Publié le 17 mars 2021

SOCIAL

[Édito] Du nudge guerrier aux Années folles, un an d’une drôle de guerre menée sur les émotions des Français

Le "Nous sommes en guerre" du 16 mars 2020 résonne encore auprès des 35 millions de Français qui l'ont entendu en direct. Ils ont ainsi accepté le confinement puis le couvre-feu, chargés de les inciter à rester chez eux. Mais au bout d’un an, il faut commencer à raconter une autre histoire : celle du retour des Années folles. Cette promesse suffira-t-elle à relancer la consommation une fois les mesures sanitaires levées ? Retour sur l’année d’utilisation massive d’une arme émotionnelle majeure : le nudge.

Couverture courrier international courrrierinternational
Après la crise sanitaire du Covid-19, beaucoup d'économistes attendent le retour des Années Folles, raconte Courrier International.
@CourrierInternational

Quand Emmanuel Macron a fait sa déclaration solennelle devant 35 millions de téléspectateurs afin d’annoncer le confinement qui débuta le 17 mars 2020, il a utilisé un nudge. Ses métaphores guerrières étaient destinées à diffuser la peur pour conduire les Français à accepter de rester cloîtrés afin de se protéger contre l'ennemi invisible : le Covid-19. Les nudges sont des suggestions indirectes, parfois beaucoup plus efficaces qu’une instruction directe, pour obtenir un résultat donné, selon les sciences du comportement qui les ont conceptualisés.

La guerre sanitaire, associée à l’héroïsation de la population qui "sauvait des vies" en restant chez elle, a permis de faire respecter le confinement. Le couvre-feu, instauré à l’automne, a fait office de rappel puisque pendant la guerre on risquait sa vie à s’aventurer dans les rues après cette heure fatidique. Mais au bout d’un an alors que la saturation des hôpitaux d’Ile-de-France redevient un sujet brûlant et que l’épuisement se généralise, ces nudges deviennent d’autant plus difficiles à manipuler qu’ils sont associés à une guerre d’usure dans laquelle la France pourrait perdre jusqu’à 100 000 personnes. Le gouvernement ne parle donc plus de "sauver des vies" depuis le début de l’année 2021, mais de mesures visant à "freiner l’épidémie".

L’ivresse dépensière

Les nudges aident beaucoup en économie à construire l’indispensable "confiance" susceptible d’entraîner le retour d’une consommation massive. À ce titre, il est intéressant de voir émerger une nouvelle image, celle des Années folles, destinée à ramener, un siècle plus tard, l’ivresse dépensière des années qui ont suivi la Première Guerre Mondiale et la grippe espagnole. Les Années Folles sont à la Une de Courrier International qui leur consacre près d’une dizaine de pages autour de la traduction d’un long article de Bloomberg Business Week expliquant que "certains chercheurs prédisent un boom économique et artistique" post Covid 19.

L’idée de renouer avec un calendrier promettant une joie libératrice et consumériste semble un nudge utile pour atteindre les prédictions de croissance. Début 2021, le Fonds monétaire international (FMI) tablait sur un rebond de 5,5 %, et pariait sur une croissance variable d’un pays à l’autre et emmenée par la locomotive chinoise. Et ça marche ! Les marchés financiers s’emballent à cette perspective qui leur semble plus attractive que les résultats en berne des entreprises. 

Nudges écologiques

Le nudge des Années folles est pourtant périlleux pour la confiance dans l’avenir sur les vingt prochaines années. Il faut oublier qu’elles ont précédé la crise de 29, préparées l'arrivée du nazisme et abouties aux monstruosités de la seconde guerre mondiale. Pour imaginer une version XXIe siècle, il faudrait de préférence des Années Folles conduisant à une économie durable, peu compatible avec la consommation débridée qu’espèrent les économistes. Mais les nudges à vocation écologique sont peu exploités.

En 2016, la Fabrique Ecologique avait porté l’idée de les intégrer dans les politiques publiques, soulignant leur efficacité pour modifier les comportements individuels. Cinq ans plus tard les Français sont dans un drôle d’état émotionnel, bousculés par cette drôle de guerre contre un virus qui fait tant de dommages collatéraux, psychiques et physiques. Sont-ils impatients de faire des folies ou d’inventer de nouveaux modes de vie ? Reste à inventer les nudges qui pousseront d’autres modèles économiques que ceux inventés au XXe siècle.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Deforestation changement sol Free Photos de Pixabay

2020, année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement

Le nombre de défenseurs de l'environnement assassinés dans le monde ne cesse d'augmenter. Le nouveau rapport de Global Witness recense au moins 227 meurtres, dont la moitié en Colombie. Un record alors que les trois quarts des victimes luttaient contre la déforestation dans des pays en...

Brésil : Jair Bolsonaro accusé de perpétrer un génocide contre les peuples autochtones en pleine pandémie

L'Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB) a demandé le 12 août à la Cour Pénale Internationale d'ouvrir une enquête sur le président brésilien pour "génocide" et "écocide". L'association accuse le dirigeant d'avoir profité de la pandémie pour renforcer une "politique anti-autochtone"....

Talibans Afghanistan AFP

[Édito] Afghanistan : la guerre perdue de l’alternative aux Talibans

La spectaculaire reconquête de l’Afghanistan par les Talibans après 20 ans de guerre, montre l’impuissance de la coalition internationale à implanter un modèle alternatif. Les Américains, qui y ont déversé des milliards de dollars, ont alimenté la corruption et la domination de chefs de guerre sans...

Ouighours chine ALI ATMACA ANADOLU AGENCY Anadolu Agency via AFP

En plein scandale des Ouïghours, le directeur général de Sandro, Maje et Claudie Pierlot démissionne

Le groupe SMCP, qui détient les marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, vient d'annoncer le départ de son directeur général Daniel Lalonde. Si le géant du textile affirme que sa démission n'a "rien à voir" avec le scandale des Ouïghours, le groupe fait néanmoins face à une crise. Début juillet, le...