Publié le 23 mars 2015

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Optimisation fiscale : l’étrange taxe Google du gouvernement britannique

Le Royaume-Uni s’apprête à introduire une taxe de 25% sur les "bénéfices détournés" des multinationales. La création de cette taxe, surnommée "taxe Google", avait été annoncée en décembre dernier par le ministre des Finances. Mais à quelques jours de son entrée en vigueur (au 1er avril), pour nombre de fiscalistes, le cadre d’application de la "taxe Google" reste flou et le gouvernement est accusé de manœuvre politique, à un peu plus d’un mois des élections législatives.

Georges Osborne, le chancelier de l'échiquier, pose à Londres devant le 11 Downing Street, avant de présenter officiellement le budget 2015.
Tolga Akmen / Anadolu Agency

Lorsque George Osborne a annoncé en décembre dernier la création d’une taxe sur les "bénéfices détournés" des entreprises multinationales, même les mieux informés des fiscalistes ont été pris de cours.  

Personne ne s’attendait à ce que le ministre conservateur des finances, celui-là même qui a réduit l’impôt sur les bénéfices des sociétés de 26% à 20% en l’espace de 5 ans, serre la vis aux Google, Starbucks, Vodaphone et autres multinationales installées sur le sol britannique.

 

L'opinion publique comme levier de la taxe Google

 

Or, malgré la reprise en fanfare de la croissance britannique en 2014, les recettes fiscales de l’État ont baissé l’an dernier. Depuis quelques années, sous l’effet de la crise, l’opinion publique britannique s’offusque beaucoup plus de l’optimisation fiscale pratiquée par les grandes enseignes qui ont pignon sur rue.

En 2013, Starbucks, qui possède près de 800 enseignes au Royaume-Uni, s’est senti obligé de faire amende honorable pour n’avoir payé que 8,6 millions de livres d’impôts sur ses bénéfices en 14 ans de présence sur le sol britannique. Une broutille au regard des milliards de livres de recettes engrangés par le géant américain.

 

Précipitation et faible soutien

 

Pourtant, même dans ce contexte, la "taxe Google", dont le but est notamment d’empêcher les multinationales de transférer leurs profits dans des pays où le taux d’imposition est plus faible qu’au Royaume-Uni, compte peu de supporters.

Richard Asquith, un spécialiste de fiscalité internationale, juge la mise en oeuvre de cette taxe est beaucoup trop précipitée et que son cadre d’application reste encore très flou à quelques jours de son entrée en vigueur. Et pour cause. Le texte de loi n’a pas encore été publié. Or l’usage veut qu’un impôt soit annoncé 18 mois avant son entrée en vigueur, le temps pour les entreprises concernées de s’adapter à cette nouvelle règlementation.

Surtout, ce responsable d’Avalara (un service de comptabilité sur Internet), estime que cette initiative en solo du gouvernement britannique va à contre-courant du plan d’action de l’OCDE lancé en 2013 pour lutter au niveau international contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS). "C’est un coup politique, c’est décevant", conclut Asquith, qui pointe du doigt la faiblesse des recettes fiscales que le gouvernement espère engranger grâce à la "taxe Google" (environ 275 millions de livres la première année).

 

Un "épouvantail" pour les multinationales

 

Dans ce concert de critiques, une voix émerge tout de même pour défendre cette taxe : Jolyon Maugham, avocat fiscaliste et conseiller de la couronne, estime que malgré tous ses défauts, la taxe sur les bénéfices détournés des multinationales aura pour principale conséquence de les obliger à payer plus d’impôts sur les bénéfices des sociétés.

Maugham considère la taxe Google comme un épouvantail destiné à faire peur aux multinationales. "C’est une taxe qui a pour but de ne pas être levée", juge l’éminent avocat fiscaliste. "Les entreprises feront tout pour éviter de devoir payer un taux punitif de 25% alors que l’impôt sur les sociétés va baisser de 21% à 20% le 1er avril", fait en outre remarquer Maugham. "Le gouvernement demande aux multinationales de jouer le jeu."

Amandine Alexandre, correspondante à Londres
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

"Le prix à payer" de l’évasion fiscale à grande échelle

Ce 4 février sort dans les salles un documentaire sur l’optimisation et l’évasion fiscales à grande échelle intitulé "Le prix à payer". Son auteur, le journaliste et réalisateur canadien Harold Crooks y dissèque le système qui permet aujourd’hui aux grandes multinationales d’éviter de...

