Publié le 28 novembre 2020

SOCIAL

[À l’origine] De la variole en 1796 au Covid-19 en 2020, l'histoire du vaccin et d'une méfiance populaire

En seulement un an, le secteur de la santé aura réussi à développer et commercialiser un vaccin contre le Covid-19. Une prouesse rendue possible grâce à diverses innovations dont celle d'Edward Jenner, médecin de campagne anglais qui a développé la première vaccination, contre la variole, en 1796. Un procédé novateur dont se méfiait déjà une partie de la population.

Origine vaccin 1796
En 1796, certaines rumeurs courent selon lesquelles le vaccin contre la variole transforme l’homme en animal.
Wellcome Library, Londres.

Pfizer, Monderna, Sanofi… La course aux vaccins contre le Covid-19 s’accélère partout dans le monde. Selon la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, les autorisations de mise sur le marché avec les laboratoires BioNtech et Moderna "pourrait se finaliser dès la deuxième moitié de décembre 2020". En une année seulement, le monde aura donc réussi à développer et commercialiser un vaccin contre la pandémie de Covid-19. Cela n’aurait jamais été possible sans un médecin anglais du XVIIIème siècle, Edward Jenner. 

À cette époque, l’Europe est dévastée par une épidémie de variole. Edward Jenner, médecin de campagne, découvre de manière fortuite, que les trayeuses de lait dans les fermes échappent à la redoutable maladie. Ils constatent que ces femmes présentent des pustules sur les avant-bras, symptômes de la vaccine, une maladie des vaches. Il décide alors d’inoculer une goutte du pus de ces pustules à un enfant de huit ans nommé James Philips. 

Méfiance dès le premier vaccin

Dans une présentation de l'histoire des épidémies, le CHU de Montpellier raconte : "Un mois après avoir inoculé la vaccine, il lui injecta du pus de variole sans déclencher de réaction (...) Quelques mois plus tard, il réitéra l’expérience avec le même succès et confirma ainsi l’immunité. Il s’agit de la première "vaccination". Mais dès ce premier vaccin, la méfiance est de mise. Certaines rumeurs courent selon lesquelles l’inoculation de la vaccine transforme l’homme en animal.

"L’utilisation de la vache comme réservoir de vaccine suscite une crainte : celle de l’animalisation. Des caricaturistes représentent les vaccinés avec des cornes sur la tête, exprimant les fantasmes liés à la transgression de la barrière d’espèce", explique la médecin Anne Marie Moulin, autrice de l’Aventure de la vaccination. 

"Jenner a inventé la vaccination et Pasteur a inventé les vaccins"

Si le procédé de Jenner fait date, c’est le français Louis Pasteur qui développe et systématise le vaccin. En 1885, le microbiologiste et chimiste découvre le vaccin contre la rage. "On dit souvent que Jenner a inventé la vaccination et Pasteur a inventé les vaccins", explique sur France culture Maxime Schwartz, directeur de l'Institut Pasteur de 1988 à 1999. "Et ce que Pasteur a montré c’est qu’on pouvait, à partir des microbes donnant différentes maladies, avoir des formes atténuées de ce microbe pour fabriquer quelque chose qui allait ensuite protéger", explique-t-il. 

Bien que Louis Pasteur soit devenu un des pères de la médecine moderne, il suscite lui aussi la méfiance et fait face à, déjà, des discours antivax. En 1888 lorsque l’Institut Pasteur est inauguré, les anti-vaccins dénoncent une "usine à virus" où l’on fabrique des maladies. Une accusation qui trouve un écho étrange dans notre société actuelle

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Meta AFP

Facebook transmet les données privées d’une adolescente poursuivie pour avortement et suscite la controverse

Après l’annulation de la légalisation de l’avortement aux États-Unis, des entreprises ont pris position en faveur de la protection des droits des femmes. Ce fut notamment le cas de Facebook. Pourtant, le groupe a transmis à la police des données privées utilisées pour poursuivre une mère et sa fille...

Paul Hudson PDG Sanofi GonzaloFuente AFP

Sanofi lance une marque à but non lucratif et tente de redorer son image

Le laboratoire a lancé Impact, sa marque de médicaments vendus sans profit dans 40 pays pauvres. Une trentaine de médicaments considérés comme essentiels par l’OMS seront ainsi distribués. Pfizer a annoncé une initiative comparable, tout comme l'IFPMA, la fédération internationale réunissant 38...

Avortement etats unis entreprise NATHAN HOWARDGETTY IMAGES NORTH AMERICAGetty Images via AFP

La suppression du droit à l’avortement fédéral impacte de plein fouet les entreprises américaines

L’onde de choc de la décision de la Cour Suprême américaine de ne plus garantir le droit à l’avortement aux États-Unis a des conséquences pour les entreprises. Qu’elles soient en faveur de la protection des droits des femmes ou dans le camp adverse, elles sont sommées de s’engager sur cette question...

Assemblee nationale THOMAS SAMSON AFP

Parité, diversité... Si l’Assemblée nationale était une entreprise, elle serait épinglée

Alors que les nouveaux députés font leur entrée à l’Assemblée nationale, pour la première fois, depuis 1988, la part des femmes a reculé. Comme les instances dirigeantes des grandes entreprises, les partis politiques sont pourtant sujets à des sanctions. "On a ici une dissonance entre ce que les...