Sûreté nucléaire

Les normes de la sûreté nucléaire ont été conçues pour délivrer aux états des principes reconnus universellement leur assurant que leur activité nucléaire civile et leur exploitation des sources radioactives et rayonnements ionisants se déroulent conformément à la loi internationale. La finalité de cette politique est de protéger la vie et la santé humaine, de même que l’environnement, des effets dévastateurs de l’exposition aux radiations. Elles doivent s’appliquer en symbiose avec la protection et la sécurité nucléaires pour aboutir.

La sûreté nucléaire (souvent abrégée « sûreté » par les publications de l’AIEA) est définie comme l'ensemble des dispositions techniques et mesures d'organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l'arrêt et au démantèlement des installations comportant une source de rayonnements ionisants, ainsi qu'au transport de matières radioactives ; ces dispositions sont destinées à prévenir des accidents et à en limiter les effets sur les travailleurs, la population et l’environnement. Elle concerne aussi bien les risques se déroulant dans des circonstances ordinaires que les risques qui sont la conséquence d’incidents, ainsi que d’autres conséquences directes possibles liées à la perte de contrôle du cœur d’un réacteur nucléaire, à la chaîne de réaction nucléaire, aux sources radioactives ou toute autre source de radiations. Cependant, la sûreté nucléaire n’inclut pas les risques liés aux éléments non-relatifs aux radiations.

Le rôle de la « sûreté » est principalement de garder le contrôle sur les sources d’exploitation, tandis que celui de la « protection » concerne l’amoindrissement des effets de l’exposition aux rayons (quelle qu’en soit la source). Leurs finalités sont clairement liées : il suffit que la source en question soit sous contrôle pour que la « protection » perdure, donc la « sûreté » s’applique pour la préserver.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Pour Emmanuel Macron, l’avenir de l’atome en France passe par le nucléaire militaire

Emmanuel Macron voulait apporter des gages de pérennité et des perspectives à la filière nucléaire, à l’occasion d’une visite dans une usine emblématique de cette industrie mardi 8 décembre. S’il ne s’est pas engagé sur la construction de nouveaux réacteurs ou la prolongation du parc...

Déchets nucléaires : en Europe, 60 000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs attendent un stockage définitif

Le premier réacteur nucléaire a été mis en service en 1954. Pourtant, près de 70 ans plus tard, aucune solution de stockage définitif n'a encore été mise en place pour accueillir les déchets les plus radioactifs. Ceux-ci représentent plus de 60 000 tonnes rien qu'en Europe, dont un quart...

Sécheresse : la centrale nucléaire de Chooz B a dû être arrêtée en raison du faible débit de la Meuse

La sécheresse qui touche massivement la France a aussi un impact sur le nucléaire. En raison de la faiblesse de certains cours d’eau, des arbitrages doivent être faits entre les différents usages de l’eau. Le faible débit de la Meuse a ainsi forcé EDF à mettre à l’arrêt les deux réacteurs...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable