Publié le 26 octobre 2023

SOCIAL

Chaleur caniculaire : des dizaines d'ouvriers mis en danger sur les chantiers de la COP28 à Dubaï

Une nouvelle controverse vient bousculer la préparation de la COP28. Une enquête menée sur les chantiers de la prochaine conférence sur le climat révèle que plusieurs ouvriers ont été exposés à des chaleurs extrêmes, les mettant en danger. La COP devrait pourtant être l’occasion d’aborder les risques posés par le changement climatique sur la santé.

Ouvrier dubai GIUSEPPE CACACE AFP
Un ouvrier sur le site d'Expo City à Dubaï en 2020. Le lieu a été réaménagé cette année pour accueillir la COP28.
GIUSEPPE CACACE / AFP

Des chantiers situés en plein soleil, sans protection, sous des températures caniculaires. Voilà les conditions auxquelles ont dû faire face des ouvriers travaillant sur le réaménagement du site Expo City, à Dubaï, à l’occasion de la COP28 sur le climat. À peine plus d’un mois avant l’ouverture de l’événement, un rapport de l’organisme de recherche et de défense des droits humains FairSquare dénonce en effet les circonstances imposées aux travailleurs œuvrant sur les infrastructures de la prochaine conférence mondiale sur le climat. 

En septembre dernier, "au moins deux douzaines" d’ouvriers migrants, venus d’Afrique et d’Asie, ont été exposés durant leurs heures de travail à des chaleurs extrêmes, menaçant leur santé. Selon les informations collectées par FairSquare, la température s’élevait à ce moment-là à 42°C à Dubaï. Combiné à l’humidité, ce niveau de chaleur "peut exacerber l'impact des maladies respiratoires et cardiovasculaires, du diabète et des maladies rénales" en cas d’exposition chronique et même s’avérer fatal dans les cas les plus graves.

"Ce climat n'est pas fait pour les humains"

Les témoignages recueillis par les chercheurs de FairSquare révèlent l’impact physique de telles conditions de travail. "La semaine dernière, j'ai cru mourir à chaque seconde où nous étions dehors... mais nous devons être payés", confie l’un des ouvriers. Tandis qu’il se plaint de maux de tête et de vertiges, un second affirme avoir déjà fait des malaises sur un précédent chantier. "Je pense que ce climat n'est pas fait pour les humains", conclut un autre travailleur. Tous œuvraient alors sur trois des sites qui composeront ou seront à proximité de la zone bleue qui accueille les négociations officielles pendant les deux semaines de la conférence.

Les travaux ont par ailleurs eu lieu sans tenir compte des normes de sécurité appliquées aux Émirats arabes unis. D’après une résolution ministérielle adoptée en 2022, les activités professionnelles sont interdites en extérieur et sous le rayonnement direct du soleil durant les heures les plus chaudes de la journée, du 15 juin au 15 septembre. Or, l’enquête dévoilée par FairSquare démontre que le chantier ne s’est pas arrêté en cours de journée, et ce pour "terminer à temps" le projet. "La COP28 aura lieu dans quelques semaines. De toute façon, la plupart des travaux ne se déroulent que la nuit, mais certains doivent être effectués dès que possible", justifie un salarié en charge de la supervision des travaux.

Une COP28 entachée de polémiques

Ironie de la situation, la conférence sur le climat devrait porter sur les impacts du changement climatique sur la santé. Il y a quelques semaines, Sultan Al Jaber, le Président de la COP28 déclarait vouloir placer le sujet au cœur des discussions. "Le président de la COP veut parler du changement climatique et de la santé à la COP28 ? Ce rapport est un point de départ idéal. Il montre que la crise climatique sera particulièrement dangereuse et mortelle lorsque les lois ne sont pas appliquées et que les droits ne sont pas respectés", souligne Richard Pearshouse, directeur de la division environnement de Human Rights Watch, auprès du Guardian. 

