademe, le nucléaire existant a un avenir... mais pas les réacteurs nucléaires EPR

Si le nucléaire historique a encore de beaux jours devant lui, et jouera un rôle dans la transition énergétique, l’Ademe alerte sur le lancement d’un programme industriel de construction d'EPR. Selon l'agence, ils ne seraient pas compétitifs par rapport au développement massif des énergies renouvelables.  

Un EPR est actuellement en construction à Flamanville (Manche).
@EDF

Quelques semaines après la présentation de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) par le gouvernement, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a publié lundi 10 décembre une étude sur les trajectoires d’évolution du mix électrique entre 2020 et 2060 (1). Selon elle, la France n’a pas intérêt à se lancer dans la construction de nouveaux EPR.

Cela aurait pour conséquence de ralentir le développement des énergies renouvelables et de renchérir le coût de production moyen de l'électricité. Le démarrage d'un seul EPR en 2030 nécessiterait quatre à six milliards d'euros de soutien public "en raison de ses coûts trop élevés" et le surcoût de développement d'une filière industrielle pour construire d'autres réacteurs - avec une production de 24 GWh en 2060 - atteindrait 39 milliards d'euros, a évalué l'Ademe.

En revanche, l’étude montre le rôle que doit jouer le nucléaire existant pour accompagner la transition, moyennant une fermeture progressive des réacteurs, pour atteindre l'objectif de 50 % du mix électrique d’ici 2035. "Pour les scénarios étudiés, une fermeture de 30 % des réacteurs à l'âge de 40 ans, puis à nouveau de 30 % des réacteurs restants à 50 ans est possible avec un coût nul pour la France sur la période 2030-2044", indique l'Ademe.

Les énergies renouvelables représentent l'option la plus compétitive 

"Il faut s'assurer qu'un choix fait aujourd'hui ne va pas faire peser des coûts indus à nos enfants et petits-enfants quelques dizaines d'années plus tard", explique Arnaud Leroy, président de l'Ademe. "À chaque fois dorénavant qu'on parle trajectoire énergétique, se pose la question du coût, (...) donc il faut qu'on documente la question de la pertinence économique, de la viabilité économique" des choix possibles pour le pays, a-t-il expliqué à l'AFP.

Pour l’agence, l'option la plus compétitive pour la France consiste à développer massivement les énergies renouvelables d'ici 2050 et 2060. "C’est la meilleure façon de produire une électricité à un coût réduit et qui soit la moins chère possible pour les Français", explique-t-elle. L'optimum économique, pour des niveaux de demandes compris entre 430 TWh et 600 TWh, serait que les énergies renouvelables fournissent autour de 85 % de la consommation d'électricité française en 2050, et plus de 95 % en 2060.

Plus besoin de subventionner les renouvelables dès 2035

Par ailleurs, dans ces scénarios, les subventions ne sont plus nécessaires pour l’énergie photovoltaïque dès 2030 et pour l’éolien terrestre dès 2035. Aucun besoin de stockage massif n'est nécessaire avant cette date et le développement important des véhicules électriques, ainsi que la stabilité du réseau électrique sont assurés.

"Nous avons fait attention à prendre des hypothèses qui ne soient pas contestables", en choisissant celles de RTE sur l'évolution de la consommation et l'évolution des véhicules électriques, ou d'EDF sur le coût des EPR, a insisté Fabrice Boissier, directeur général délégué de l'Ademe, lors de la conférence de presse.

le 27 novembre dernier, lors de la présentation préliminaire de la PPE, Emmanuel Macron avait assuré n'avoir pris encore "aucune décision sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, car nous n’avons pas de besoin et pas de retour sur l’EPR de Flamanville". Il ajoutait avoir demandé à "EDF de travailler à l'élaboration d'un programme de nouveau nucléaire en prenant des engagements fermes sur le prix, pour qu'ils soient plus compétitifs. Tout doit être prêt en 2021 pour que le choix qui sera proposé aux Français puisse être un choix transparent et éclairé".

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir l’étude de l’Ademe ici.


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

La France lance une grande offensive nucléaire, soucieuse de son avenir énergétique

Tandis que le Haut-Commissaire François Bayrou presse la France de préserver son nucléaire, Emmanuel Macron écrit à la Commission européenne pour intégrer l’atome dans les plans de neutralité carbone de l’Union. Sans une telle prise en compte, la France peinera à financer de nouveaux réacteurs...

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L’ASN prête à autoriser la prolongation de la vie des réacteurs nucléaires à 50 ans mais sous conditions

Ça y est ! EDF a l’autorisation théorique de prolonger la durée de vie de ses plus anciens réacteurs nucléaire de 40 à 50 ans. Reste que les visites décennales de chaque réacteur seront soumises à des conditions spécifiques en matière de sécurité des réacteurs, des résistances aux agressions...

Visite Creusot nucleaire Framatome Emmanuel macron LaurentCipriani Pool AFP

Pour Emmanuel Macron, l’avenir de l’atome en France passe par le nucléaire militaire

Emmanuel Macron voulait apporter des gages de pérennité et des perspectives à la filière nucléaire, à l’occasion d’une visite dans une usine emblématique de cette industrie mardi 8 décembre. S’il ne s’est pas engagé sur la construction de nouveaux réacteurs ou la prolongation du parc existant, il a...

Piscine de refroidissement la hague CA

Déchets nucléaires : en Europe, 60 000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs attendent un stockage définitif

Le premier réacteur nucléaire a été mis en service en 1954. Pourtant, près de 70 ans plus tard, aucune solution de stockage définitif n'a encore été mise en place pour accueillir les déchets les plus radioactifs. Ceux-ci représentent plus de 60 000 tonnes rien qu'en Europe, dont un quart se trouve...