Publié le 08 novembre 2018

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[La vidéo des solutions] Jean Bouteille modernise la consigne pour limiter les déchets

Et si on modernisait la consigne ? L'entreprise Jean Bouteille a fait du vrac liquide son fer de lance. Elle propose des tireuses de vin, huile, lessive et de savon disponibles en magasin ainsi qu'un contenant consigné et réutilisable. Depuis 2017, elle a ainsi évité la production de 103 000 bouteilles. Et son partenariat avec Franprix devrait démocratiser davantage le concept. 

Jean Bouteille 01
Sans emballage, les consommateurs peuvent économiser jusqu'à 25 % du prix du produit.
@MarinaFabre

Après le riz, les biscuits, les pâtes, voilà le vrac pour les produits liquides. C’est l’idée de Jean Bouteille. Cette startup installe des tireuses pour le vin, l’huile, le savon, la lessive dans les supermarchés. Elle propose également des bouteilles consignées réutilisables. Le but est de réduire l'impact environnemental de notre consommation.

Le concept est simple. Le consommateur achète un contenant Jean Bouteille à deux euros en magasin. Il s'agit soit d'une bouteille en verre pour le vin et l’huile, soit d'une bouteille en plastique recyclé pour le shampoing et la lessive. L'utilisateur peut ensuite réutiliser ces contenants indéfiniment grâce aux fontaines mises en place dans les magasins. Ou alors, il a la possibilité de les rendre en magasin où elles seront rachetées 1 euro l’unité. Jean Bouteille s’occupera de les laver pour les remettre dans le circuit du vrac liquide.

Et ce nouveau dispositif semble plutôt bien fonctionner. "Depuis 2017, nous avons évité la production de 103 000 bouteilles", se réjouit Priscilla Soudani, commerciale chez Jean Bouteille. Après avoir débuté dans des enseignes spécialisées comme Biocoop, elle a signé l'année dernière un partenariat avec Franprix. En Île-de-France, 99 magasins de l’enseigne sont équipés du dispositif.

Sans emballage, jusqu'à 25 % d'économie 

"Notre ambition c’est que le vrac devienne le standard. Aujourd’hui, on a le réflexe du préemballé, demain on aimerait que ce soit celui du sans emballage", insiste Priscilla Soudani. D’autant que Jean Bouteille a un argument choc, celui de la réduction du coût. Selon les produits, le consommateur peut économiser de 5 à 25 % par rapport au tarif moyen de la gamme.

La startup a choisi ne proposer à la vente que des produits bio. D'un vin à l’huile certifiés AB en passant par la lessive Ecocert. "On souhaite que le consommateur consomme simplement l’essentiel et du bon", avance Priscilla Soudani. Prochaine étape pour l’entreprise, proposer de la bière bio. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Vidéos

Chaque semaine, Novethic vous emmène, en vidéo, au coeur des nouveaux modes de consommation, des nouveaux modes de production et de la transition énergétique.

Safran sur les toits de Paris

[La vidéo des solutions] Du safran cultivé sur les toits de Paris

Quatre sœurs ont eu l'idée de planter leurs bulbes de Safran sur le toit d'un Monoprix du 13ème arrondissement. Ici pas de pesticide, ni d'irrigation, mais beaucoup d'attention. Car le safran, épice la plus chère au monde, est fragile. La récolte sera vendue en circuit ultra-court, quelques étages...

Jean Bouteille 01

[La vidéo des solutions] Jean Bouteille modernise la consigne pour limiter les déchets

Et si on modernisait la consigne ? L'entreprise Jean Bouteille a fait du vrac liquide son fer de lance. Elle propose des tireuses de vin, huile, lessive et de savon disponibles en magasin ainsi qu'un contenant consigné et réutilisable. Depuis 2017, elle a ainsi évité la production de 103 000...

Auberge de jeunesse ecoresponsable yves robert

[La vidéo des solutions] À Paris, une auberge de jeunesse écoresponsable pour un tourisme durable

Le tourisme représente 10 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Pour y remédier, l'auberge de jeunesse Yves Robert, situé dans le 18ème arrondissement de Paris, a tout misé sur l'écoresponsabilité. 3500 mètres carrés de panneaux solaires photovoltaïques sur les toits, puits canadien,...

Goodeed

[La vidéos des solutions] Avec Goodeed, financez gratuitement une association en regardant des publicités

Et si on détournait l'argent des publicités ? La startup Goodeed propose aux internautes de réaliser un don à une association simplement en regardant une publicité de 20 secondes. En reversant 60 % de l'argent généré par la publicité, elle a ainsi pu donner 600 000 euros à des associations.