Publié le 18 octobre 2022

ÉCONOMIE

Partage de la valeur, inflation, retraites, inaction climatique… les ingrédients d’une explosion sociale sont-ils réunis ?

Dans un climat social particulièrement tendu, les syndicats, salariés, partis politiques et étudiants appellent à une journée d'action nationale interprofessionnelle mardi 18 octobre 2022. Plusieurs secteurs ont déjà manifesté leur exaspération au moyen de grèves préventives, à l’image des salariés de TotalEnergies, d’Exxon ou ceux de la grande distribution. 

JULIEN DE ROSAAFP
L'automne 2022 sera-t-il celui d’une explosion sociale ?
JULIEN DE ROSA AFP

Deux jours après la marche contre la vie chère de la Nupes organisée le 16 octobre 2022, c’est désormais au tour des syndicats et travailleurs d’entrer dans l'arène de la contestation. Un appel à la mobilisation a été lancé par la CGT, FO, Solidaires, la FSU, accompagnés des organisations de jeunesse Fidl, Unef, MNL et la Vie lycéenne pour mardi 18 octobre. Alors que l'agenda social et économique s'annonce chargé, avec le vote du budget et la prochaine réforme des retraites, les syndicats espèrent frapper un grand coup.

L'enjeu de la manifestation est une bataille pour "les salaires et la défense du droit de grève". Le mouvement social touche déjà les raffineries et EDF. Un "élargissement (...) à toutes les entreprises de l'énergie" est envisagé par la CGT et FO. Par ailleurs, à la SNCF et la RATP, la CGT-Cheminots et Sud-Rail ont également fait part de leur participation à la grève. Des préavis ont aussi été déposés pour les trois versants de la fonction publique (État, territoriale et hospitalière) par L'UFSE-CGT, premier syndicat du secteur. Les agents territoriaux dans les écoles mais aussi les crèches publiques devraient notamment être touchés. La CFDT-Santé, premier syndicat dans le secteur de l'hospitalisation privée, a aussi appelé à la grève dans les cliniques et maisons de retraite à but lucratif.

Les renseignements craignent une contagion du mouvement

Les salariés font cause commune et demandent une meilleure répartition de la valeur via une hausse des salaires. D’autres secteurs non encore déclarés pourraient aussi participer au mouvement, c’est la crainte des services de renseignements. Dans une note consultée par Le Parisien, les services de renseignement territoriaux alertent sur une "contagion aux branches interprofessionnelles qui semble se matérialiser". Des acteurs stratégiques sont cités, comme les "dockers, agents portuaires ou encore agents de centrales nucléaires et du secteur automobile".

Des secteurs ont déjà sonné l’alerte. À l’image des raffineries où les salariés avaient mené des grèves préventives dès le mois de mars, des actions ont déjà eu lieu dans des enseignes de grande distribution. Une partie du personnel de Monoprix se mobilise depuis le printemps ainsi que dans certaines enseignes du groupe Mulliez, chez Auchan ou Chronodrive notamment. Au printemps, Amazon était aussi touché par une vaste mobilisation.

Plus globalement, de plus en plus de Français disent "appartenir à une France en colère et très contestataire". Ils étaient 36% en octobre, soit 6 points de plus en un an, selon l’enquête "Fractures Françaises" réalisée par Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde. "La situation est très éruptive, notamment chez ceux qui ont l’habitude de se mobiliser", confie Brice Teinturier, directeur général d'Ipsos, à Challenges.

Multiplication des facteurs de colère

L’inflation est notamment un "facteur symbolique qui peut susciter une déflagration sociale", analyse le spécialiste. Il s’agit du premier sujet de préoccupation personnelle des Français (54% le jugent prioritaire, 20 points de plus que pour l’environnement), selon Ipsos et alors que les Français ont le sentiment que les inégalités se creusent.

La réforme des retraites pourrait par ailleurs "être considérée comme une provocation, sur un terreau déjà inflammable", ajoute Brice Teinturier. D’autant que les réquisitions ordonnées par le gouvernement pour faire refonctionner les raffineries touchées par les grèves ont "mis le feu aux poudres", estime le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

L’inaction climatique achève de créer la crispation d’une partie de la population. Ainsi, fin septembre sonnait le retour des grèves mondiales pour le climat à l'initiative de Fridays for Future. En France, des élèves de 500 établissements scolaires se sont mobilisés pour appeler le gouvernement à agir rapidement face à l’urgence climatique et à suivre les recommandations du Giec. Le mouvement est ravivé par la perspective de grands rendez-vous sur le climat et notamment la COP27. La convergence des luttes tant redoutée par l'État pourrait-elle se concrétiser ?

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

En France et aux États-Unis, un vent de révolte historique se lève chez Amazon

Alors que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, s’est lancé dans une course au spatial, ses salariés veulent le faire revenir sur Terre ! En France, tous les entrepôts du géant du commerce en ligne sont bloqués par des mobilisations salariales. Outre-Atlantique, un mouvement historique a permis...

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications...

TotalEnergies, SNCF, Chronodrive… la crise sociale menace face à l’inflation

Les appels à la grève se multiplient alors que l’inflation devrait approcher les 7 % en fin d’année, selon l’Insee. Après l’échec de négociations salariales, les employés de plusieurs secteurs comme l’agroalimentaire, l’énergie ou encore des transports engagent un bras de fer avec leurs...

Grèves des étudiants pour le climat : "On sort de notre insouciance parce que nos dirigeants sont dans le déni"

Ce vendredi 23 septembre marque le retour des grèves mondiales pour le climat à l'initiative de Fridays for Future. En France, des élèves de 500 établissements scolaires vont se mobiliser pour appeler le gouvernement à agir vite face à l’urgence climatique et à suivre les recommandations...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jacinda ardern MICHAEL BRADLEY AFP

Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise emblème d'une politique alternative, démissionne

Le parcours de Jacinda Ardern, la Première Ministre néo-zélandaise, aura cassé tous les codes politiques depuis le début. Élue par surprise en 2017 à 37 ans, elle aura dirigé le pays pendant six ans en assumant maternité, empathie avec la population, attitude exemplaire lors des attentats de...

Assaut contre les batiments du Congres de la Cour supreme et du palais presidentiel Brasilia janvier 2023 EVARISTO SA AFP

La prise éphémère des symboles démocratiques de Brasilia incarne les nouvelles batailles de l’extrême droite

Pendant quatre heures dimanche, les partisans de Jair Bolsanaro ont rejoué la prise du Capitole sous d’autres latitudes. Couverts de drapeaux brésiliens, ils ont pris d’assaut la place des Trois pouvoirs construite par Oscar Niemeyer, vandalisant au passage le Congrès, la Cour Suprême et le palais...

Montage photos tondelier ciotti bompard marseille dec 2022 AFP

Les changements à la tête de quatre partis politiques feront-ils plus de place à l'écologie dans le débat public ?

Quatre nouveaux dirigeants de partis politiques ont été désignés ce week-end. Élus par des militants, comme Marine Tondelier pour EELV et Eric Ciotti pour les Républicains ou désignés par les instances de leurs partis comme Manuel Bompard qui remplace Jean-Luc Mélenchon à la tête de la France...

Eva Kaili Parlement europeen CCO

Qatar 2022 : la compétition sportive n’a pas dissipé le parfum de corruption qui flotte jusqu’au Parlement européen

Les appels au boycott se sont taris face aux matches de football mais la corruption dénoncée depuis l’attribution de la Coupe du Monde poursuit ses ravages. Elle est à l’origine de l’interpellation de la vice-présidente grecque du Parlement européen vendredi. Eva Kaili, du parti S&D, s’était...