Publié le 11 septembre 2018

ÉNERGIE

En raison de sa perte de compétitivité, la puissance nucléaire mondiale pourrait baisser de 10 % d’ici 2030

Malgré l’appétence de certains pays asiatiques et du Moyen Orient pour le nucléaire, cette énergie peine à trouver son second souffle. Les renforts de sûreté demandée pour faire face à un accident du type Fukushima grève la compétitivité de l’atome, en particulier face à des énergies bon marché comme le gaz. Selon l’AIEA, d’ici 2030, la puissance installée pourrait ainsi diminuer de 10 %.

Aujourd'hui, le nucléaire représente 5,7 % du mix énergétique mondial.
Pixabay

L'énergie nucléaire fait face à une baisse de compétitivité qui pourrait se traduire par une chute de plus de 10 % du parc mondial de réacteurs d'ici à 2030, estime l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans une étude annuelle publiée lundi 10 septembre.

"La capacité de production électrique nucléaire risque de se réduire dans les prochaines décennies, des réacteurs vieillissants étant arrêtés et cette industrie faisant face à une baisse de compétitivité", note cette agence onusienne basée à Vienne, censée promouvoir un développement sûr du nucléaire civil.

Confronté au bas prix du gaz naturel et à l'"impact des énergies renouvelables sur les prix de l'électricité", le secteur continue également de se ressentir des effets de la catastrophe de Fukushima au Japon en 2011, reconnaît l'AIEA.

La technologie EPR en difficulté

Plusieurs pays, comme l'Allemagne et la Suisse, ont entrepris de se désengager de l'atome et cette catastrophe engendre "une hausse des temps de construction ainsi que des coûts en raison de normes de sécurité renforcées", relève l'agence, qui pointe par ailleurs des difficultés de "déploiement" de nouvelles technologies de type EPR.

Cette technologie française, portée par EDF et l’ancien Areva, connaît une histoire industrielle difficile. Sur les quatre réacteurs en construction, deux sont achevé en Chine. Mais les modèles européens connaissent respectivement 8 ans et 10 ans de retard. Quant à leurs coûts, ils ont explosé. L’électricien français va en construire deux tranches supplémentaires à Hinkley Point en Angleterre. Dans le même temps, l’industriel travaille à un design plus facile à construire et plus compétitif.

Dans ce contexte, et alors qu'"un nombre considérable de réacteurs doivent être désaffectés vers 2030 et ensuite", la capacité nucléaire du parc mondial pourrait chuter de plus de 10 % d'ici cette date par rapport aux 392 gigawatts (GW) recensés fin 2017, selon l'hypothèse basse de l'agence.

5,7 à 2,8 % du mix mondial

Le parc nucléaire pourrait notamment décroître de près d'un tiers en Europe et en Amérique du Nord d'ici à 2030, dans ce scénario. De façon plus générale, "les nouvelles projections suggèrent que l'énergie nucléaire pourrait avoir du mal à conserver sa place actuelle dans le mix énergétique mondial", avec des capacités pouvant chuter à 2,8 % en 2050 contre 5,7 % aujourd'hui.

L'AIEA n'exclut cependant pas dans son hypothèse maximale une hausse de 30% des capacités nucléaires mondiales d'ici 2030, à 511 GW. Ce chiffre apparaît toutefois en recul de 45 GW par rapport à celui avancé par l'agence il y a un an.

Le monde compte aujourd'hui 455 réacteurs nucléaires en activité, représentant une capacité installée record de 399,8 GW, selon l'AIEA.  A lui seul, le parc nucléaire Français compte 58 réacteurs pour une puissance de 63 GW environ.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Cour des comptes EPR CourdesComptes

La Cour du compte appelle à prendre du recul sur le nucléaire avant d'engager la France jusqu'au XXIIe siècle

Alors que le calendrier et les coûts de l’EPR de Flamanville, le réacteur nucléaire en construction en Normandie, ont complètement dérivé, la Cour des Comptes appelle à un exercice de vérité sur la filière avant de lancer de nouveaux chantiers de réacteurs en France. Pour les magistrats, le pays...

La centrale de Fessenheim est désormais à l'arrêt mais la reconversion industrielle n’est toujours pas là

Demandée dès l’accident de Fukushima en 2011, la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim est désormais effective. Si d’aucuns craignent une hausse des émissions de CO2 sur le territoire, d’autres sont soulagés de voir ce site situé en zone sismique et inondable à l’abri de tout...

Incendie a proximite de Tchernobyl Volodymyr Shuvayev AFP

Incendie : la menace de Tchernobyl ressurgit et émet un panache sur l’Europe

Pendant presque deux semaines, un incendie géant a eu lieu dans la zone interdite autour de Tchernobyl. Les flammes ont remis en suspension des radionucléides dans l’atmosphère. Si les niveaux de radioactivité à Kiev sont restés faibles, les autorités surveillent l’impact du panache de fumée sur...

Le premier réacteur de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, mis à l’arrêt définitif

Promesse de campagne de François Hollande, la fermeture de la centrale de Fessenheim a débuté samedi 22 février avec la mise à l’arrêt du premier des deux réacteurs. Si les antinucléaires se sont félicités de la fin de vie d’un équipement situé en zone sensible, les tenants du nucléaire dénoncent le...