Publié le 03 août 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Starbucks accepte de s’expliquer sur ses pratiques fiscales en France devant l’OCDE

Pointé du doigt depuis plusieurs années su ses pratiques fiscales, Starbucks est attaqué par l’association I-Boycott devant le point de contact national (PCN) français de l’OCDE. Cet organe de médiation gère les différends des entreprises avec leurs parties prenantes concernant leurs pratiques sociales ou environnementales.

Pointé du doigt depuis plusieurs années su ses pratiques fiscales, Starbucks est attaqué par l’association I-Boycott devant le point de contact national (PCN) français de l’OCDE.
@CCO

La responsabilité fiscale des entreprises est de plus en plus soulevée par les associations, syndicats et investisseurs. Dernier exemple en date : la saisine du point de contact national (PCN) français de l’OCDE concernant les pratiques fiscales de Starbucks. L’association I-boycott, qui cible la chaîne de café depuis quatre ans, avait saisi l’organe de médiation en novembre dernier. Les deux parties ayant accepté le dialogue, le PCN vient officiellement d’accepter le cas.

Cette procédure est confidentielle jusqu’à son dénouement. On connait donc seulement les problématiques soulevées par l’association plaignante. Celle-ci met en cause la publication des informations fiscales de Starbucks Coffee France qu’elle juge "insuffisantes" et "défaillantes", son fonctionnement, les prix de transfert intragroupes ou l’accord de licence entre la maison mère Starbucks et Alsea, un opérateur de chaîne de restaurant qui exploite les cafés Starbucks en France, aux Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg.

Starbuck prêt à communiquer

Elle questionne aussi le paiement de l’impôt sur les sociétés de la multinationale sur le territoire hexagonal. L’association demande à la filiale française de renoncer aux pratiques d’optimisation fiscales agressives comme elle l’a fait au Royaume-Uni. "En 2012, Starbucks Coffee RU a accepté de renoncer aux exemptions fiscales dont elle disposait liées au paiement de royalties pour l’utilisation de la marque et de renoncer à transférer ses revenus vers d’autres filiales, qu’elles soient bénéficiaires ou non", précise l’association.

Dans le communiqué officiel du PCN, Starbucks dit constater "l’ensemble des allégations portées par I-Boycott dans cette circonstance spécifique" et précise que le montage financier de sa structure française a changé depuis janvier 2019. L’entreprise indique aussi qu’elle "communiquera au PCN une attestation de régularité fiscale en date du 25 juin 2020 certifiant que la société est en règle au regard du dépôt des déclarations de résultats et de TVA, du paiement de la TVA, et du paiement de l’impôt sur les sociétés, ainsi que des éléments prouvant que la société a respecté les dispositions en matière de prix de transfert".

Pour le PCN, la saisine "pose des questions significatives sur l’efficacité des principes directeurs" de l’OCDE en matière de transparence fiscale même si certains éléments peuvent relever du secret des affaires. Elle crée en tous les cas "une opportunité pour contribuer de manière positive à la résolution des questions posées", affirme le point de contact national. I Boycott affirme que "le manque de transparence sur la fiscalité de ses activités réalisée en France porte directement préjudice aux consommateurs" qui ne peuvent ainsi faire "un choix éclairé". 

Béatrice Héraud, @beatriceheraud

 

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Optimisation fiscale

Des entreprises multinationales choisissent de localiser artificiellement leurs bénéfices dans des pays où la fiscalité leur est la plus favorable, plutôt que dans les pays où elles créent de la valeur. Ces pratiques d’optimisation fiscale agressive, souvent à la limite de la légalité, sont sévèrement jugées par les opinions publiques du monde entier et de plus en plus combattues par les États.

Amazon microsoft apple

Amazon ne paie pas assez d'impôts malgré ses profits records : une pratique de plus en plus contestée

Amazon est devenu spécialiste dans l’art de tirer profit des lois fiscales, estime une ONG américaine. En 2021, le géant du numérique a réalisé des résultats financiers records, avec près de 35 milliards de dollars de bénéfices, mais n’a payé qu’une faible part d’impôt. Des voix commencent toutefois...

Pandora Papers : Malgré le sursaut réglementaire, l'évasion fiscale reste massive

Le Consortium international de journalistes d’investigation a dévoilé sa nouvelle grande enquête sur l’évasion fiscale. Plus de 300 hommes et femmes détenteurs de l’autorité publique y sont épinglés pour leurs pratiques pour échapper à l’impôt. L’enquête montre également que, malgré les nouvelles...

Gafa : la taxe sur le numérique a rapporté 375 millions d’euros

L’administration fiscale a perçu 375 millions d’euros de la part des grandes entreprises du numérique, du fait de la taxe Gafa. Créée en 2019, celle-ci visait à lutter contre l’optimisation fiscale agressive réalisée par les géants du net. Elle devrait cependant disparaître dans quelques années, les...

OECD Headquarters Paris OECD

Les grandes multinationales ne pourront plus échapper à l'impôt suite à un accord historique mondial

Les grandes multinationales, dont les géants du numérique, ne devraient plus pouvoir échapper à l’impôt. Un accord entre 130 pays de l’OCDE vient d’être conclu pour mieux répartir la taxation sur les bénéfices de ces entreprises et fixer un impôt sur les sociétés mondiale de 15 %, de quoi permettre...