L’optimisation fiscale, un épouvantail pour investisseurs responsables

Les investisseurs responsables commencent à s’interroger sur l’optimisation fiscale effrénée des multinationales. Cette stratégie visant à limiter au maximum le paiement d’impôts dans certains pays a longtemps été considérée comme un facteur d’attraction pour les actionnaires. Mais elle...

Denis Robert : "L'espace judiciaire européen reste un graal à atteindre"

"L'Enquête" sort ce mercredi 11 février dans les salles obscures françaises. Ce thriller économique, réalisé par Vincent Garenq, retrace l'histoire de Denis Robert, un journaliste d'investigation qui a mis au jour l'affaire Clearstream. Ses enquêtes ont prouvé que cette chambre de...

Swiss Leaks : HSBC a sciemment mis en place un immense système de fraude fiscale

Alors que le journal Le Monde diffuse jour après jour de nouvelles révélations sur la vaste opération de fraude fiscale orchestrée par HSBC, la question de la lutte contre la fraude fiscale internationale revient sur le devant de la scène. Baptisée Swiss Leaks, ce scandale financier...

Affaire LuxLeaks : la fiscalité, un sujet de responsabilité d’entreprise

LuxLeaks, c’est le surnom d’un vaste scandale financier, révélé le 6 novembre 2014. 340 multinationales s’y trouvent épinglées pour avoir passé des accords fiscaux secrets avec le Luxembourg grâce au service de PWC, la firme d’audit et de conseil. Ces 28 000 pages de documents, épluchées...

Géraldine Viret : les prix de la honte "ont contribué à renforcer le débat sur la RSE".

Chaque année depuis 10 ans, en marge du Forum de Davos, les ONG la Déclaration de Berne et Greenpeace remettaient des prix aux entreprises qu’elles jugeaient coupables de violation des droits humains, de l’environnement et/ou de pratiques fiscales douteuses. Cette année, les deux...

États-Unis : la guerre contre les emplois du temps "yo-yo"

La chaîne de café Starbucks est au cœur d’une polémique autour du temps de travail de ses salariés, accusée de leur imposer des emplois du temps décousus, totalement incompatibles avec une vie de famille. Les confidences d’une salariée dans le "New York Times" ont trouvé un écho sur...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Paradis fiscaux

L’optimisation fiscale pratiquée à grande échelle par les multinationales tout comme la localisation de sièges sociaux dans des paradis fiscaux sont devenus des débats économiques cruciaux. Ils portent sur la définition des paradis fiscaux tout comme sur les pays figurant sur les listes officielles.

Le Sénat a rejeté le 18 novembre la loi sur le devoir de vigilance. GODONG BSIP AFP

Coronavirus : les entreprises présentes dans des paradis fiscaux dans le viseur des aides d'État

Le Danemark et la Pologne ont décidé de conditionner l’accès aux aides publiques, dans le cadre de la crise du Covid-19, au paiement des impôts sur le territoire national. Les entreprises enregistrées dans les paradis fiscaux en sont donc exclues. En France, le Sénat vient d’adopter un amendement au...

Optimisation fiscale : Bruxelles veut démonter le système Ikea

La Commission européenne a ouvert lundi une enquête contre le Suédois Ikea, numéro un mondial de l'ameublement, qu'elle soupçonne d'avoir bénéficié d'avantages fiscaux indus de la part des Pays-Bas. Cette investigation est l'une des plus importantes lancée jusqu'ici par Bruxelles à l'encontre d'une...

Dix-sept paradis fiscaux sur la liste noire de l'Union européenne

Les 28 ministres des finances européens se sont finalement mis d’accord ce mardi 5 décembre sur une liste commune des paradis fiscaux, c’est-à-dire des États non coopératifs en matière fiscale. Les Émirats arabes unis, la Corée du Sud ou encore Panama y figurent, mais d’autres places notoires de...

Suisse, Île Maurice, Nouvelle-Calédonie... Quels pays devraient figurer sur la liste européenne des paradis fiscaux

L’Union européenne dévoilera officiellement sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre prochain. En amont, l’ONG Oxfam a établi sa propre liste, se basant sur les critères fixés par Bruxelles. 35 pays y figurent parmi lesquels la Suisse ou les Bermudes mais aussi la Nouvelle-Calédonie ou...