Publié le 23 janvier 2018

ÉNERGIE

Nucléaire : Nicolas Hulot douche les espoirs d’EDF de lancer la construction d’un nouvel EPR en France

EDF souhaite que son nouveau modèle de réacteur nucléaire, un EPR optimisé plus simple à construire et plus rentable, voit son premier exemplaire construit en France. Mais pour le ministre de la Transition écologique, ce n’est pas une priorité. Au contraire, le gouvernement travaille sur la feuille de route nucléaire pour abaisser la part de l'atome dans le mix électrique français.

Le réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) démarrera début 2019.
EDF

EDF travaille depuis plusieurs années au développement d'une nouvelle version de son réacteur EPR mais une éventuelle construction sur le sol français n'est pas la priorité, a dit lundi 23 janvier le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, à l’occasion de ses vœux.

"Pour l'instant, ce n'est ni la priorité, ni dans les tuyaux. Pour l'instant, la priorité c'est de développer les énergies renouvelables et de baisser la part du nucléaire", a-t-il déclaré. La semaine passée, le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy avait affirmé dans une interview au Figaro que ce futur modèle "optimisé" de l'EPR "devra d'abord être commandé et construit sur notre territoire avant d'être exporté".

La mise au point d'un tel modèle de réacteur, censé coûter moins cher que la version actuelle de l'EPR dont 6 exemplaires sont en construction en Chine, Finlande, France et Royaume-Uni, est primordiale pour la filière nucléaire française, qui doit affronter la concurrence des énergies renouvelables et fossiles un peu partout dans le monde.

Évolution de la structure d’EDF

Pour EDF, cette nouvelle version de l'EPR est aussi appelée à remplacer une partie de son parc français de 58 réacteurs, malgré les fermetures voulues par le gouvernement pour baisser la part de l'atome dans la production de courant, conformément à la loi sur la transition énergétique.

"Normalement, en fin d'année, nous aurons des critères très précis pour savoir combien de réacteurs nous allons fermer et à quelle échéance", a rappelé Nicolas Hulot. Outre un critère de sûreté, le gouvernement étudiera des critères socio-économiques pour arrêter son choix.

Par ailleurs, interrogé sur une potentielle évolution de la structure d'EDF visant à séparer le nucléaire du reste des activités (énergies vertes, services énergétiques, etc.), Nicolas Hulot a indiqué que cela faisait partie des  pistes et des "suggestions" sur la table, mais qu'"aucune suggestion n'est privilégiée".

Une interview du ministre au Financial Times en novembre dernier, où il évoquait un changement de l'architecture du groupe détenu à environ 84 % par l'Etat français, avait lancé les spéculations sur une telle transformation d'EDF.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Reacteurs nucleaire EPR Taishan Chine EyePress News EyePress via AFP

L’incident sur l’EPR chinois à Taishan pourrait avoir des conséquences sur le nucléaire en France

Un incident survenu sur une centrale chinoise dans le sud du pays, à Taishan, met le nucléaire français en émoi. C’est sur un réacteur tricolore de type EPR que l’anomalie et une légère hausse de radioactivité ont été enregistrées. Un coup dur pour la Chine qui veut montrer un haut niveau de sûreté...

La France lance une grande offensive nucléaire, soucieuse de son avenir énergétique

Tandis que le Haut-Commissaire François Bayrou presse la France de préserver son nucléaire, Emmanuel Macron écrit à la Commission européenne pour intégrer l’atome dans les plans de neutralité carbone de l’Union. Sans une telle prise en compte, la France peinera à financer de nouveaux réacteurs...

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L’ASN prête à autoriser la prolongation de la vie des réacteurs nucléaires à 50 ans mais sous conditions

Ça y est ! EDF a l’autorisation théorique de prolonger la durée de vie de ses plus anciens réacteurs nucléaire de 40 à 50 ans. Reste que les visites décennales de chaque réacteur seront soumises à des conditions spécifiques en matière de sécurité des réacteurs, des résistances aux agressions...

Visite Creusot nucleaire Framatome Emmanuel macron LaurentCipriani Pool AFP

Pour Emmanuel Macron, l’avenir de l’atome en France passe par le nucléaire militaire

Emmanuel Macron voulait apporter des gages de pérennité et des perspectives à la filière nucléaire, à l’occasion d’une visite dans une usine emblématique de cette industrie mardi 8 décembre. S’il ne s’est pas engagé sur la construction de nouveaux réacteurs ou la prolongation du parc existant, il a...