Publié le 24 avril 2020

POLITIQUE

La Commission lance le chantier du plan de relance européen, mais bute sur l’absence de solidarité entre États

Les 27 dirigeants de l'Union européenne ont chargé la Commission de préparer un plan de sortie de crise. Toutefois, toute décision sur les efforts de solidarité, réclamés par les pays du Sud à ceux du Nord, est reportée sine die. Plusieurs pays comme l'Allemagne refuse de telles dispositions. 

Commission europeenne Ursula von den Leyen
De dos, la Présidente de la Commission europé Ursula Von den Leyen assiste au sommet européen en visioconférence.
@Commission Europe

Le plan de relance post-Covid19 de l’Union européenne sera présenté d’ici la deuxième ou troisième semaine de mai, a assuré la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, à l’occasion d’un sommet européen ce 23 avril. Ce plan, de plusieurs centaines de milliards d'euros, devrait comprendre une proposition de budget pour la période 2021-2027, incluant un fonds pour relancer l'économie.

En revanche, le président français Emmanuel Macron a révélé à l’issue du sommet qu'il n'y avait "pas de consensus" entre les pays de l'Union sur des transferts vers "les régions et les secteurs" les plus touchés par la crise du nouveau coronavirus. En effet, l'Italie et l'Espagne, qui ont le plus souffert de la pandémie, réclament davantage de solidarité aux pays du Nord.

L’Allemagne en opposition

Pourtant, au début de ce sommet tenu par vidéoconférence, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, avait alerté les 27 dirigeants européens contre le risque "d'agir trop peu, trop tard" face aux conséquences économiques de la pandémie, selon une source proche des discussions.

Mais ces derniers, en particulier l'Allemagne et les Pays-Bas, moins touchés par le virus, rechignent à payer pour des Etats auxquels ils reprochent leur indiscipline budgétaire pendant les années de croissance. Même si la chancelière allemande, Angela Merkel, a promis "dans un esprit de solidarité", des "contributions beaucoup plus importantes" de son pays au budget de l'UE, elle a de nouveau exclu toute mutualisation des dettes nationales, ce que l’on appelle des "coronabonds".

Dans une conférence de presse à l’issue du sommet, Emmanuel Macron regrette cette position. Selon lui, "si on laisse tomber une partie de l'Europe, c'est toute l'Europe qui tombera". "Les pays qui bloquent, ce sont toujours ceux qu'on connaît, les frugaux : l'Allemagne, les Pays-Bas. Est-ce qu'ils accepteront ? Nous sommes dans la discussion", a-t-il ajouté, en estimant qu'il s'agissait d'États "dont la psychologie profonde et les contraintes politiques justifient des positions très dures ".

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...