Risque carbone

Lancé par l'ONG anglaise Carbon Tracker en 2011, ce concept s’est répandu à l’échelle de la planète avec une extraordinaire rapidité.

Il est aujourd’hui porté par Al Gore. L’idée est la suivante : la plupart des investisseurs institutionnels alignent leurs placements sur les grands indices boursiers mondiaux qui comptent de nombreuses compagnies dédiées aux énergies fossiles. Les flux financiers vont donc vers une économie carbo-intensive ce qui empêche de respecter les objectifs de réduction des émissions que se fixent les Etats.

Le risque carbone prend donc deux formes

- Un risque financier

Si on brûle l’ensemble des réserves déjà identifiées par les compagnies pétrolières on atteindra rapidement 6 degrés de réchauffement climatique. Ce n’est pas soutenable. Différents pays vont donc prendre des mesures drastiques qui vont faire perdre très rapidement leur valeur boursière aux compagnies pétrolières. Cette dévalorisation aurait un impact très rapide sur les actifs détenus par les investisseurs institutionnels qui perdraient ainsi beaucoup d’argent et de capacité à payer retraites, assurances et autres engagements qui sont les leurs.

-Un risque de réputation

D'abord auprès de l’opinion publique:

Des mouvements de la société civile et diverses ONG se sont emparés de ce concept pour faire des campagnes à l’image de celles qui ont mobilisé contre l’apartheid en son temps ou contre les sweatshops. Elles ont donné des slogans amusants comme " Mum and Dad your pension fund is fucking my future !", mais aussi obligé la fondation d’Harvard à s’engager.

Confrontée aux campagnes d’étudiants lui demandant de ne plus investir dans les énergies fossiles émettrices de gaz à effet de serre, la fondation Harvard a signé, au printemps 2014, les Principes pour l’Investissement responsable (PRI) et devient ainsi la première université américaine à rejoindre l’organisation. Elle a par ailleurs annoncé sa décision de mesurer et publier ses émissions de gaz à effet de serre. Le fonds de dotation de Harvard, nourri par de très riches philanthropes, dispose de 30 milliards de dollars.

Auprès des élus ensuite :

Le meilleur exemple est à chercher en Norvège,où le parlement exerce une pression sur le fonds norvégien pour qu’il réoriente ses placements afin d’en limiter les émissions de carbone, puisque par nature il est nourri par la production pétrolière et génère donc directement des émissions. Il doit donc diversifier "son mix énergétique financier".

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Les actionnaires d’Exxon défient Trump et votent pour le climat

Lors de l’Assemblée générale du premier pétrolier américain, les actionnaires ont adopté la résolution 12 qui impose à l’entreprise de proposer une stratégie compatible avec un réchauffement climatique inférieur à 2°C. Si la Direction d’Exxon s’y est opposée, les grands gestionnaires...

Climat : la finance verte rassemble ses forces

À quelques jours de la COP22, le mouvement des investisseurs mobilisés sur le climat continue à s’étendre. Alors que les initiatives se multiplient, la finance verte est devenue un sujet de compétition entre places financières. Les ONG, de leur côté, ne désarment pas et continuent de...

Climat : face à la forte pression de ses actionnaires, Exxon ne cède pas

L'assemblée générale du géant pétrolier, le 25 mai à Dallas au Texas, a donné lieu à une démonstration de force des partisans d'une meilleure prise en compte du changement climatique. La résolution phare, pour la "mesure du risque carbone", a été rejetée, mais elle a tout de même recueilli...