Publié le 19 août 2014

EMPREINTE SOCIALE

Handicap : les autistes au secours de la productivité des entreprises allemandes

D’un côté, des autistes diagnostiqués Asperger avec leur handicap relationnel ; de l’autre, de grandes entreprises en manque de personnels qualifiés. Au final : des gens qui vivent en bonne intelligence, où tous profitent des talents mal connus de ces handicapés. Et des idées reçues qui volent en éclats.

142333_GF.jpg
Martin Neumann, syndrome Asperger, consultant chez Auticon, avec son coach Elke Seng
© Auticon

"Ils sont complètement nuls, tes sacs." C’est la conclusion catégorique des salariés de la firme informatique berlinoise Auticon à la vue des sacs à dos promotionnels confectionnés à l’effigie de l’entreprise. Et pour appuyer leurs dires, ils expliquent au directeur et fondateur d’Auticon, Dirk Müller, que "la fermeture éclair ne ferme pas bien et qu’il y a une erreur de tissage dans le logo".

Dans un environnement professionnel traditionnel, la remarque aurait au mieux désarçonné, au pire choqué. Pas chez Auticon. En collaboration avec l’agence danoise Specialisterne, l’entreprise est spécialisée dans le recrutement en Allemagne de personnes atteintes par l’autisme Asperger.

"Les Asperger vont droit au but, explique Matthias Prössl, directeur de la branche allemande de Specialisterne. Elles ne connaissent pas les non-dits et les sous-entendus. Elles ne comprennent pas l’ironie et ne s’étendent pas sur la pluie et le beau temps. Quand quelque chose ne va pas, elles le voient et le disent." A l’image de l’anecdote des sacs à dos. Cette capacité à voir "une aiguille dans une botte de foin", leur mémoire impressionnante, leurs pouvoirs de concentration et leur méticulosité forment un ensemble de qualités recherchées par les entreprises.

 

Transformer une faiblesse en avantage compétitif

 

Signe de l’intérêt grandissant pour les Asperger, la demande pour les services offerts par les consultants informatiques formés et accompagnés par Auticon ne cesse de croître. Créée en novembre 2011, l’entreprise de Dirk Müller-Remus, informaticien et père de quatre enfants, dont un enfant Asperger, emploie actuellement 37 personnes, dont 24 sont autistes. Initialement implantée à Berlin, Auticon est aujourd’hui présente à Düsseldorf, Munich et à Francfort. Parmi ses clients: les fleurons de l’industrie allemande. Le géant de la téléphonie Deutsche Telekom, la Deutsche Bahn, le pendant allemand de la SNCF, Infineon, le leader mondial du marché des composants pour cartes à puce, ou encore Vodafone... Et la liste ne fait que s’allonger, si l’on en croit le patron d’Auticon. Il met d’ailleurs un point d’honneur à souligner que son entreprise n’est pas caritative, mais fonctionne bel et bien comme une société normale. Il espère engranger ses premiers bénéfices d’ici la fin de l’année.

De grandes entreprises sont elles aussi convaincues des qualités de ces travailleurs handicapés. En mai 2013, SAP, le géant allemand du logiciel, annonçait ainsi son intention de recruter 1% d’autistes à l’horizon 2020, sur les 65 000 salariés que compte le groupe dans le monde. Une décision qui a trouvé un très fort écho médiatique outre-Rhin. Pour la mettre en œuvre, SAP s’est tourné vers Specialisterne, qui s’est donné pour objectif d’intégrer 1 million d’autistes dans le monde du travail professionnel. C’est cette dernière qui est chargée de recruter et d’intégrer les autistes dans les équipes.

 

Une motivation pour toute l’équipe

 

Car si les Asperger ne présentent pas de déficience intellectuelle, les liens relationnels peuvent poser problème. "Il faut privilégier les consignes par écrit car ils n’intègrent pas les règles d’usage ou les non-dits. Les tâches à accomplir doivent être précises, avec un plan de travail clairement défini. Il faut également éviter les changements de dernières minutes et leur permettre de travailler dans un environnement calme", explique Matthias Prössl. Surtout, il faut accomplir un travail de sensibilisation et d’explication auprès des collègues, quitte à revoir l’organisation interne de l’équipe. "C’est précisément ce qui freine encore l’intégration de ces personnes dans le monde de l’entreprise en Allemagne, relève encore le représentant de Specialisterne. Mais les premières démarches viennent d’être accomplies."

Les retours d’expérience sont plus qu’encourageants. En 2011 déjà, SAP avait travaillé avec Specialisterne dans des projets pilotes en Inde et en Irlande. "Le projet pilote que nous avons conduit à Bangalore nous a montré que l’intégration des personnes Asperger a eu un impact très positif sur toute l’équipe, rapporte Anka Wittenberg, responsable des questions de diversité au sein du groupe SAP. La productivité a augmenté, la motivation au sein des équipes également."

Claire Stam, correspondante en Allemagne
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles