Plafond de verre

Le plafond de verre est une expression américaine datant de la fin des années 70. Il désigne les « freins invisibles » à la promotion des femmes dans les structures hiérarchiques. Il constitue un obstacle dans l’évolution de leur carrière au sein de l’entreprise et limite leur accès à des postes à responsabilité. On constate que les femmes sont moins souvent promues que leurs collègues masculins, et ce dans toutes les catégories sociales. D’autre part, elles sont particulièrement pénalisées avant leurs 35 ans, c’est-à-dire pendant la période où elles sont susceptibles d’avoir des enfants.

L’expression s’est étendue aux minorités visibles, dont on constate que les carrières rencontrent les mêmes freins. Aujourd’hui, elle est utilisée pour décrire toute situation où un individu est bloqué dans son évolution professionnelle sans raison légitime, qu’il s’agisse de rémunération ou de poste. Ce plafond de verre constitue une barrière d’autant plus forte qu’elle n’est ni visible, ni clairement identifiée. Il est surtout dû à la catégorisation des individus, en fonction de leur sexe, leur âge, leur origine sociale, leur origine ethnique, etc.

Dans certains secteurs d’activité, il y a peu de diversité, notamment concernant la diversité homme/femme. La DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) estime que parmi les 87 familles de métiers identifiées, seulement 13 d’entre elles sont véritablement mixtes. Cette répartition est inégalitaire et elle se fait au détriment des femmes, qui sont largement majoritaires sur des postes tels que : aide-ménagère, employé de maison, assistante maternelle ou encore secrétaire.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

À partir de ce 4 novembre, à 16h16, les femmes travaillent bénévolement jusqu’à la fin de l’année

C'est un décompte qui souligne la persistance des inégalités entre les femmes et les hommes. Selon le calcul du collectif féministe les Glorieuses, les femmes françaises vont commencer à travailler gratuitement jusqu'à la fin de l'année à partir de 16h16 aujourd'hui. Alors que les femmes...

Trois questions à Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du GIEC : "Les femmes ont moins de capacité à réagir en cas d’aléas climatiques"

C'est un angle mort des politiques climatiques des États. Les femmes subissent de plein fouet les effets du changement climatique, elles ont 14 fois plus de risques de mourir en cas de catastrophe naturelle que les hommes. Valérie-Masson Delmotte, climatologue et co-présidente du Giec...

De nouveaux efforts demandés aux entreprises pour améliorer l’égalité femmes-hommes

Selon la Banque mondiale, la France fait partie des six pays du monde où les droits des femmes sont les plus respectés. Au quotidien pourtant, la situation n’est pas toujours aussi rose, notamment dans le monde du travail. De nouvelles mesures, entrées en vigueur au début de cette année ou...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable