Publié le 19 juillet 2021

SOCIAL

Pegasus : Cibles d’un système mondial d’espionnage, plusieurs médias et personnalités portent plainte

Des milliers de téléphones appartenant à des journalistes, avocats, défenseurs des droits humains... ont été espionnés par le logiciel israëlien Pegasus de NSO group, pour le compte de plusieurs pays dont le Mexique, la Hongrie ou encore le Maroc. Si la France n'était pas cliente du groupe NSO, plusieurs journalistes français ont été victimes de ce piratage mondial. Edwy Plenel, fondateur de Mediapart, a annoncé porté plainte ainsi que Dominique Simonnot, ancienne journaliste du Canard Enchaîné. 

Piratage telephone pegasi Marilia Castelli on Unsplash
Le logiciel Pegasi permet d'espionner les smartphones en utilisant les failles de sécurité.
Marilia Castelli on Unsplash

C’est un scandale mondial d’espionnage que viennent de révéler les organisations Amnesty International et Forbidden Stories, regroupant 17 rédactions dont Le Monde, The New York Times ou encore The Guardian. Dans une enquête publiée le 18 juillet, le consortium explique que le logiciel espion Pegasus de la société NSO Group, a permis d’espionner des militants des droits humains, des journalistes et des opposants politiques en récupérant leurs messages, photos, contacts et conversations sur leur smartphone. Ce logiciel israélien, créé officiellement pour aider les renseignements à lutter contre la criminalité, a ainsi été détourné par plusieurs États comme la Hongrie, le Maroc ou l’Inde. 

Si la France n’est pas cliente de la société NSO Group, plusieurs numéros de journalistes français figurent dans la liste des 50 000 numéros de téléphone surveillés par le logiciel Pegasus. "Ces faits sont extrêmement choquants, des faits qui, s'ils sont avérés sont extrêmement graves", a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur France Info ce lundi 19 juillet. "Il va y avoir évidemment des enquêtes, des éclaircissements demandés", a-t-il ajouté.

Atteinte à la liberté de la presse 

Parmi les personnalités françaises ciblées, on trouve le fondateur du journal en ligne Mediapart, Edwy Plenel et sa consoeur Lénaïg Bredoux. Le site d’information a annoncé le 19 juillet déposer une plainte à Paris. "Pendant plusieurs mois, l'appareil répressif du royaume chérifien a ainsi violé l'intimité privée de deux journalistes, porté atteinte au métier d'informer et à la liberté de la presse, volé et exploité des données personnelles et professionnelles. Aucun autre téléphone d'un membre de l'équipe de Mediapart n'a été espionné", a précisé le journal en ligne.

Elle aussi espionnée, la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) Dominique Simonnot, ancienne journaliste au Canard Enchaîné a également annoncé son intention de porter plainte. L'hebdomadaire satirique va en faire de même au nom de la rédaction. "Peut-être que c'est pour espionner à travers moi mes anciens confrères du Canard", soupçonne-t-elle sur France Info. "Quelle bêtise j'ai pu dire, qu'est-ce que j'ai pu raconter, à quoi ils ont eu accès? C'est effrayant", a-t-elle ajouté.

Le groupe NSO nie 

Sur cette liste, figure également le numéro du journaliste mexicain Cecilio Pineda Birto, abattu quelques semaines après son apparition sur ce document. Des correspondants étrangers de plusieurs grands médias, dont le Wall Street Journal, CNN, France 24, El País, ou l’AFP en font aussi partie. Deux des téléphones appartenant à des femmes proches du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné en 2018 dans le consulat de son pays à Istanbul par un commando d’agents venus d’Arabie saoudite, étaient également ciblés.

Dans un communiqué, le groupe NSO a nié "fermement les fausses accusations portées". Selon lui, le rapport de Forbidden Stories "regorge d’hypothèses erronées de théories non corroborées, les sources ont fourni des informations qui n'ont aucune base factuelle", écrit le groupe qui envisage de porter plainte en diffamation.

"Le Projet Pegasus montre à quel point le logiciel espion de NSO Group est une arme de choix pour les gouvernements répressifs qui cherchent à réduire au silence les journalistes, à s’en prendre aux militants et à écraser l’opposition, mettant ainsi d’innombrables vies en péril", a réagi Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Zara deconfinement AFP

À Bordeaux, l'extension d'un magasin Zara refusée en raison du travail forcé des Ouïghours

Zara, qui voulait étendre un de ses magasins dans le centre-ville de Bordeaux, vient d'essuyer un refus par une Commission départementale. Un refus motivé par l'ouverture d'une enquête visant Inditex, la maison mère de Zara, pour "recel de crime contre l'humanité" après un rapport d'ONG l'accusant...

Fatigue pandemique iStock Drazen Zigic

Covid-19 : Face à Omicron et la cinquième vague, le risque de "fatigue pandémique" menace

Alors que le Vieux Continent est à nouveau l'épicentre de la pandémie et qu'un nouveau variant venu d'Afrique du Sud baptisé Omicron fait craindre le pire, le gouvernement appelle notamment à un renforcement des gestes barrières et du protocole sanitaire en milieu professionnel. Un nouveau tour de...

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.

Francoise Verges Boulomsouk Svadphaiphane 1

Françoise Vergès, politologue : "Le peuple guadeloupéen se sent malmené depuis toujours"

Alors que le gouvernement tente de trouver une porte de sortie à la crise en Guadeloupe, dont le passe sanitaire et l'obligation vaccinale a été un élément déclencheur de mobilisation, la politologue Françoise Vergès observe un malaise plus profond. "Il n'y a pas de confiance en l'État", dit-elle...