Publié le 17 janvier 2018

ÉNERGIE

Nucléaire : Le gouvernement vise la fermeture de 9 à 16 réacteurs

Dans le cadre de la préparation de la feuille de route énergétique de la France, le gouvernement va se baser sur deux scénarios émis par le réseau de transport électrique (RTE). Ils permettraient d’atteindre 50 % de nucléaire dans le mix électrique aux alentours de 2030, contre 75 % aujourd'hui. Le premier propose de fermer 16 des 58 réacteurs actifs aujourd’hui, le second seulement 9. 

58 réacteurs nucléaires sont actifs en France. Il faudra en fermer pour atteindre 50 % de nucléaire dans le mix électrique français.
EDF

Des scénarios impliquant de fermer entre 9 et 16 réacteurs nucléaires d'ici 2035 ont été au cœur de discussions mardi 16 janvier sur la future feuille de route énergétique de la France, que le gouvernement doit finaliser cette année, a appris l'AFP de sources concordantes.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a clos mardi par une discussion sur le futur bouquet électrique français, en présence de Nicolas Hulot, une série d'ateliers pour élaborer la Programmation pluriannuelle de l'énergie 2019-2023.

Ce dernier atelier abordait la question sensible de l'évolution du parc nucléaire français pour ramener sa production à 50 % de la consommation de courant. Nicolas Hulot, qui a assisté au début de la réunion, "a rappelé l'importance de développer un nouveau mix électrique, avec une forte contribution des énergies renouvelables", a rapporté Marion Lettry, du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Selon plusieurs autres participants, il a confirmé que des réacteurs devraient être fermés pour respecter les objectifs de la loi sur la transition énergétique votée en 2015, mais sans s'avancer plus à ce stade. Le ministère a retenu comme base de discussions deux scénarios sur les quatre publiés récemment par le gestionnaire du réseau de transport RTE, ont indiqué à l'AFP plusieurs participants.

Des scénarios écartés

L'un, baptisé Ampère, prévoit de réduire d'ici 2035 la capacité de production nucléaire de 14,5 gigawatts (GW), ce qui impliquerait de fermer 16 réacteurs de 900 mégawatts (MW) en plus de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin). Le second, baptisé Volt, envisage une baisse de 8 GW de la capacité de production nucléaire, soit la fermeture de 9 réacteurs.

Les deux autres scénarios, non retenus, prévoyaient de fermer plus de réacteurs (25 à 52). Ce choix de se focaliser sur deux scénarios a été critiqué par plusieurs ONG participantes. "Le débat est complètement biaisé", a réagi Alix Mazounie de Greenpeace. "On a l'impression que le gouvernement et le ministère ont déjà leur idée (...) c'était une manière de cadrer les choses en s'orientant vers des scénarios qui gardent le plus longtemps les réacteurs", a aussi estimé Anne Bringault de l'ONG CLER.

Ces ONG prônent une diminution plus rapide du nucléaire, jugeant notamment "irréaliste" l'importante hausse des exportations de courant vers les voisins européens de la France, contenues dans les scénarios retenus.

Le ministère, EDF et RTE, représentés à cette réunion, n'ont pas souhaité s'exprimer. Une débat public sur la future PPE (programmation pluriannuelle de l'énergie) sera organisé à partir de février, avant que le gouvernement ne propose sa feuille de route mi-2018, pour une adoption d'ici la fin de l'année.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Visite Creusot nucleaire Framatome Emmanuel macron LaurentCipriani Pool AFP

Pour Emmanuel Macron, l’avenir de l’atome en France passe par le nucléaire militaire

Emmanuel Macron voulait apporter des gages de pérennité et des perspectives à la filière nucléaire, à l’occasion d’une visite dans une usine emblématique de cette industrie mardi 8 décembre. S’il ne s’est pas engagé sur la construction de nouveaux réacteurs ou la prolongation du parc existant, il a...

Piscine de refroidissement la hague CA

Déchets nucléaires : en Europe, 60 000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs attendent un stockage définitif

Le premier réacteur nucléaire a été mis en service en 1954. Pourtant, près de 70 ans plus tard, aucune solution de stockage définitif n'a encore été mise en place pour accueillir les déchets les plus radioactifs. Ceux-ci représentent plus de 60 000 tonnes rien qu'en Europe, dont un quart se trouve...

Premier ministre Suga Japon Fukushima Tepco

À Fukushima, l’eau contaminée va bientôt être rejetée en mer

Fukushima déborde. Les centaines de milliers de mètres cubes d’eau contaminée s’accumulent sur le site de la centrale nucléaire détruite. Neuf ans après la catastrophe, l’opérateur Tepco arrive au bout de ses capacités de stockage. Depuis des années, des experts appellent à diluer cette eau...

Rejets de futs de dechets radioactifs manche INA

[Les monstres des abysses] Quand l’humanité noyait ses déchets nucléaires au fond de l’océan

La gestion des déchets nucléaires est un vrai casse-tête. Lors du déploiement de l’atome civil sur la planète, la solution de l’immersion de déchets en mer a été employée par plus d’une dizaine du pays. Ce sont des milliers de tonnes de ces bombes à retardement qui reposent aujourd’hui sur le...