Publié le 17 janvier 2018

ÉNERGIE

Nucléaire : Le gouvernement vise la fermeture de 9 à 16 réacteurs

Dans le cadre de la préparation de la feuille de route énergétique de la France, le gouvernement va se baser sur deux scénarios émis par le réseau de transport électrique (RTE). Ils permettraient d’atteindre 50 % de nucléaire dans le mix électrique aux alentours de 2030, contre 75 % aujourd'hui. Le premier propose de fermer 16 des 58 réacteurs actifs aujourd’hui, le second seulement 9. 

58 réacteurs nucléaires sont actifs en France. Il faudra en fermer pour atteindre 50 % de nucléaire dans le mix électrique français.
EDF

Des scénarios impliquant de fermer entre 9 et 16 réacteurs nucléaires d'ici 2035 ont été au cœur de discussions mardi 16 janvier sur la future feuille de route énergétique de la France, que le gouvernement doit finaliser cette année, a appris l'AFP de sources concordantes.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a clos mardi par une discussion sur le futur bouquet électrique français, en présence de Nicolas Hulot, une série d'ateliers pour élaborer la Programmation pluriannuelle de l'énergie 2019-2023.

Ce dernier atelier abordait la question sensible de l'évolution du parc nucléaire français pour ramener sa production à 50 % de la consommation de courant. Nicolas Hulot, qui a assisté au début de la réunion, "a rappelé l'importance de développer un nouveau mix électrique, avec une forte contribution des énergies renouvelables", a rapporté Marion Lettry, du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Selon plusieurs autres participants, il a confirmé que des réacteurs devraient être fermés pour respecter les objectifs de la loi sur la transition énergétique votée en 2015, mais sans s'avancer plus à ce stade. Le ministère a retenu comme base de discussions deux scénarios sur les quatre publiés récemment par le gestionnaire du réseau de transport RTE, ont indiqué à l'AFP plusieurs participants.

Des scénarios écartés

L'un, baptisé Ampère, prévoit de réduire d'ici 2035 la capacité de production nucléaire de 14,5 gigawatts (GW), ce qui impliquerait de fermer 16 réacteurs de 900 mégawatts (MW) en plus de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin). Le second, baptisé Volt, envisage une baisse de 8 GW de la capacité de production nucléaire, soit la fermeture de 9 réacteurs.

Les deux autres scénarios, non retenus, prévoyaient de fermer plus de réacteurs (25 à 52). Ce choix de se focaliser sur deux scénarios a été critiqué par plusieurs ONG participantes. "Le débat est complètement biaisé", a réagi Alix Mazounie de Greenpeace. "On a l'impression que le gouvernement et le ministère ont déjà leur idée (...) c'était une manière de cadrer les choses en s'orientant vers des scénarios qui gardent le plus longtemps les réacteurs", a aussi estimé Anne Bringault de l'ONG CLER.

Ces ONG prônent une diminution plus rapide du nucléaire, jugeant notamment "irréaliste" l'importante hausse des exportations de courant vers les voisins européens de la France, contenues dans les scénarios retenus.

Le ministère, EDF et RTE, représentés à cette réunion, n'ont pas souhaité s'exprimer. Une débat public sur la future PPE (programmation pluriannuelle de l'énergie) sera organisé à partir de février, avant que le gouvernement ne propose sa feuille de route mi-2018, pour une adoption d'ici la fin de l'année.

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L'État contraint EDF à contenir la facture d'électricité des Français et lui ajoute une difficulté de plus

Une semaine noire pour EDF. Après l'annonce de nouveaux retards de livraison de son réacteur EPR et le prolongement de la mise à l'arrêt d'importants réacteurs nucléaires, l'État impose désormais à l’électricien la vente de plus d'électricité à bas prix à ses concurrents. Si l’objectif est de...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Le nouveau retard de Flamanville inquiète quant au pari nucléaire du gouvernement

Le réacteur EPR de nouvelle génération de Flamanville est encore repoussé de quelques mois. En chantier depuis 2007, il devait entré en service en 2012 mais il multiplie les déboires et les surcoûts. De quoi inquiéter alors que le président Emmanuel Macron a dit envisager de construire six nouveaux...

Centrale nucleaire de Chooz EDF

Europe : le gaz et le nucléaire brouillent le message de la taxonomie, LE référentiel d’activités vertes

Les si chères énergies que sont le gaz et le nucléaire se sont in extremis invitées dans les projets verts européens de 2022. Le texte qui prévoit de les intégrer à la taxonomie, le référentiel des activités favorables aux objectifs environnementaux de l’Union, a été publié le 31 décembre. Il ouvre...

Emmanuel Macron allocution ADRIEN FILLON HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le cap nucléaire d’Emmanuel Macron pourrait déstabiliser le Green Deal européen

En pleine COP26, le président français a annoncé lors de son allocution du 9 novembre sa volonté de relancer "la création de réacteurs nucléaires pour garantir la souveraineté électrique de la France" et "atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050". Cette stratégie nationale n’est pas celle...