Publié le 24 octobre 2021

POLITIQUE

3% de déficit : une règle d'or fixée un peu par hasard

La Commission européenne lance une consultation publique sur une hypothétique réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui encadre les politiques budgétaires des États membres. Ce pacte a notamment érigé en règle d’or la limite d’un déficit public à 3% du PIB. Mais comment et sur quels critères ce seuil a-t-il été fixé ? "Le chiffre est né sur un coin de table", confesse son inventeur !

3 COO
L'Europe remet en question la règle de 3% de déficit.
COO

Héritage du siècle dernier qui semble aujourd’hui anachronique, le Pacte de stabilité et de croissance est plus contesté que jamais. La Commission européenne lance ainsi une consultation publique sur une hypothétique réforme de cet accord européen, qui encadre les politiques budgétaires des États membres. Il a notamment érigé la limite d’un déficit public à 3% en règle d’or. Mais comment et sur quels critères ce chiffre clair et simple a-t-il été fixé ? Un peu par hasard !

"On a imaginé ce chiffre de 3% en moins d'une heure, il est né sur un coin de table, sans aucune réflexion théorique", répond l’économiste Guy Abeille au Parisien en 2012. Un soir de mai 1981, François Mitterrand voulait "une règle facile, qui sonne économiste et puisse être opposée aux ministres qui défilaient dans son bureau pour lui réclamer de l'argent", raconte l'inventeur du concept des 3%. "On avait besoin de quelque chose de simple", martèle-t-il. Ils choisissent le produit intérieur brut, le PIB, parce qu'en "économie, tout le monde se réfère au PIB". Cette référence sera théorisée par des économistes et reprise dans le traité de Maastricht, devenant un des critères pour pouvoir intégrer la zone euro.

Ce seuil apparaît ensuite dans le traité de Maastricht en 1992. Officiellement, cette règle de politique budgétaire vise à permettre aux différentes économies des pays européens, structurellement différentes, de converger vers des standards budgétaires communs. L’objectif est aussi de limiter les déficits excessifs. De fait, les pays membres ne peuvent alors plus recourir à des mesures de politiques monétaires pour compenser leurs dépenses, cette compétence revenant à la Banque Centrale Européenne.

Ces règles survivront-elles au Covid ? 

Ainsi, les budgets des États ne doivent pas accuser de "déficit excessif", pour que les finances publiques restent stables. En somme, les recettes doivent plus ou moins couvrir les dépenses : la dette publique (de l’État et des agences publiques) doit rester inférieure à 60 % du PIB, et, la règle d’or fixe un déficit public annuel en-dessous de 3 % du produit intérieur brut.

Adopté en 1997, le Pacte de stabilité et de croissance impose ces règles à tous les États membres de la zone euro et prévoit des sanctions en cas de déficits excessifs. Mais aucun État n'a jamais écopé de ces sanctions. Ces règles de disciplines budgétaires ont ensuite été suspendues au plus fort de la crise du Covid et jusqu'en 2022 pour aider les pays à sortir de la crise sanitaire. Ces règles survivront-elles ensuite ? La Commission européenne lance le débat.

Mathilde Golla, @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de...

Election lula bresil 301022 CARL DE SOUZA AFP

Lula, réélu à la tête d’un Brésil divisé sur tout : l’Amazonie, l’agro-industrie et les inégalités de richesse

Lula, l’ancien métallo, est redevenu à 77 ans le président du Brésil. Cet homme de gauche à la tête d’une large coalition, a battu d’une courte tête Jaïr Bolsonaro, le Trump tropical. Cette élection cruciale pour la protection de l’Amazonie, poumon mondial menacé, est aussi un coup d’arrêt à un...

Liz Truss Daniel Leal AFP

La démission de Liz Truss, nouvelle mort du Royaume-Uni d’Élisabeth II et de Margaret Thatcher ?

Le mandat de la Première ministre britannique n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois à la reine d’Angleterre. Liz Truss est encore en vie mais sa carrière politique est morte, 45 jours après l’enterrement en grande pompe d’Élisabeth II qui traînait dans son cortège les derniers restes du 20e...

Vincent Edin

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications d’aboutir...