Publié le 04 novembre 2020

POLITIQUE

Pas de vague démocrate aux États-Unis : Joe Biden appelle à la patience, Donald Trump dénonce une fraude

Quelques heures après la fermeture des bureaux de vote aux États-Unis, ni Joe Biden, ni Donald Trump ne peuvent revendiquer la victoire. Les deux hommes sont encore loin d’avoir réuni le nombre suffisant  de grands électeurs. Alors que le candidat démocrate appelle ses électeurs à la patience pour réaliser le dépouillement, l’actuel Président accuse déjà son adversaire d'organiser un vaste vol de l'élection.

Election US 2020 Trump Biden AngelaWeiss AFP
Présentation des résultats électoraux de l'élection présidentielle américaine dans le Nevada.
@AngelaWeiss/AFP

[Mis à jour le 4/11 à 09h44] À l’image d’un pays divisé pendant le mandat de Donald Trump, l’élection présidentielle trace les contours d’une Amérique indécise entre les deux candidats à la Maison blanche. La vague bleue annoncée par les sondages n’a pas eu lieu. Donald Trump a conservé sans difficulté des grands États clés républicains, comme la Floride et surtout le Texas, que beaucoup espéraient voir basculer en bleu. De même Joe Biden a remporté les grands jardins démocrates comme la Californie, New York, l’Illinois.

Plusieurs États, cependant, ont d’ores et déjà annoncé, qu’étant donné la masse des votes à distance, il faudra encore plusieurs jours pour obtenir les résultats précis. C’est le cas de la Pennsylvanie ou de la Georgie. Au total, près de 100 millions de votes ont été effectués en amont du jour électoral. À 8 heures du matin, heure française, le mercredi 4 novembre, Joe Biden totalise 238 grands électeurs et Donald Trump 213. Reste encore du chemin aux deux candidats pour atteindre la barre des 270 grands électeurs pour accéder à la Maison blanche.

Trump censuré sur Twitter

Du coup, les discours se tendent. Lors d’une courte prise de parole au milieu de la nuit outre-Atlantique, Joe Biden prévient ses électeurs que la victoire ne sera pas aisée. "Le résultat sera peut-être demain matin, il faudra peut-être plus longtemps. Mais on a bon espoir. On savait qu'il faudrait être patient avec les votes par correspondance. On doit attendre que tous les bulletins soient comptés", explique-t-il. Il ajoute : "Comme je l'ai toujours dit, ce n'est pas à moi, et ce n'est pas à Donald Trump de déclarer victoire."

De son côté Donald Trump réagit via son canal préféré habituel twitter. Il écrit : "Nous sommes ÉNORMES, mais ils essaient de VOLER l'élection. Nous ne les laisserons jamais le faire. Les votes ne peuvent pas être émis après la clôture du scrutin!". D’ailleurs, à la grande colère des Républicains, Twitter a modéré ce message avec un commentaire expliquant qu’il est "contesté et susceptible d'être trompeur quant au mode de participation à une élection ou à un autre processus civique".

Plus tard, dans un discours à la Maison blanche, celui-ci a même revendiqué la victoire assurant être très largement en tête dans des Etats qui comptent pourtant encore les bulletins. Ils assurent que "c'est une fraude contre le peuple américain (...) nous allons nous tourner vers la cour suprême pour que tous les décomptes soient arrêtés afin qu'ils (les Démocrates) n'ajoutent pas des bulletins à quatre heures du matin". Le Vice-Président Mike Pence, s'est en revanche montré bien plus prudent assurant simplement "être en bonne voie de remporter l'élection". 

L’absence de succès net d’un des camps laisse craindre des émeutes dans le pays alors que les partisans de chaque camp risquent de refuser une victoire sur le fil du candidat adverse. Signe tangible des angoisses du pays, les commerces de plusieurs grandes villes, dont Washington, Los Angeles ou New York, se sont barricadés en prévision de possibles violences post-électorales. À New York, devant la célèbre Trump Tower, un impressionnant dispositif de sécurité a été déployé. On a vu aussi la grande enseigne Walmart suspendre temporairement la vente d’armes à feu "dans un souci de prudence".

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Urgenda N B

[À l'origine] Dans les années 90, la naissance des premiers procès climatiques

Le tribunal administratif de Paris a reconnu, pour la première fois début février, l'État français coupable d'inaction climatique dans le cadre de l'Affaire du siècle, portée par quatre associations. Une reconnaissance qualifiée d'historique. Depuis la fin des années 1990, les procès menés par les...

Vaccin russe et chinois OlivierBunic AFP

[Édito] La France, pionnière sur le séquençage du virus, dernière sur le développement du vaccin

La France manque de doses et certains patients peinent à prendre rendez-vous. La campagne vaccinale tricolore cahote, mais avec désormais presque deux millions de vaccinés, le pays a enfin rattrapé le peloton mondial. Reste que toutes ces doses injectées sont américaines, allemandes et britanniques....

Manifestations Liban FATHI AL MASRI AFP

Pays-Bas, Tunisie, Liban… Les manifestations anti-confinement éclatent sur fond de colère sociale

Les manifestations se multiplient, tournant parfois en émeutes, contre les "tours de vis" sanitaires pris par les gouvernements. Une partie de la population, souvent défavorisée et particulièrement impactée par les confinements et couvre-feux, veut pouvoir subvenir à ses besoins en toute liberté....

800px Joe Biden 48651175327 1

Retour des États-Unis dans l’Accord de Paris : un symbole en attente de preuves

Le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris était l’un des moments les plus attendus à l’échelle internationale suite à l’élection de Joe Biden. Le processus de réintégration, sans condition, est surtout symbolique et doit être accompagné d’actions concrètes pour convaincre, alors que le pays a...