Publié le 09 août 2017

EMPREINTE TERRE

Réchauffement climatique : l’Asie du Sud sera inhabitable en 2100

Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) estiment, dans une nouvelle étude, que d’ici la fin du XXIe siècle, l’Asie du Sud pourrait être invivable. En cause, des vagues de chaleur extrêmes associées à un fort taux d’humidité. Du côté de l'Europe, un réchauffement climatique de l'ordre de 3°C provoquerait 152 000 décès par an, contre 3 000 aujourd'hui. 

En Inde, les températures extrêmes s'ajoutent à des pollutions importantes.
BDphoto / Istock

En 2100, la chaleur pourrait rendre l’Asie du Sud invivable, selon une nouvelle étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology) publiée dans la revue Sciences Advances. Si aucune mesure n’est prise pour réduire les gaz à effet de serre, "l’augmentation des températures et de l’humidité en été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l’organisme humain à survivre sans protection", alertent les scientifiques.

"Ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d’ici quelques décennies dans des régions d’Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l’Indus et du Gange, d’importantes régions de production agricole", ajoutent-ils.

Des températures médianes de chaleur humide de 35°C

De nombreux chercheurs ont déjà étudié les effets du réchauffement climatique en Asie du Sud, mais jamais en associant à la fois la chaleur et l’humidité. Or, selon le MIT, les températures médianes de chaleur humide devraient atteindre 35°C en été.

Même si les pays tiennent leur engagement pris lors de l’Accord de Paris en 2015, soit une limitation à 2°C du réchauffement climatique, les températures pourraient dépasser les 31°C. Une moyenne vivable mais dangereuse pour la santé.

"Ce n'est pas un scénario inévitable"

Mais "ce n’est pas un scénario inévitable", estime Elfatih Eltahir, professeur d’ingénierie environnementale au MIT, principal auteur de l’étude, interrogé par l’AFP. "Nous espérons qu'il sera possible d'éviter que ces projections de vagues de chaleur meurtrières se concrétisent en Asie du Sud en réduisant suffisamment les émissions de gaz à effet de serre pour contenir le réchauffement climatique". 

Déjà la semaine dernière, la Banque asiatique de développement tirait la sonnette d'alarme. Elle estimait que si rien n'était fait pour enrayer le réchauffement climatique, les effets seraient "désastreux" pour la région Asie-Pacifique, autant sur la sécurité alimentaire que sur l'émergence de conflits.

152 000 morts par an en Europe

Et l'Europe n'est pas épargnée. Une nouvelle étude publiée dans la revue The Lancet Planetary Healt estime à 152 000 le nombre de morts par an en Europe d'ici 2100 à cause des vagues de chaleur, contre 3000 actuellement. Les chercheurs se sont basés sur une augmentation de température d'environ 3°C. Ils estiment également que deux Européens sur trois seront touchés par des températures extrêmes, des tempêtes, des sécheresses. Entre 1982 et 2010, seulement 5% de la population était concernée par ces phénomènes climatiques.  

"Si le réchauffement climatique n'est pas contenu d'urgence et si des mesures d'adaptation appropriées ne sont pas prises en compte, environ 350 millions d'Européens pourraient être exposés tous les ans à des phénomènes climatiques dangereux d'ici la fin du siècle", concluent les chercheurs. 

Marina Fabre @fabre_marina   


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres