Publié le 09 novembre 2017

EMPREINTE TERRE

[VIDEO] RepairCafé : des bénévoles réparent gratuitement vos objets pour lutter contre l’obsolescence programmée

Et si on réparait au lieu de jeter ? C’est l’objectif des RepairCafé qui mettent en lien des réparateurs bénévoles avec des citoyens souhaitant faire réparer un objet. Une façon de lutter contre l’obsolescence programmée et d’apprendre à réparer son grille-pain ou sa cafetière en changeant seulement une pièce.

Une quarantaine de bénévoles réparateurs étaient présents samedi 4 novembre au RepairCafé du 3ème arrondissement de Paris.

Il y a un monde fou devant la salle Odette Pilpoul de la Mairie du 3e arrondissement de Paris ce samedi 4 novembre. La ville a prêté sa salle au RepairCafé, une association qui met en lien des réparateurs bénévoles avec des citoyens qui souhaitent faire réparer un objet. L’événement a lieu deux fois par mois dans la capitale et ne désemplit pas. Apportant leur machine à café, aspirateur, tourne-disque ou grille-pain défectueux, la foule attend en moyenne 3 heures pour accéder au graal.

"En magasin, réparer coûte plus cher que d’acheter du neuf"

À l’entrée deux bénévoles pèsent chaque objet destiné à être réparé. "On veut savoir exactement le poids des déchets évités", explique une bénévole de l'accueil en mettant un fer à repasser sur une balance. "Quand on veut faire réparer un objet par un professionnel, le coût de la réparation est quasi identique à un achat neuf, donc forcément les anciens objets sont jetés", se désole Stéphane, un membre de l'association.

Et pourtant, selon un rapport du Parlement européen publié en juillet, la réparation et la lutte contre l’obsolescence programmée, permettraient de créer 200 000 emplois en Europe. Aujourd’hui, en France, la réparation des produits électroniques et électriques, n’emploie que 2 700 personnes…

"C'est clairement plus difficile de réparer qu'il y a cinquante ans" 

Il y a pourtant "une vraie demande sociale", estime Stéphane. Les 350 RepairCafés de France tentent d’y répondre mais sans une vraie politique contre l’obsolescence programmée des objets, c’est-à-dire la réduction artificielle de la durée de vie des produits par les fabricants, difficile de combler la demande.

"C’est clairement plus difficile de réparer les objets qu’il y a cinquante ans", témoigne ainsi Michael, réparateur bénévole depuis 5 ans. "Les composants ont été miniaturisés et les fonctions complexifiées comme pour les télévisions par exemple. Mais certains composants sont clairement obsolètes et les fabricants le savent très bien", explique le bénévole, spécialiste de la domotique.

Une plainte pour obsolescence programmée contre plusieurs fabricants 

Au RepairCafé, les machines à café particulièrement sont connues pour leur défaillance. "Les cafetières à dosettes utilisent un condensateur, une toute petite pièce jaune ou bleu, qui est pour moi sous-dimensionnée. À partir d’un certain nombre d’utilisations, la machine va être hors d’utilisation. Forcément, le premier réflexe va être de la jeter alors qu’il faut changer la petite pièce qui coûte seulement 70 centimes. C'est fait consciemment par les fabricants pour consommer d'autant plus", accuse Michael. 

Et il n'est pas le seul à le penser. Le 18 septembre, l'association HOP à porter plainte contre Epson, HP ou encore Canon pour obsolescence programmée et tromperie auprès du Procureur de la République de Nanterre. Une première en France.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres