Publié le 28 février 2022

SOCIAL

Guerre en Ukraine : le monde du sport riposte contre la Russie

Compétitions annulées ou déplacées, refus d’affronter les équipes russes … le monde du sport prend position contre l’offensive russe en Ukraine. Même la fédération internationale de judo, sport favori de Vladimir Poutine, a retiré son statut de président honoraire au chef d'État. Au-delà de certaines mesures symboliques, les répercussions sont aussi économiques : l'UEFA vient d'annoncer mettre fin à son contrat avec Gazprom, son sponsor majeur depuis 2012.

Guerre Ukraine sport
Ue banderole affiche le slogan "STOP WAR" contre la guerre russo-ukrainienne lors d'un match de football du championnat italien de Serie A le 27 février
FEDERICO PROIETTI / DPPI VIA AFP

[Mise à jour le 1er mars] "Il ne faut pas mélanger le sport et la politique". Cet argument souvent invoqué dans le monde sportif, vole en éclats ces derniers jours, alors que de nombreux athlètes et instances manifestent leur opposition contre l’invasion russe en Ukraine. L’UEFA, instance européenne du football, a frappé fort ce dimanche 27 février en délocalisant à Paris la finale de la Ligue des champions, compétition entre les meilleurs clubs du continent européen, qui devait se dérouler en mai à Saint-Pétersbourg. La Suède et la Pologne ont, elles, d’ores-et-déjà annoncé refuser d’affronter les Russes en matches de qualification de la Coupe du monde 2022. "Trêve de paroles, il est temps d’agir. En raison (…) de l’agression de la Russie en Ukraine, l’équipe de la Pologne n’envisage pas de jouer le match de barrage contre l’équipe de la Russie", a déclaré le président de la fédération, Cezary Kulesza. Ces deux équipes n'auront pas à le faire, la FIFA et l'UEFA ayant finalement décidé d'exclure l'équipe du Mondial ce 29 février. 

Outre le football, le grand prix de Russie de Formule 1 organisé à Sotchi depuis 2014, n’accueillera pas cette année la course prévue en septembre. "Ce sera sans moi" a, quant à lui, annoncé la star de l’équipe française de volley-ball Earvin Ngapeth, évoquant le Mondial russe en août prochain. L'une des dernières décisions en date particulièrement symbolique : la fédération internationale de judo a retiré le statut de président honoraire de Vladimir Poutine, ceinture noire et l’un des mieux gradés au monde de ce sport.

Les sportifs ukrainiens en première ligne

Touchés directement, plusieurs sportifs ukrainiens réagissent aussi. Certains ont même décidé de rejoindre les rangs pour combattre. Comme l’équipe de biathlon : "Mon équipe et moi restons en Ukraine pour protéger nos maisons et nos familles des forces armées russes qui ont envahi l’Ukraine le 24 février", a annoncé sur Instagram Dmytro Pidruchnyi, champion du monde 2019. C'est aussi le cas du tout juste retraité tennisman Sergiy Stakhovsky, qui a partagé en vidéo sur Twitter son envie de se mobiliser en tant que réserviste.

Certains sportifs russes n’hésitent pas non plus à s’exprimer. Le tennisman Andrey Rublev, l’un des dix meilleurs joueurs du monde, a ainsi écrit "pas de guerre" sur une caméra à la fin d'un match le 25 février.

L'UEFA rompt son contrat avec Gazprom 

Les répercussions sont également financières. Le club de football allemand Schalke 04 a rompu officiellement son contrat ce 28 février avec son sponsor principal Gazprom, compagnie de gaz russe proche du pouvoir. Tout comme l’UEFA qui s'est aussi séparé du géant gazier, son partenaire majeur depuis 2012 avec un contrat de 40 millions d'euros annuel. Une décision forte car "Gazprom est partout dans le foot européen", indique Maxime Combes sur Twitter. "Jusqu’au sein même du comité exécutif de l'UEFA via Alexander Dyukov qui n'est autre que le PDG de Gazprom Neft, la banche pétrolière de Gazprom, et qui est aussi président de la Fédération russe de football"

Rompre avec un tel sponsor dans les hautes sphères du football dépasse largement les symboles. D'autant plus que l'empire de Gazprom ne s'arrête pas à ce sport : "Handball, cyclisme, voile, hockey sur glace, gymnastique, rallye... sa précence est multiple", rappelle  Ouest-France

Marion Chastain @MarionChastain


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Fifa Qatar 2022 coupe du monde football Giuseppe Cacace AFP

Qatar 2022 : la Coupe du monde, championne des controverses

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds...

Qatar Vinci

Qatar 2022 : avec la mise en examen de Vinci, les controverses se multiplient à l’approche de la Coupe du monde

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors...

Discours du president egyptien Abdel Fattah al Sissi lors de la COP26 a Glasgow en E cosse le 1er novembre 2021 YVES HERMANPOOL AFP

COP27 : derrière les négociations climatiques, l’enjeu crucial des droits humains

La COP27 qui s'ouvre le 6 novembre prochain à Charm-el-Cheikh, en Egypte, doit permettre d'avancer sur la lutte contre le changement climatique. Mais elle peut aussi être l'opportunité pour la communauté internationale de mettre la pression sur le pays hôte, accusé d'être à l’origine de "l’une des...

Yan Rachinsky Oleg Orlov fondateur ONG Memorial Alexander Nemenov AFP

Les Nobels 2022 célèbrent la lutte contre la domination

Le Prix Nobel de littérature a été attribué à Annie Ernaux, celui de la paix à deux ONG, la russe Memorial et l’ukrainienne Centre pour les libertés civiles, ainsi qu’à l’opposant biélorusse Ales Bialiatski. Le comité Nobel a ainsi consacré la déconstruction de modèles de domination que ce soit à...