Publié le 08 février 2021

SOCIAL

[Édito] Faire payer aux jeunes l’addition d’un monde qui craque, c’est hypothéquer l’avenir !

De l’Europe à la Birmanie en passant par la Russie, les tensions du moment sont aussi celles d’un conflit de générations et d’une grande bataille de modèles, entre celui de l’autoritarisme plus ou moins éclairé et celui d’une société plus horizontale où s’inventent de nouveaux modes de production et de consommation pour faire face au déchaînement de crises multiples, changement climatique, perte de biodiversité, explosion des inégalités…

Birmanie manifestations AFP STR
Depuis lze coup d'État en Birmanie, la jeunesse défile dans la rue pour demander de respecter les résultats de dernières élections.
@AFP/STR

Les visages des manifestants qui protestent en Birmanie contre la reprise de pouvoir par la junte militaire sont jeunes, très jeunes. Ils lèvent trois doigts en signe de ralliement pour dire qu’ils n’ont pas peur et veulent le rétablissement du parti d’Aung San Suu Kyi qui avait gagné les élections législatives.

En Russie, les visages et les vêtements sont différents mais la situation est comparable. Plus de 10 000 personnes ont été arrêtées et les jeunes, souvent mineurs, continuent à exprimer leur soutien à Alexei Navalny, qui s’oppose à Vladimir Poutine. Ce dernier incarne jusqu’à la caricature la posture de l’homme viril qui instaure un rapport de force permanent et joue de ses muscles cultivés par toutes sortes de disciplines sportives. Ceux qui n’ont connu que lui expriment leur désir de vivre dans un pays libre "où les gens ne sont pas emprisonnés d’un claquement de doigts sans procès et sans enquête".

Ingénieurs et médecins

En Europe, les jeunes ne sont plus beaucoup dans la rue. Aux Pays-Bas quelques-uns ont manifesté, surchauffés par le couvre-feu, en France les étudiants paupérisés et assignés à résidence s’épuisent à suivre des cours en visio quand ils n’ont pas lâché des études qu'ils n’avaient pas vraiment commencé. "Si nous sacrifions la génération des 16-25 ans comme nous sommes en train de la faire dans cette crise, nous n’aurons plus d’ingénieurs ou de médecins dans vingt ans", alerte Jacques Attali, invité à la conférence annuelle de Sycomore Asset Management organisée virtuellement le 5 février.

Pourtant avant le COVID 19, les jeunes Européens emmenés par Greta Thunberg défilaient en nombre dans les grandes capitales pour demander un programme de lutte contre le changement climatique à la hauteur de l’enjeu. Depuis, les mesures drastiques prises pour tenter d’endiguer l’épidémie dont sont massivement victimes les plus âgés, ont fait reculer la démocratie dans leurs pays. Selon l’indice 2020 de The Economist publié début février, les libertés ont reculé dans 70 % des pays classés dans ce baromètre où la France fait désormais partie des démocraties défaillantes.

Or la démocratie qui permet de faire participer aux décisions et aux plans d’actions, des sensibilités différentes de tous âges et de toutes visions, est indispensable pour bâtir les plans qui permettent d’affronter autant de difficultés simultanées. Comme le rappelle Greta Thunberg, le déni de démocratie peut emmener celui de la science et le mandat de Trump a montré jusqu’où cela pouvait être destructeur pour l’environnement mais aussi pour la population la plus pauvre.

Changer de modèle

Elle n’est pas seule à lier des sujets qui semblent éloignés au premier regard. Quand le jeune activiste ougandais Nirere Sadrach appelle à soutenir les paysans indiens qui protestent contre la libéralisation du marché des produits agricoles, il établit le lien entre le mouvement des jeunes africains contre le changement climatique et la protestation des fermiers indiens contre un modèle agro industriel auquel ils ont déjà payé un lourd tribut.

 

Tous ces activistes essaient de faire émerger un nouveau modèle. C’est d’autant plus méritant qu’ils ne sont pas formés pour cela. Le mouvement étudiant pour un Réveil écologique vient de publier un rapport accablant selon lequel "Seuls 15 % des établissements sont prêts à former l’ensemble de leurs étudiants aux enjeux écologiques !".

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.

Francoise Verges Boulomsouk Svadphaiphane 1

Françoise Vergès, politologue : "Le peuple guadeloupéen se sent malmené depuis toujours"

Alors que le gouvernement tente de trouver une porte de sortie à la crise en Guadeloupe, dont le passe sanitaire et l'obligation vaccinale a été un élément déclencheur de mobilisation, la politologue Françoise Vergès observe un malaise plus profond. "Il n'y a pas de confiance en l'État", dit-elle...

Article RSF nov 2021

La vie des journalistes environnement de plus en plus menacée

Pressions, atteintes à l’intégrité physique, voire assassinats ciblés... De plus en plus de journalistes qui enquêtent sur l’environnement subissent ce triste sort. À l’occasion de la COP26, Reporters sans frontières et 60 journalistes appellent les États à agir en publiant une tribune.

Devoir de vigilance Travail des enfants f8619b6d7a 1

Devoir de vigilance : les parlementaires attribuent la compétence au tribunal judiciaire, un soulagement pour les associations

Depuis des années les affaires liées au devoir de vigilance traînent en raison d'un flou sur la compétence des tribunaux pouvant juger ces litiges. Le 21 octobre, les parlementaires ont finalement attribué cette compétence au tribunal judiciaire. Un soulagement pour les associations qui poursuivent...