Publié le 09 mai 2021

POLITIQUE

Référendum sur le climat : une bataille s’engage entre l’Élysée et le Sénat

D’ici la fin de l’année, l’Élysée veut organiser un référendum. Il s’agit d’inscrire dans la Constitution le fait que la France garantisse la protection de l’Environnement. Mais le Sénat rejette le verbe "garantir" jugé trop contraignant et lui préfère le verbe préserver. Impossible selon des proches d’Emmanuel Macron qui considèrent que la Chambre haute est en train de "torpiller" la consultation des Français.

Macron devant les 150 citoyens de la CCC elysee
Emmanuel Macron a promis un référendum sur le climat suite à la convention citoyenne sur le climat.
@Elysée

Plusieurs articles du Journal du Dimanche, publiés le 9 mai, jettent une ombre sérieuse sur la tenue d’un référendum sur l’environnement avant la fin de l’année. Issu des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, celui-ci a pour but de soumettre aux Français l’intégration de la protection du climat de la biodiversité dans l’article premier de la Constitution, plaçant ainsi cet objectif au-dessus de toutes les législations tricolores.

Dans une interview, le député LREM Pieyre-Alexandre Anglade remet en cause la tenue de ce vote. Il assure que les conditions d'un référendum "ne sont pas réunies". Des sources anonymes dans la majorité et à l'Élysée expliquent que le Président Emmanuel Macron a renoncé à organiser le scrutin sur cette révision constitutionnelle. Elle ne serait possible que si le texte était adopté en termes identiques par l'Assemblée, majoritairement LREM, et par le Sénat, majoritairement LR.

L’Élysée souhaite le référendum

Dans les faits, le projet de loi vise que la France "garantisse la préservation de l'environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique". Or, le 5 mai dernier, la majorité du Sénat a rejeté le terme "garantir", qui donnerait, selon elle, à la préservation de l'environnement une forme de priorité sur les autres principes constitutionnels. Il lui préfère un objectif de préservation, moins contraignant juridiquement.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal réagit. Il "souhaite" que le référendum sur le climat ait lieu et accuse le Sénat de "torpiller" le projet. S’exprimant sur France 3, il ajoute : "Évidemment qu'on souhaite que le référendum ait lieu. C'est l'engagement du président de la République. Mais aujourd'hui la balle est dans le camp du Sénat. (...) Il y a aujourd'hui une volonté, visiblement des sénateurs, de torpiller la proposition".

Malgré les déclarations du porte-parole, plusieurs responsables à droite et à gauche rejettent la faute de cet échec annoncé sur le référendum. Le sénateur Bruno Retailleau dénonce "l'hypocrisie" d’Emmanuel Macron qui "nous (les Sénateurs, ndr) accuse de blocage pour justifier l'annulation d'un référendum dont il ne voulait pas". De son côté, Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, dénonce le fait que le Président "faisait comme d'habitude une promesse qu'il ne pouvait pas tenir".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...