Publié le 27 juin 2022

ÉCONOMIE

TotalEnergies, SNCF, Chronodrive… la crise sociale menace face à l’inflation

Les appels à la grève se multiplient alors que l’inflation devrait approcher les 7 % en fin d’année, selon l’Insee. Après l’échec de négociations salariales, les employés de plusieurs secteurs comme l’agroalimentaire, l’énergie ou encore des transports engagent un bras de fer avec leurs dirigeants pour obtenir des hausses de rémunération. Ces demandes sont exacerbées par le soutien financier public attribué pour soutenir les entreprises au plus fort de la pandémie et des promesses d’augmentation non tenues.  

Aeroport greve
Les appels à la grève se multiplient face à la flambée de l’inflation
GEOFFROY VAN DER HASSELT/ AFP

La crainte de tous les gouvernements depuis quelques mois commence à devenir une réalité : des mouvements sociaux éclatent dans plusieurs secteurs. Des appels à la grève ont ainsi été lancés avec pour revendication principale un meilleur partage de la richesse créée. La CGT a appelé les 35 000 salariés du groupe TotalEnergies à faire grève dès le 24 juin. Le syndicat prévoyait des débrayages dans plusieurs raffineries du pays, en raison de l’impact de l’inflation sur le pouvoir d’achat. Les 3 200 salariés du réseau Argedis, filiale à 100 % du groupe, qui gère 185 stations-service TotalEnergies dans toute la France, sont en première ligne. Ils sont "les plus mal payés de la Compagnie TotalEnergies", selon la CGT. Ainsi, "80 % des salariés du collège employés (du réseau Argedis) perçoivent moins de 1 500 € et sont éligibles à la prime d’activité ", dénonce le syndicat. 

Des revendications identiques montent aussi à la SNCF. Les syndicats du transporteur ferroviaire, CGT-Cheminots, SUD-Rail et la CFDT, ont appelé les cheminots à se mettre en grève le mercredi 6 juillet. "Les cheminots sont durement touchés" et "subissent un recul net et fort de leur pouvoir d'achat", justifient l’intersyndicale. Les cheminots demandent "des mesures de rattrapage salarial de l'inflation".

Les salariés les plus précaires se mobilisent

Et les revendications s'étendent petit à petit à d'autres métiers. Comme le transport et la logistique qui s’apprêtent à engager un bras de fer, selon le syndicat FO. Quatre organisations syndicales appellent les 790 000 salariés de la branche à "une première mobilisation pour exiger des hausses de salaires" le 27 juin. Cela concerne le transport routier de voyageurs, de marchandises, de fonds et de valeurs, le transport sanitaire et le déménagement.

Le secteur de la distribution n'est pas en reste. Le groupe Mulliez est notamment concerné : après Auchan, c’est au tour de salariés de Chronodrive d’engager un mouvement de grève, un secteur où les salariés sont souvent plus jeunes et précaires. Il y a quelques semaines, Amazon était aussi touché : en France, tous les entrepôts du géant du commerce en ligne ont été bloqués par des mobilisations salariales en avril dernier.

Cette colère sociale des salariés ne se limite pas à la France. Le Royaume-Uni, notamment, connaît depuis plusieurs jours une grève historique du transport ferroviaire. Elle pourrait être rejointe par le transport aérien, les syndicats de British Airways prévoyant de faire grève pendant les vacances scolaires. L'inflation, encore plus marquée outre-Manche, attise la grogne des salariés qui demandent des revalorisations de salaire. En France, la hausse des prix atteint 5,2 % en mai sur un an, selon les derniers chiffres de l'Insee, son plus haut niveau depuis 37 ans. Pire, elle devrait être de 6,8 % à la fin de l’année selon l’institut de la statistique. Des chiffres bien au-dessus des revalorisations de salaires. Le salaire minimum a augmenté le 1er mai de 2,65% et 5,6% depuis le début de l’année.

Des entreprises aidées et profitables

Plus globalement, les salaires ont progressé entre 2,5 % et 3,5 % en fonction des branches depuis janvier, selon la Banque de France. En pratique, l'État prend en charge une partie du coût de l'inflation avec des mesures du type chèque inflation, plafonnement des prix de l'électricité, ou baisse du prix du carburant. Mais ces mesures ne compensent pas la hausse des prix.

Syndicats et ONG pointent par ailleurs l’indécence de certaines entreprises qui rechignent à augmenter les salaires alors qu’elles ont bénéficié de soutien public au moment des confinements. La CGT s’indigne ainsi que les salariés d’Argedis touchent la prime d’activité et donc de l’argent public, alors que le groupe "engrange des bénéfices à outrance". L’énergéticien a réalisé un bénéfice de 16 milliards de dollars, soit 15,2 milliards d’euros, en 2021. Les représentants syndicaux ont eu l’occasion d’aborder le sujet devant le PDG, Patrick Pouyanné dont la rémunération atteint 5,9 millions d’euros en 2021, en hausse de 52 % sur un an.

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de...

Election lula bresil 301022 CARL DE SOUZA AFP

Lula, réélu à la tête d’un Brésil divisé sur tout : l’Amazonie, l’agro-industrie et les inégalités de richesse

Lula, l’ancien métallo, est redevenu à 77 ans le président du Brésil. Cet homme de gauche à la tête d’une large coalition, a battu d’une courte tête Jaïr Bolsonaro, le Trump tropical. Cette élection cruciale pour la protection de l’Amazonie, poumon mondial menacé, est aussi un coup d’arrêt à un...

Liz Truss Daniel Leal AFP

La démission de Liz Truss, nouvelle mort du Royaume-Uni d’Élisabeth II et de Margaret Thatcher ?

Le mandat de la Première ministre britannique n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois à la reine d’Angleterre. Liz Truss est encore en vie mais sa carrière politique est morte, 45 jours après l’enterrement en grande pompe d’Élisabeth II qui traînait dans son cortège les derniers restes du 20e...

Vincent Edin

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications d’aboutir...