Publié le 28 août 2018

ÉNERGIE

Que reste-t-il des promesses du gouvernement sur l'énergie ?

Nicolas Hulot avait été nommé pour, entre autres, tenir l'objectif de réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique français. Mais son pragmatisme sur le sujet lui a attiré les foudres de ses anciens alliés écologistes, tandis que le reste du gouvernement adoptait une position favorable à l'atome. Le départ de l'ancien animateur devrait influer la programmation pluriannuelle de l'énergie à venir censé donner une feuille de route pour la fermeture de réacteurs en France. 

@Débat public PPE
Nicolas Hulot lors des conclusions du débat public sur la programmation pluriannuelle de l'énergie.

C'est un sujet que Nicolas Hulot, désormais ancien ministre de la Transition écologique, n'a jamais réussi à prendre par le bon bout. Celui de l'atome. Il avait la charge de tenir la promesse présidentielle d'inscrire la France dans l'objectif de la loi de transition énergétique de 2015 qui vise à réduire la part du nucléaire à 50 % en 2025.

Dans un premier temps, fin 2017, il avait acté - à raison - le fait que, étant donné le retard pris sur ce sujet, l'objectif était inateignable. Il avait annoncé un décalage de cet échéance de quelques années. "Je préfère le réalisme et la sincérité à la mystification", assurait-il. Il précisait que cette remise à plat de cette question n'était pas un renoncement, mais la mise sur les rails de ce besoin de rééquilibrer le mix électrique nucléaire français dominé à 75 % de l'atome.

Anciens alliés

Il ajoute : "Si l'on veut maintenir la date de 2025 pour ramener dans le mix énergétique le nucléaire à 50 %, ça se fera au détriment de nos objectifs climatiques. Et ça se fera au détriment de la fermeture des centrales à charbon. Si l'on voulait s'acharner sur cette date, il faudrait même rouvrir d'autres centrales thermiques".

Mais cet argument n'a pas suffi à convaincre ses anciens alliés qui lui sont tombés dessus à bras raccourcis. Par exemple, Le député EELV Yannick Jadot dénonçait "un énorme renoncement de la France" et accusait l’ancien animateur de se soumettre au lobby nucléaire. Le député socialiste Luc Carvounas insistait : "Nicolas Hulot, qui est la caution environnementale du Président Macron et qui cède au lobbying, c'est inacceptable et je le dénonce". Greenpeace France évoquait même d’une "collusion entre l’État et les entreprises".

C'est peut-être cette pression qui poussera le ministre à affermir sa position sur l'énergie nucléaire. En janvier, il choisira de s'aligner sur un scénario de fermeture de 9 à 16 réacteurs nucléaires sur le parc de 58 tranches de l'Hexagone. Un nombre bien au-delà des scénarios voulus par EDF. L'entreprise assurant par ailleurs qu'aucun réacteur ne doit être mis à l'arrêt avant 2029.

Une dérive nucléaire

Ensuite, il écartera toute possibilité de construire un deuxième EPR en France, ces réacteurs de nouvelle génération dont un exemplaire devrait démarrer en 2020 à Flamanville (Manche). Enfin, en juin dernier, il finira par faire sa plus forte attaque sur cette énergie. Il jugera que "Une des raisons pour lesquelles EDF se retrouve en difficulté, c’est que, notamment, la filière nucléaire nous emmène dans une dérive".

Pendant toute cette période, Nicolas Hulot fera face à Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Bruno Le Maire. Le Président, le Premier ministre et le ministre de l'Economie, à la manoeuvre pour refondre la filière électronucléaire, soutiendront cette filière. "N'ayez aucun doute : le nucléaire restera essentiel à long terme pour garantir la sécurité d'approvisionnement de notre pays, la compétitivité de notre pays, et l'indépendance énergétique de la nation française", assurait encore Bruno le Maire, fin juin, lors de l'ouverture de la troisième édition du salon World Nuclear Exhibition (WNE) à Paris.

Le départ de Nicolas Hulot risque d'avoir un impact important sur la programmation pluriannuelle de l'énergie que le gouvernement doit présenter d'ici la fin de l'année. Le Secrétaire de l'Elysée, Alexis Kohler, a assuré que la réduction du nucléaire y figurerait avec précision. Mais, sans la pression de l'ancien animateur TV, le gouvernement pourrait choisir une sortie "en douceur" de l'atome, arguant que celui-ci favorise les faibles émissions de CO2 du pays. A moins que le futur ministre nommé en remplacement ait son mot à dire.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Nicolas Hulot et le nucléaire : renoncement ou mise en route de l’objectif 50 %

Les anti-nucléaires accusent Nicolas Hulot d’avoir renoncé à la baisse de la part du nucléaire de 75 à 50 % en 2025 en repoussant cet objectif de 5 à 10 ans. Les pro-nucléaires le félicitent d’avoir pris une décision "raisonnable" et "pragmatique". Quant à lui,  il considère que ce nouveau...

[Décryptage] Charbon en Allemagne et Nucléaire en France : deux revers d’une même médaille

Les Allemands abaissent leurs ambitions en matière de réduction des émissions de CO2. Les Français repoussent la réduction de la part du nucléaire au-delà de 2030. Ces deux nations, qui n’hésitent pas à critiquer le modèle énergétique du voisin, prouvent à grande échelle la gageure qu’est...

Programmation pluriannuelle de l’énergie : un débat de trois mois pour rien ?

Le débat public sur le feuille de route énergétique française touche à sa fin ce week-end. L’heure est au bilan mais aussi aux inquiétudes alors qu’une première version du texte est attendue pour la mi-juillet... alors que les débats de ces trois derniers mois n’auront pas encore été...

Nicolas Hulot parti, de nouveaux réacteurs nucléaires en prévision ?

Trois jours après la démission du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, un rapport prône la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025, selon Les Echos. Le sujet devrait être à l’ordre du jour de la préparation de la Programmation pluriannuelle de...

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Le premier réacteur de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, mis à l’arrêt définitif

Promesse de campagne de François Hollande, la fermeture de la centrale de Fessenheim a débuté samedi 22 février avec la mise à l’arrêt du premier des deux réacteurs. Si les antinucléaires se sont félicités de la fin de vie d’un équipement situé en zone sensible, les tenants du nucléaire dénoncent le...

Accident de Fukushima sky

[2010-2020] Le jour où l’accident nucléaire de Fukushima a forcé à repenser l’énergie mondiale

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait la côte est de l’archipel japonais. Quatre des six réacteurs de Fukushima allaient être très gravement endommagés. Et le monde assistera, stupéfait, à trois explosions qui allaient changer la place de l’atome civil sur toute la planète. À l'occasion...

Jean Bernard Levy PDG d EDF EDF

EDF lance un plan d’urgence sur la filière nucléaire à l’heure où se joue l’avenir de l’atome

EDF a présenté, vendredi 13 décembre, un plan destiné à améliorer la filière industrielle nucléaire et va nommer un responsable chargé de son application, en réponse à un rapport accablant sur le chantier de l'EPR de Flamanville remis au gouvernement en octobre dernier. Au-delà de la situation...

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.