Facteur 4

La notion de « facteur 4 » désigne l’objectif d’un pays de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre (GES) entre le niveau de 1990 et celui de 2050. Cet objectif est considéré par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) comme l’effort nécessaire à réaliser par les pays industrialisés pour limiter la hausse de la température moyenne sur la planète à +2°C d’ici 2100.

C’est aussi l’objectif que s’est fixé la France. Cela équivaut pour le pays à réduire les émissions de GES à 140 millions de tonnes équivalent carbone par an (contre 562 Mt CO2éq en 1990).

Pour réussir cette diminution par 4 des émissions de GES, il faudra réduire considérablement la consommation d'énergie fossile, les productions nécessitant énormément d'énergie et aussi améliorer l'efficience énergétique des modes de production (produire autant de biens, mais en utilisant moins d'énergie et de matières premières).

Il faut savoir qu’à l'origine, ce terme a été défini dans les années 1990 par les experts du Club de Rome (un think-tank sur les problématiques de développement durable), dans un sens différent. Il s’agissait alors de « multiplier par 4 le nombre de richesses à partir d’une unité de ressources naturelles ».

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Climat et biodiversité : un agenda environnemental chargé pour les entreprises en 2018

En 2018, la question climatique sera toujours au centre des préoccupations environnementales des entreprises mais celles-ci devront aussi se tourner plus en profondeur sur leurs actions en matière de biodiversité. L'agenda politique sur ces questions est chargé et l'action est urgente.

Climat : comment inciter les entreprises à transformer leurs engagements en actes ?

Sept mois après l’adoption de l’Accord de Paris, la donne a-t-elle vraiment changé pour les entreprises ? En amont de la COP21 et pendant l’évènement, elles ont été nombreuses à afficher leur engagement en matière de lutte contre le changement climatique. Mais quid de la mise en œuvre ?...

Comment la transition énergétique va booster l’économie

Après avoir démontré en 2015 qu’un mix électrique "100% renouvelable" en 2050 était possible pour un coût comparable à celui d’un mix conservant 50% de nucléaire, l’Ademe a cette fois évalué les impacts macro-économiques d’un tel scénario dans une étude publiée le 30 juin. Il apparaît...