Publié le 09 mai 2020

SOCIAL

[À l’origine] Quand les open spaces se rêvaient en bureaux paysagers

Le Covid-19 va-t-il tuer les open spaces ? Apparus dans les années 70, ils se sont généralisés dans les années 2000 et ont la particularité d’avoir tout autant suscité l’enthousiasme des patrons que les critiques des salariés. Mais à l’origine, cette organisation n’avait pas la froideur et les inconvénients qu’on lui connaît : les Allemands, qui en sont à l’origine, voyaient dans ces "bureaux paysagers", des lieux espacés où les salariés s’épanouissaient au milieu des plantes…

Open Space
Si à l'origine du concept, l'open space devait bénéficier d'espace de travail généreux délimités par des plantes, la réalité est moins luxuriante...
@MadMen

Ça partait pourtant bien… Quand les frères Eberhard et Wolfgang Schnelle imaginent les ancêtres de l’Open spaces dans les années 50, ils nous parlent en réalité de "bureaux paysagers". La promesse de ces deux consultants allemands est belle : travailler dans des espaces généreux, délimités par de nombreuses plantes vertes, où les collaborateurs peuvent facilement communiquer entre eux et "s’ouvrir l’esprit". Une logique dans la lignée du travail de ces consultants connus pour avoir construit la méthode de facilitation et de résolution des problèmes Métaplan.

Le concept fait rapidement florès dans les bureaux américains, où le secteur des services explose, mais tarde à s’implanter en Europe. Il faut attendre les années 90 pour que ceux-ci commencent à avoir vraiment la cote dans les sièges sociaux… Aujourd’hui en France plus de 20 % des espaces de travail sont configurés sur ce modèle. Dans certains secteurs comme celui des nouvelles technologies ou des startups, il s’est "convialisé" avec des espaces de repos et de divertissement, dans d'autres, il s'est au contraire déshumanisé à l'extrême en faisant disparaître tout bureau attitré (flex office).

Le covid-19 va-t-il tuer l’open space ?

Mais malgré ses aménagements et sa généralisation, l’open space divise. Il est plébiscité par les directions qui y voient une maîtrise des coûts, un décloisonnement des équipes et une émulation des esprits en faisant tomber les cloisons physiques, mais provoque un bien moindre enthousiasme du côté des travailleurs. Concentration difficile, déshumanisation de l’espace de travail, fausse convivialité et, paradoxalement, difficulté à communiquer de façon directe avec ses collègues...les critiques fusent contre le grand espace commun de travail.

"L’open space m’a tuer", écriront même Alexandre Des Isnards et Thomas Zuber, dans un livre à succès paru en 2008. Et le désamour s’accroît au fil des années. Selon différentes études, le plateau de travail, même avec un babyfoot, ne fait plus rêver, y compris les millenials. 83 % des jeunes diplômés insistent au contraire sur l’importance d’avoir un bureau attitré, selon un sondage de l’école de management ESSEC réalisé en 2018.

Mais c’est finalement le Covid-19 qui pourrait donner le coup de grâce. Avec l’avènement du principe de "distanciation physique" et les mesures préconisées par les gouvernements pour assurer la protection sanitaire des collaborateurs, la proximité entre les bureaux n’a plus la cote en période de pandémie. Selon une étude suédoise, on a d’ailleurs deux fois plus de chance de poser un arrêt maladie en travaillant en open-space qu’en bureau fermé…

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Charge mentale coronavirus confinement istock

Confinement : quand les femmes présentent la facture du travail domestique

Pas d'école, pas de nourrice, pas de cantine... Face au confinement, les parents, et essentiellement les mères de famille, ont dû remplacer au pied lever les enseignants et cantiniers. Or ce travail, habituellement pris en charge par l'État et les collectivités à un coût. Plusieurs mères de famille...

Nicole Notat EricPiermont AFP

Nicole Notat tiendra la présidence du "Ségur de la santé" avec la fermeté qui la caractérise

Ce lundi 25 mai s’ouvre le "Ségur de la santé", un événement inédit voulu par l'Executif pour refonder le système de santé français en crise. Il est présidé par Nicole Notat, figure de la CFDT, qui a fondé l’agence de notation Vigeo. Elle devra concilier l'inconciliable en réformant en profondeur le...

Generalisation teletravail coronavirus

Le télétravail : nouvelle norme pour les entreprises ?

Avec le Covid-19, le télétravail s'est imposé durablement. En France, PSA souhaite désormais que ses salariés ne viennent au bureau qu'une fois par semaine. Aux États-Unis, Twitter autorise même ses employés à télétravailler à vie. Mais cet aménagement, qui exclut d'office les ouvriers, a montré par...

Temps de travail geralt CCo

Relance économique : faut-il et peut-on vraiment augmenter le temps de travail ?

Après un premier test lancé par le Medef, l’Institut Montaigne revient à la charge sur la question du temps de travail. Journées plus longues, jours fériés en moins et levée des contraintes juridiques sur l’organisation du travail… Les propositions provoquent l’ire des syndicats. Pour d'autres, la...