En réponse à l’enquête de FairSquare, la COP28 déclare n’avoir "connaissance d'aucune violation des heures de travail d'été sur le site de la conférence de cette année". Pour autant, ces révélations viennent s’ajouter à plusieurs mois de critiques autour de l’organisation de la conférence aux Émirats arabe unis, à commencer par le choix de son Président, également PDG de la compagnie pétrolière nationale Abu Dhabi National Oil Company. Le 23 mai dernier, une centaine d'élus du Congrès américain et du Parlement européen exigeaient ainsi son retrait. Entachée de polémiques, la COP28 pour le climat constitue pourtant une échéance importante, devant aboutir sur le premier bilan des engagements mondiaux.

Florine Morestin


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La COP28 pour le climat, organisée aux Émirats arabes unis, au cœur de la polémique

Le choix de Sultan Al Jaber, ministre de l'Industrie des Émirats arabes unis et PDG de la compagnie pétrolière nationale Abu Dhabi National Oil Company (Adnoc) comme président de la COP28 sur le climat, a déclenché un flot de critiques. Le sommet, qui se tiendra à la fin de l'année, est...

Le président de la COP28, Sultan Al Jaber, ne compte vraiment pas tourner la page des énergies fossiles

Le président de la COP28, Sultan Al Jaber, également PDG de la compagnie pétrolière émiratie, veut-il mettre fin aux énergies fossiles ? C'est ce qu'on pourrait croire de prime abord en écoutant son discours tenu en marge du Dialogue de Petersberg. Mais le diable se cache dans les détails,...

COP28 : comment les pays se préparent au premier bilan mondial de l'Accord de Paris

Les représentants de près de 200 pays sont réunis jusqu'au 15 juin à Bonn, en Allemagne, pour préparer la COP28. La prochaine conférence mondiale sur le climat, qui se tiendra à Dubaï en décembre, est particulièrement attendue car elle doit dresser le premier bilan mondial de l’action...

COP28 : une centaine d'élus européens et américains exigent le retrait du président Sultan Al-Jaber

La nomination de Sultan Al Jaber à la tête de la COP28 ne passe décidément pas. Plus d'une centaine de parlementaires européens et américains ont envoyé une lettre ouverte à leurs dirigeants pour demander son retrait. Sultan Al Jaber est notamment à la tête de la compagnie pétrolière...

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

COP28 Manifestation KonradSkotnicki

COP28 : privée de Marche pour le climat, la société civile mise au ban

Une COP très silencieuse. Alors qu’il ne reste que quatre jours aux États pour trouver un accord ambitieux pour le climat, la société civile peine à se faire entendre. Pour la seconde année consécutive, il n'y aura pas de grande marche dans la ville du sommet. À la place se tiendra une manifestation...

La poste devoir de vigilance STEPHANE DE SAKUTIN AFP

Condamnation de La Poste sur son devoir de vigilance : "C'est le début d'une nouvelle ère"

La Poste devient un symbole. Le groupe vient d'être condamné par le tribunal de Paris à améliorer son devoir de vigilance dans un dossier concernant des travailleurs sans-papiers chez ses filiales Chronopost et DPD. Une première judiciaire qui pourrait faire jurisprudence alors que de nombreuses...

Shein pop up store CHRISTOPHE ARCHAMBAULT AFP

Shein : le géant de l'ultra-fast fashion déstabilisé par une enquête sur des violations de droits humains et environnementaux

Illustration du "pire de l’industrie de la mode", Shein est au cœur des critiques. Visé par une campagne contre la fast fashion à l’occasion du Black Friday, le géant de l’e-commerce fait également l’objet d’une procédure lancée par la cellule française de l’OCDE. Cette dernière devra enquêter sur...

Tuvalu TORSTEN BLACKWOOD AFP

Le Tuvalu, menacé de disparaître sous les eaux, obtient l'asile climatique

L'Australie accorde officiellement l'asile climatique au Tuvalu, archipel du Pacifique menacé de disparaître sous les eaux avant la fin du siècle. Cette première mondiale est un soulagement pour les habitants. Mais l'accord n'efface pas la responsabilité de l'Australie, grand producteur d'énergies...