Publié le 09 mai 2020

SOCIAL

[À l’origine] Quand les open spaces se rêvaient en bureaux paysagers

Le Covid-19 va-t-il tuer les open spaces ? Apparus dans les années 70, ils se sont généralisés dans les années 2000 et ont la particularité d’avoir tout autant suscité l’enthousiasme des patrons que les critiques des salariés. Mais à l’origine, cette organisation n’avait pas la froideur et les inconvénients qu’on lui connaît : les Allemands, qui en sont à l’origine, voyaient dans ces "bureaux paysagers", des lieux espacés où les salariés s’épanouissaient au milieu des plantes…

Open Space
Si à l'origine du concept, l'open space devait bénéficier d'espace de travail généreux délimités par des plantes, la réalité est moins luxuriante...
@MadMen

Ça partait pourtant bien… Quand les frères Eberhard et Wolfgang Schnelle imaginent les ancêtres de l’Open spaces dans les années 50, ils nous parlent en réalité de "bureaux paysagers". La promesse de ces deux consultants allemands est belle : travailler dans des espaces généreux, délimités par de nombreuses plantes vertes, où les collaborateurs peuvent facilement communiquer entre eux et "s’ouvrir l’esprit". Une logique dans la lignée du travail de ces consultants connus pour avoir construit la méthode de facilitation et de résolution des problèmes Métaplan.

Le concept fait rapidement florès dans les bureaux américains, où le secteur des services explose, mais tarde à s’implanter en Europe. Il faut attendre les années 90 pour que ceux-ci commencent à avoir vraiment la cote dans les sièges sociaux… Aujourd’hui en France plus de 20 % des espaces de travail sont configurés sur ce modèle. Dans certains secteurs comme celui des nouvelles technologies ou des startups, il s’est "convialisé" avec des espaces de repos et de divertissement, dans d'autres, il s'est au contraire déshumanisé à l'extrême en faisant disparaître tout bureau attitré (flex office).

Le covid-19 va-t-il tuer l’open space ?

Mais malgré ses aménagements et sa généralisation, l’open space divise. Il est plébiscité par les directions qui y voient une maîtrise des coûts, un décloisonnement des équipes et une émulation des esprits en faisant tomber les cloisons physiques, mais provoque un bien moindre enthousiasme du côté des travailleurs. Concentration difficile, déshumanisation de l’espace de travail, fausse convivialité et, paradoxalement, difficulté à communiquer de façon directe avec ses collègues...les critiques fusent contre le grand espace commun de travail.

"L’open space m’a tuer", écriront même Alexandre Des Isnards et Thomas Zuber, dans un livre à succès paru en 2008. Et le désamour s’accroît au fil des années. Selon différentes études, le plateau de travail, même avec un babyfoot, ne fait plus rêver, y compris les millenials. 83 % des jeunes diplômés insistent au contraire sur l’importance d’avoir un bureau attitré, selon un sondage de l’école de management ESSEC réalisé en 2018.

Mais c’est finalement le Covid-19 qui pourrait donner le coup de grâce. Avec l’avènement du principe de "distanciation physique" et les mesures préconisées par les gouvernements pour assurer la protection sanitaire des collaborateurs, la proximité entre les bureaux n’a plus la cote en période de pandémie. Selon une étude suédoise, on a d’ailleurs deux fois plus de chance de poser un arrêt maladie en travaillant en open-space qu’en bureau fermé…

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Travail semaine quatre jours krakenimages on Unsplash

France, Islande, Royaume-Uni : La semaine de quatre jours, une tendance qui perce partout dans le monde

Après l’Espagne, l’Islande ou la Nouvelle-Zélande, la très libérale Grande-Bretagne expérimente la semaine de quatre jours. En ce mois de juin, 3000 employés, issus de 60 entreprises britanniques vont travailler sur quatre jours, sans perte de salaire. Au Japon aussi, l’idée fait son chemin, tout...

Startup istock

L’affaire Claire Despagne, symbole des dérives des start-up, enflamme les réseaux sociaux

C'est un bad buzz de taille qu'a généré Claire Despagne. Dans une interview, la fondatrice de la marque D+ For Care a déploré que le temps de travail des stagiaires soit limité à 35 heures, fustigeant ceux qui refusent de "travailler 80 heures". Des déclarations, tournées à la dérision sur Twitter,...

Amazon

En France et aux États-Unis, un vent de révolte historique se lève chez Amazon

Alors que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, s’est lancé dans une course au spatial, ses salariés veulent le faire revenir sur Terre ! En France, tous les entrepôts du géant du commerce en ligne sont bloqués par des mobilisations salariales. Outre-Atlantique, un mouvement historique a permis la...

Amandine Lebreton FNH Pacte du pouvoir de vivre 03

Amandine Lebreton, Pacte du pouvoir de vivre : "Le travailler plus pour gagner plus fait oublier les richesses des autres temps de vie"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Zoom aujourd'hui sur les temps de vie et la place du travail, avec une proposition originale du Pacte du pouvoir de vivre, dont Amandine...