Publié le 23 août 2022

SOCIAL

Coupe du monde 2022 : Le Qatar expulse des travailleurs étrangers réclamant leur salaire

C'est une nouvelle preuve de violation des droits humains liée à la Coupe du monde au Qatar. Selon l'ONG Equidem, 60 travailleurs étrangers travaillant sur les chantiers de l'évènement sportif ont été expulsés du pays après une mobilisation pour réclamer leur salaire. Les autorités se défendent et accusent les travailleurs "d'avoir enfreint les lois sur la sécurité publique". Mais les études se multiplient pour dénoncer les pratiques du Qatar à moins de 100 jours de l'évènement.

Qatar coupe du monde droits humains football TobiasSchwarz AFP Pool dpa Picture Alliance via AFP 1
En mars 2021, lors des matchs de qualification, l'équipe d'Allemagne avait dénoncé les atteintes aux droits humains au Qatar.
@TobiasSchwarz AFP-Pool dpa Picture-Alliance via AFP

"Qui peut encore regarder la Coupe du monde 2022 comme si de rien n’était ?", s’interroge un internaute sur Twitter. Et pour cause, les atteintes aux droits humains se multiplient pour cet évènement sportif international organisé au Qatar en novembre prochain. Selon l’ONG britannique Equidem, le Qatar aurait en effet expulsé des dizaines de travailleurs étrangers ayant organisé une rare manifestation pour réclamer leurs salaires impayés. 

Le 14 août, au moins 60 travailleurs -dont certains n'avaient pas été payés depuis sept mois- ont bloqué la circulation devant l'entreprise Al Bandary à Doha, a indiqué dans un communiqué Equidem, une organisation de conseil spécialisée dans les droits humains et les droits du travail basée à Londres. "Nous avons parlé à des travailleurs ayant manifesté et à l'un d'eux qui a été expulsé vers le Népal. Nous avons confirmé qu'il était rentré chez lui, et que d'autres du Népal, du Bangladesh, d'Inde, d'Égypte et des Philippines ont également été expulsés", a dit le directeur exécutif d'Equidem, Mustafa Qadri. 

Au moins 6 500 travailleurs étrangers morts

Le gouvernement du Qatar a déclaré dimanche 21 août qu'"un certain nombre de manifestants avaient été arrêtés pour avoir enfreint les lois sur la sécurité publique". "Une minorité de personnes qui n'ont pas manifesté de manière pacifique et ont agi en violation des lois sur la sécurité publique risquent l'expulsion sur ordre de la justice", a-t-il ajouté sans donner de détails sur le nombre de travailleurs concernés. Le ministère du Travail a déclaré de son côté qu'il payait les salaires des travailleurs d'Al Bandary, sans autre précision. Il a ajouté que "des mesures" avaient été prises contre l'entreprise, qui faisait déjà l'objet d'une enquête pour non-paiement des salaires.

Selon une enquête du Guardian publiée l’année dernière, 6500 travailleurs du Pakistan de l’Inde, du Népal, du Bengladesh et du Sri Lanka seraient morts sur les chantiers de la Coupe du monde depuis que le Qatar a obtenu le droit d’organiser l’évènement il y a 11 ans. En moyenne, 12 travailleurs migrants sont donc morts chaque semaine depuis décembre 2010. "Le nombre total de morts est nettement plus élevé, car ces chiffres n'incluent pas les décès d'un certain nombre de pays qui envoient un grand nombre de travailleurs au Qatar, notamment les Philippines et le Kenya. Les décès survenus au cours des derniers mois de 2020 ne sont pas non plus inclus", soulignait le quotidien britannique. 

Appels au boycott

Les appels au boycott se multiplient ces derniers mois. Les groupes de défense des droits humains ont reçu un soutien de taille le 8 août dernier. L’ex-footballeur international allemand Philipp Lahm a annoncé boycotter le mondial. "Les droits humains doivent jouer un rôle plus important dans l’attribution des compétitions", a déclaré celui qui est désormais président de l'organisation de l’Euro 2024 en Allemagne. "En tant que joueurs, vous ne pouvez plus faire comme si vous ne le saviez pas. Cela ne devrait plus se reproduire à l’avenir." En mars 2021, lors de matches de qualification pour la Coupe du monde 2022, des joueurs des équipes nationales allemande, norvégienne et néerlandaise avaient interpellé les téléspectateurs en portant des t-shirts Human Rights. 

En plus de ces atteintes aux droits humains, c’est aussi l’hérésie environnementale qui est pointée du doigt avec des promesses de neutralité carbone reposant sur une compensation très critiquée. "La communication de la Fifa est abusive et mensongère. Ils sous-estiment les émissions globales des constructions des stades", indiquait ainsi Gilles Dufrasne,  à la tête de l’ONG belge Carbon Market Watch qui a publié le rapport : "Mauvais tacle : Carton jaune pour la FIFA 2022 sur sa déclaration de neutralité carbone pour la Coupe du monde".

Marina Fabre Soundron avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Frances Haugen Facebook whistleblower JimWatson AFP

La lanceuse d’alerte de Facebook crée Beyond the Screen, une ONG pour assainir les réseaux sociaux

Frances Haugen avait dénoncé l’année dernière les pratiques de Meta, la maison-mère de Facebook et Instagram qui faisait passer les profits devant la protection de ses utilisateurs. L’ex-employée de Facebook, devenue lanceuse d’alerte, a décidé de franchir une étape supplémentaire. Elle vient de...

Femmes deplacees pakistan inegalites AKRAM SHAHID AFP

Crise climatique et sanitaire : pas d’égalité femmes-hommes avant trois siècles

Santé, éducation, alimentation, emploi… Les inégalités femmes-hommes se creusent alertent les Nations Unies. Plus pauvres et plus précaires, les femmes subissent de plein fouet les crises mondiales, comme la pandémie, la guerre en Ukraine, mais aussi le changement climatique. Au point de faire...

Quotidien Reunion Sans Nous boycott CoupeMonde

L’appel au boycott de la Coupe du monde de football prend de l’ampleur

Le Quotidien de La Réunion a décidé de ne pas couvrir la Coupe du monde de football qui se déroulera au Qatar à partir du 21 novembre. La rédaction du journal local a décidé de boycotter l’événement sportif en raison des atteintes aux droits humains dans son organisation et de son empreinte carbone...

Ouighours Decoupages YUZU Productions

Ouïghours : L’ONU reconnaît les violations des droits humains dans le Xinjiang par la Chine

C’est un sceau officiel que vient d’apposer l’ONU sur les accusations de violation des droits humains dans la région du Xinjiang, portées de longue date contre la Chine. L’organisation internationale vient de publier un rapport reconnaissant les crimes contre l’humanité à l’encontre des Ouïghours....